Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Bientôt à Montréal

 

Pfffffff à la Tohu

Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont aussi bourrés de talents que polyvalents et ils en mettent plein la vue ! Les Français d’Akoreacro débarquent à la TOHU avec un spectacle où alchimie des sons et des mouvements, improvisations jazzées, envolées balkaniques, trapèze Washington (un trapèze inusité et spectaculaire), beat box et banquine (le numéro du spectacle a été primé au Festival Mondial du Cirque de Demain en 2008) se succèdent dans une célébration circassienne qui carbure à l’imagination et au talent. Le tout est porté par une musique live riche, colorée et singulière, aux accents jazz, classiques, contemporains et traditionnels, klezmer et hip hop. Joliment festif, Pfffffff se déroule dans une atmosphère chaleureuse où règne l’envie de rire et de danser. Une expérience à vivre, pour toute la famille. Des plus petits aux plus grands!

Pfffffff – Un conte acrobatique en musique

Quatre acrobates et quatre musiciens : une joyeuse équipée pour un conte de fées moderne où se côtoient sept hommes et une seule femme… Elle a l’embarras du choix. Lequel va-t-elle choisir ? Va-t-elle tous les adopter ? Et les prétendants, comment vont-ils s’y prendre? Quelle technique faudra-t-il employer pour attirer son attention ? Bien chanter ? Bien balancer ? Voltiger toujours plus haut? Ou ne faut-il pas plutôt chercher une façon de s’envoler ensemble?…

Les femmes savantes au théatre du nouveau monde

L’automne débute tout en effervescence au théâtre du nouveau monde avec le très acclamé spectacle les femmes savantes de molière dans la mise en scène

de denis marleau. après avoir illuminé durant tout l’été le château de Grignan et enchanté plus de 30000 spectateurs en Drôme provençale, cette pièce du

grand répertoire classique que revisite avec bonheur la compagnie ubu, fait son entrée sur la scène montréalaise, avant de partir en tournée sur les routes

du québec. au public d’ici de savourer maintenant cette désopilante relecture d’une comédie sérieuse truffée de duels flamboyants, de mordantes réparties

et de jeux de scènes ébouriffants, l’avant-dernière œuvre de molière (1672) interprétée par une distribution québécoise encensée par la presse française.

iD à la Tohu

Après son succès international, iD, ce spectacle rempli d’audace et de modernité est enfin de retour à Montréal! Cette création du Cirque Éloize, mise en scène par Jeannot Painchaud, combine les arts du cirque à celui des danses urbaines telles que le b-boying/b-girling, le breakdance et le hip hop.

L’action de iD se déroule au coeur d’une métropole, sur une place publique où l’on se réfugie afin de sortir de l’anonymat; un lieu où l’identité s’affirme et où l’individualité s’exprime au son d’une trame sonore galvanisante créée par les compositeurs Jean-Phi Goncalves (Beast) et Alex McMahon.

Pour la première fois, la compagnie intègre le multimédia à cette septième création originale, ce qui lui procure une couleur unique. Quatorze artistes dans douze disciplines contribuent à créer l’univers ludique et résolument urbain d’iD, poursuivant ainsi la tradition du Cirque Éloize de présenter des artistes multidisciplinaires provenant des quatre coins du monde.

Duels à l’Agora de la danse

Première compagnie à fouler les planches de l’Agora cet automne, Cas Public vous convie à une sorte de messe jubilatoire, d’ode à la création hors-norme. Cette nouvelle co-création de Hélène Blackburn et de Pierre Lecours réunit les danseurs de la compagnie et plusieurs personnalités du monde des arts, dont Alexandre Désilets, Simon-Xavier Lefebvre, Sylvie Moreau, Daniel Soulières… Fidèles à ce penchant affirmé pour les chorégraphies aériennes et énergiques, ils lèvent le rideau sur des rencontres inédites à la limite de l’improbable. Le maître qui danse avec l’élève. Le chanteur qui rencontre la danseuse. L’actrice qui transcende les gestes de son partenaire. Dans ce spectacle composé d’une quinzaine de duos, Cas Public réalise un véritable tour de force en réussissant à cultiver les qualités emblématiques de chacun dans une énergie collective. Entre affrontement et rencontre, chacun éclaire une facette de ce spectacle hybride à grand déploiement. Une mosaïque de duos échafaudés autour d’une scénographie et des éclairages dépouillés, un savant alliage d’audace, de spectaculaire et de vibrantes performances physiques.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.