Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Qui suis-je? Sociopathe ou Manipulateur

Personnellement, lorsque j’entends ou je lis un mot relié à un trouble de la personnalité, je suis portée à penser à la psychopathie, au narcissisme ou aux troubles obsessionnels… Ce sont des troubles connus qui sont de bonnes sources de revenus cinématographiques et qui sont souvent la cause de la « une des journaux ». Pourtant, plusieurs autres troubles de la personnalité existent, et vous pouvez probablement en nommer sans avoir à regarder sur Google. Il y a par contre un désordre qui ne revient pas si souvent, les personnes qui sont appelées sociopathes.

 

Premièrement, une définition des manipulateurs et de la manipulairon: La manipulation est un processus réfléchi par lequel une personne peut et veut obtenir ce qu’elle veut. Une personne manipulatrice peut faire en sorte de vous faire croire ou agir contre votre volonté initiale, ou même faire en sorte de ne pas répondre de ses actions. Ce qui est important de comprendre, c’est que le fait de manipuler quelqu’un n’est pas un comportement, son comportement est la réponse de son esprit manipulateur.

En sachant cela, penchons-nous sur une mise en contexte : voici la façon de penser de Catherine X, 8 ans :

« Je me demande si c’est normal… je ne ressens que très peu d’émotions par rapport aux personnes autour de moi et j’ai de la difficulté à comprendre les réactions des gens en général. J’ai entendu quelqu’un dire que c’est le fait de ne pas reconnaître les « cues » sociales. Ça me causait des problèmes avec les autres avant, je ne comprenais pas comment je devais agir pour leur ressembler. J’ai par contre beaucoup étudié les gens, je comprends mieux comment je dois réagir et en plus, j’ai beaucoup de facilité à imiter les émotions! Au moins, ça aide lorsque j’ai besoin de quelque chose, une chance que je réfléchis vite. »

Bon, cette personne fictive a 8 ans, elle est donc relativement jeune, mais a assez de vécu pour avoir eu quelques années d’interaction dans la société. À ce point, elle reconnait qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, mais elle est tout de même capable de s’arranger pour que ça fonctionne puisqu’elle est vif d’esprit.

Maintenant, regardons où elle est rendue à 15 ans :

« Les gens de ma classe sont soit inintéressants, soit complètement idiots, mais tout de même, plus on connait de gens, plus on a de contacts, plus on a des services rendus, et plus on peut faire ce qu’on veut…. Donc, résolution de l’année : devenir président de classe ; c’est toujours bon de s’entraîiner! »

Catherine X se rend de plus en plus compte de ses capacités à manipuler les gens et à savoir ce qu’ils veulent, ce qu’ils ne veulent pas et ce dont ils ont besoin. Voyons, un peu sa manière de réfléchir à 21 ans :

« J’ai des bonnes notes, mais j’entends tout le monde me dire qu’il faut avoir de l’expérience pour rentrer dans le monde du travail! Le monde du travail! Je trouve que la plupart des gens sont incompétents, irresponsables et inintéressants… laids aussi. Je suppose que ça serait bien de faire de se trouver un emploi et tout le reste, ça parait bien dans un CV et de toute façon, les cours sont faciles… je n’aurais qu’à larguer Alexandre, ça me donnera encore plus de temps et d’argent et j’en ai besoin! »

Maintenant, Catherine X a un poste très désirable d’administration au sein d’une grande entreprise. Assez tôt dans la compagnie, elle a décidé de travailler pour les ressources humaines. Elle peut maintenant s’amuser avec tout ce beau monde. « Qui vais-je torturer aujourd’hui? »

Je crois qu»on peut penser que cette personne semble aller plus loin que la simple définition de manipulateur. En fait, cette personne pourrait être considérée comme sociopathe: Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, pour qu’une personne soit considérée comme sociopathe, elle doit suivre au moins trois de ces points:

-Indifférence pour les sentiments des autres

-Irresponsabilité, mépris des normes sociales, des règles et des obligations

-Incapacité à maintenir des relations durables, bien que n’ayant pas de difficulté à les établir

-Très faible tolérance à la frustration et un seuil bas pour qu’elle n’éclate, en utilisant par exemple la violence

-Incapacité à éprouver de la culpabilité ou de profiter de l’expérience, en particulier punition

-Nette tendance à blâmer les autres ou pour des rationalisations pour le comportement qui a amené la personne en conflit avec la société

On peut donc comprendre que Catherine X rentre bien dans la définition de sociopathe. De plus, ce trouble de la personnalité se développe souvent à partir de l’enfance. Ce qui est intéressant chez les sociopathes, c’est leur tendance à vouloir obtenir des postes de pouvoir pour être mieux à même de manipuler les autres ou de les faire souffrir psychologiquement.

L’on peut donc conclure qu’un sociopathe peut être manipulateur, mais qu’un manipulateur n’est pas nécessairement sociopathe, car ce trouble demande qu’une personne réponde à plusieurs critères. Voilà votre cours 101 sur les interactions en société! Vous pouvez continuer votre approffondissement du sujet, pensons aux psychopathes par exemple….




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+