Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mort aux taxes, vive les poubelles

Par Pulycube

 

Il faut bien être membre de polycube pour faire un ode aux poubelles, direz-vous? D’accord, mais il se trouve que nous au moins, on sait se que l’on veut. Regardez la race humaine, avec son ignorance crasse et sa déchéance grandissante… Croyez-vous sérieusement qu’il existe une chance de ne pas terminer notre existence enterrée sous une montagne de déchets ? Le recyclage est un mythe, qui plus est, tout le monde sait que 80% des matériaux mis au recyclage s’en vont directement à la poubelle et cette statistique ne fait pas partie des 70% inventés sur le fait.

Dès lundi passé le 1er octobre, une nouvelle « taxe sur les produits électroniques » est entrée en vigueur. Le gouvernement tente de nous faire croire que cet argent va aller dans un système de recyclage pour de tels objets tandis qu’on a tous appris à l’école que ça ne se recycle pas! Eh bien nous avons demandé à polyshpère1 ce qu’ils pensaient de cette taxe et ils nous ont répondu : « Dans le futur de demain, tout sera du recyclage ou du compost et il y aura des fées magique qui en feront le tri. Si nous voulons commencer à faire les changements pour y arriver, une telle taxe est la bienvenue. » Désolé polysphère mais je ne veux pas payer pour des fées magique. Je ne veux pas non plus payer pour du rêve parce que je me connais et je connais la race humaine. Il y aura toujours des criminels, il y aura toujours des violeurs, il y aura toujours des filles qui s’habille les plus sexy les unes que les autres et il y aura toujours des poubelles. Comme disait Jean Leloup, « la vie est laide ».

La règle 45, paragraphe 3, alinéa 12 du manifeste de Polycube dicte : « Tu ne te laissera pas prendre ton argent, surtout si c’est pour te faire enlever ton droit fondamental de mourir ensevelis sous tes propres déchets plutôt que ceux de tes voisins américains »

Bien entendu, nous sommes loin d’avoir solidifié le sixième continent2 mais le temps viendra où il n’y aura plus de place pour mettre les déchets. Oui le recyclage permet peut-être de repousser notre déclin mais en tant qu’ingénieur3, nous savons tous que même en diminuant progressivement, tout comme nos déchets; la suite harmonique fini par diverger.

Comme me rappelle le dernier chroniqueur polycubique à l’instant : « tous ces déchets faits de matière plastiques qui ne se dégrade jamais, c’est bien dû au fait que le pétrole lui même ne se dégrade pas! » En admiration devant sa logique sans faille, j’admets que les réserves de pétroles sur terre ne sont pas à veille de se transformer en quelque chose de moins toxique ou moins polluant. La réalité est que, oubliant les réactions mystiques ayant lieu dans les réacteurs nucléaires, tous ces déchets sont déjà auparavant constitués de matière à déchet potentielle! Comme dirait Lavoisier : Rien ne se perds, rien ne se créé, tout se transforme », la quantité de matière a déchet est préservée. En réalité ces déchets plastiques sont déjà intrinsèquement fait d’un autre déchet qui est le pétrole lui même. En accumulant les déchets dans des zones concentrées, se que nous faisons vraiment c’est de dépolluer les reste de la planète!

Ode aux poubelles

Grâce aux ordures, nous avons tous déjà senti une odeur absolument nauséabonde. C’est vraiment important de pouvoir juger des odeurs et les positionner au bon endroit dans le spectre de senteur, étant donné que tout spectre est relatif à ses extrémum, le fait d’avoir déjà senti une hyper mauvaise odeur nous permet de trouver les odeurs simplement malodorantes comme étant tolérable. Ce ne sera plus du tout drôle dans un futur sans déchet car un simple pet pourra nous envoyer en prison pour voies de fait.

Grâce aux ordures, nous nourrissons plusieurs colonies de raton laveurs sur la rue Édouard Montpetit, même que la statistique inventée tant attendue révèle que 51% de la planète se nourri effectivement des déchets d’autrui. Pensez à tous ces animaux coprophages, toutes ces mouettes, souris, animaux domestiques en fuite et itinérants de ce monde!

Grâce aux ordures, nous pouvons approvisionner les adeptes du mouvement « Freegan (free+vegan) » jusqu’à ce qu’ils gagnent tous un Darwin award4! Effectivement, bien que ce ne soit pas tous les freegans qui soient nécessairement végétaliens, ils se nourrissent bel et bien exclusivement de repas jetés ou abandonnés, donc gratuit! L’évolution c’est impressionnant.

Grâce aux ordures, nous pouvons apprécier une nuit d’orage violente dans l’espoir que la pluie salvatrice nettoiera la ville et révèlera sa beauté urbaine sous-estimée.

Grâce aux ordures, nous pouvons tous entretenir sans aucune honte notre fantasme collectif d’avoir un gigantesque food-fight dans la cafétéria de Poly5.

En somme, les poubelles c’est comme les femmes6, il faut leur donner de l’amour.

1Nous n’avons PAS demandé à polysphère

2 Va te culturer sur les internets

3 (Sauf génie industriel)

4 Voir footnote 2

5 Ramassage aux frais du SDI (winning!)

6 On considère le lectorat du polyscope comme approximativement entièrement masculine hétérosexuel avec le sens de l’humour.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+