Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Touche pas à mon fusil!

S’il y a bien un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est bien tout ce qui touche le contrôle et la gestion des armes à feu.

 

La question occupe à nouveau le devant de la scène, autant au Canada qu’aux États-Unis. De ce côté-ci de la frontière, les conservateurs viennent d’annoncer qu’ils porteraient en appel le jugement de la Cour supérieure du Québec qui intimait le gouvernement fédéral de transférer les données québécoises du registre des armes d’épaule au gouvernement du Québec plutôt que de les détruire. Il s’agit là d’une attitude déplorable. Que les Conservateurs se débarrassent de ce registre était déjà une mauvaise décision mais leur entêtement à priver le Québec du droit d’utiliser des données financées par ses contribuables fait preuve d’un crétinisme impressionnant. Contester le tribunal qui leur donne tort, c’est ajouter l’insulte à l’injure…

C’est étonnant de voir Stephen Harper donner ce genre de munitions (le jeu de mot n’est pas intentionnel) au gouvernement Marois. Le rapatriement des données du registre fait l’unanimité à Québec et ce sera sans doute une bonne occasion pour le nouveau gouvernement de montrer les dents façe aux conservateurs et de raviver les passions nationalistes.

Certains ont profité des évènements du Métropolis pour s’attaquer à nouveau au registre. En effet, on a souligné que l’arme que Richard Bain a utilisée pour tuer un homme et en blesser un autre était dûment enregistrée. Il s’agit là d’un argument absurde. Le registre est un outil destiné à aider les policiers dans leurs interventions et non à prévenir les tueries commises par des illuminés. Si on doit se poser une question à la suite de ce drame, c’est bien de savoir pourquoi l’arme utilisée par Bain est légale. Comme le disait si bien Jean-René Dufort dans son émission Infoman, une carabine semi-automatique avec un chargeur de 10 balles, c’est pas fait pour chasser la marmotte…

En parlant de réglementation des armes à feu, le très impartial et à peine conservateur canal de nouvelles américain Fox News nous apprenait que les Américains se ruent dans les magasins d’armes afin de faire le plein de fusil, apeurés de voir le vilain Obama les priver de leurs droits une fois élu. Invité à commenter le fait divers, un propriétaire d’armurerie a affirmé avec le plus grand sérieux du monde que le taux de criminalité de Chicago était expliqué par la difficulté qu’ont les particuliers à se procurer une arme…. Charmant. Personnellement, qu’on se sente plus en sécurité avec une arme létale sur soi, ca dépasse mon entendement, surtout que les statistiques prouvent que la meilleure façon de mourir lors d’une invasion de son domicile, c’est de posséder une arme chargée…

iL y a bien un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est bien tout ce qui touche le contrôle et la gestion des armes à feu.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Politiquement vôtre

20 février 2004

En cette période de mi-session, suffisamment perturbante par la démultiplication des examens et des devoirs, l'actualité politique me donne un arrière-goût dans la gorge : un mélange de bile et d'oeufs pourris. J'ouvre chaque matin mon journal avec un tremblement dans les mains et une légère fièvre. « Qu'ont-ils donc à nous emmerder avec l'affaire des commandites ! », me dis-je avec dégoût. Et à y penser à tête reposée, face à mon écran,...

Pour une université émancipatrice

28 septembre 2012

Mettons fin à la reproduction des oppressions lors des intégrations Par Campus Féministe UdeM   Alors que les programmes universitaires accueillent les nouvelles cohortes dans un entrain éthylique, les intégrations sont encore trop souvent le théâtre d’activités humiliantes, voire dégradantes pour les femmes. Bien que l’objectif principal de cette tradition est de débuter l’année scolaire dans une ambiance festive, de donner à tous et à toutes l’opportunité de mieux se connaître et de créer un...

La Corneille : un rendez-vous manqué

28 septembre 2012

Julie Ferron, une végétarienne amatrice de yoga à la vie sans histoire, voit sa mère débarquer chez elle sans invitation. Elle apporte avec elle une valise et une langue acérée. Que faire lorsqu’on se retrouve, 25 ans après avoir quitté le nid familial, prise à vivre à nouveau avec une mère envahissante et culpabilisante?   C’est sur cette question que l’on se penche dans La Corneille, une pièce de Lise Vaillancourt présentée du 18 septembre...