Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’industrie pharmaceutique et les médicaments génériques

Réponses à vos questions sur les médicaments génériques, avec en prime, un clin d’oeil sur la corruption associée

 

L’industrie pharmaceutique est à l’heure actuelle l’une des plus lucratives industries au monde. Elle n’inclut pas seulement la vente de médicaments, mais également la recherche et la fabrication de médicaments, tant pour les humains que pour les animaux. On peut comprendre l’importance de cette industrie si on pense au vieillissement de la population et le développement de maladies et conditions de santé à longue durée.

Un des problèmes auxquels fait face l’industrie pharmaceutique est la chute de l’innovation : beaucoup des nouveaux médicaments mis sur le marché sont des génériques (même composition médicamenteuse que le produit initial, mais produit par une autre compagnie). Il est aussi à noter que les gouvernements sont portés à prôner l’usage de ces médicaments, puisqu’ils sont vendus à un prix moindre, mais préservent les mêmes effets thérapeutiques que le médicament original.Donc, premièrement, qu’est-ce qu’un médicament innovateur ? La définition sommaire est un médicament contenant un ingrédient médicinal n’ayant pas déjà été approuvé dans un médicament et n’étant pas une variante d’un autre ingrédient. Lorsqu’on parle d’approbation, on se réfère au gouvernement. Donc, ce médicament innovateur, lorsque breveté devient le médicament de référence canadienne ; le brevet permet à la compagnie la commercialisation exclusive du produit pour une durée de 8 ans (sans possibilité de commercialisation d’un générique). Un brevet peut cibler un procédé de fabrication, les ingrédients médicinaux, les méthodes d’administration etc. Un médicament peut donc avoir plusieurs brevets.

Maintenant, qu’est-ce qu’un médicament générique? Sommairement, c’est une drogue qui contient les mêmes ingrédients médicinaux que le médicament de référence canadienne. Il doit être administré de la même manière et son métabolisme doit être le même. Une autre condition est que le générique possède les mêmes quantités d’ingrédients médicinaux : 90% à 110% de leur quantité. Ainsi, les seuls ingrédients pouvant être modifiés dans un générique sont les ingrédients non-médicinaux, par exemple, un colorant.

Maintenant, une des controverses reliée à cette industrie est la tendance de compagnies pharmaceutiques à dénigrer les produits génériques et à empêcher leur commercialisation. Plusieurs manières de faire sont possibles : l’une des façons possibles est le brevetage abusif d’un médicament. Puisqu’un médicament peut posséder plusieurs brevets et que la production d’un médicament spécifique peut être impossible sans l’utilisation d’un procédé de fabrication spécifique lui aussi breveté, la production d’un générique peut prendre beaucoup plus que 8 ans.

Une autre façon utilisée par les compagnies pharmaceutiques pour entraver la vente d’un générique est le dénigrement du produit. Par exemple, elles diront que le produit est moins efficace ou sécuritaire ou de moindre qualité, lorsqu’on sait qu’ils doivent par la loi être pratiquement identiques. Une autre méthode utilisée est de jouer sur l’apparence et le goût du médicament de référence canadienne. En effet, selon la loi, un médicament générique ne peut que copier le médicament original. Effectivement, il est possible pour la compagnie fabricant le médicament de référence canadienne de modifier son produit au cours des 8 ans en lui ajoutant d’autres ingrédients non-médicinaux qui pourraient modifier son apparence ou son goût. Ainsi, à la fin de ces 8 ans, le générique n’est pas autorisé à amener ces modifications. Donc, lorsque le générique rentrera sur le marché et qu’il ne possédera pas les modifications apportées, il a été observé que les gens sont portés à croire que ce médicament est nécessairement différent est préfère le médicament original plus dispendieux.

Il est à noter que d’autres méthodes de dénigrement sont utilisées par les compagnies et que ce ne sont pas toutes les compagnies pharmaceutiques qui sont reliées à ce genre de pratique. Souvenez-vous finalement que les médicaments génériques offrent la même qualité, mais à un prix moindre.

C’était la branche pharmacie de ce spécial corruption.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Mariage arrangé entre l’économie et la société !

25 mars 2011

Par Anabel Cossette Civitella, Collaboration spéciale – Le Délit L’idée est géniale. Un hôtel géré à la manière de Robin des bois qui offrira des services quatre étoiles aux clients riches et redistribuera les bénéfices aux quartiers défavorisés de la communauté. Non, ce n’est pas un conte de fée, c’est ce que le futur Écol’hôtel K compte faire à partir de juin 2012. Situé à Trois-Rivières, il sera le premier hôtel éco-responsable, éco-géré et...

La nouvelle génération de PlayStation

15 mars 2013

Vous en avez marre de tous ces jeux video? OK! rangez-les tous et apprêtez-vous à acheter la nouvelle PlayStation : La PlayStation 4. Par Michael Coulibaly Voilà déjà bien du temps passé entre l’invention des premiers écrans et notre temps présent. Nous nous sommes rendus à une nouvelle ère technologique qui ne cesse de s’améliorer de jour en jour. Depuis l’invention de sa première console de jeu en 1994, la compagnie Sony n’a cessé d’attirer...

Le gaspillage alimentaire

7 octobre 2016

31 milliards, c’est le montant en dollars que représente chaque année le gaspillage alimentaire au Canada. Autre fait saillant relevé par la Value Chain Management, c’est que plus de 40 % de la nourriture produite est perdue ou gaspillée. Or, un des plus grands enjeux auquel nous devrons faire face au 21e siècle, c’est de pouvoir nourrir près de 10 milliards d’êtres humains en 2050. Cela est d’ores et déjà un défi actuel, car en...