Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cinq jours de TROP!

 

La beauté du retour à l’école est un événement indescriptible de joie et de découverte, de « J’aime étudier, j’aime assister à mes cours ». Par contre, ce qui me purge, c’est ce qui vient avec : les renouvellements, les files d’attente, les appels téléphoniques, les problèmes qui s’éternisent, bref je suis une étudiante comme les autres qui a une facilité perturbante à commenter sa vie étudiante.

Finalement, à quoi préférons-nous penser en ce début d’école? Intégrations, party, joie de revoir les siens, retour des vacances relax? Est-ce une bonne idée, est-ce la meilleure idée, est-ce la seule idée? NON, détrompez-vous! Le début de l’école équivaut à des activités qui vous font oublier une nécessité primordiale (ou pas pour certains…bof) qui arrive, elle, quelques semaines après le début des classes, je l’appelle : le renouvellement de la carte OPUS.

Laissez-moi donc vous compter une belle anecdote,celle-ci m’est arrivée l’an passé, et comme le mois d’octobre va arriver bientôt (ou pas), eh ben voilà!

Donc, la carte OPUS… synonyme de renouveau de la technologie, du passage du papier à l’électronique, de l’écologie quoi. Je suis personnellement pro-environnement, ce qui peut être perçu comme une éloge à la nature ou seulement le discours d’une personne qui veut se faire accepte dans la société d’aujourd’hui, faites votre choix. Peu importe, étant pro-environnement , j’utilise rarement la voiture ou le transport en commun pour me déplacer, préférant marcher pour me rendre à l’école et à l’épicerie, le métro et le bus, je ne les utilise que pour de grands déplacements.

De sorte que le renouvellement de la carte OPUS dû pour le 31 octobre n’a pas excité mon lobe temporal (mémoire) à mesure que les jours passaient à partir du premier jour d’école. Une autre raison pour l’oubli, cette fois-ci plus ou moins volontaire, est que j’habite en appartement, mais je dois garder mon adresse permanente au domicile familial, qui est sur la Rive-sud. Donc, un beau petit et complexe casse-tête lors du renouvellement tout ça pour un tarif réduit dont je n’ai même pas besoin puisque je n’ai aucunement besoin d’une passe mensuelle.

Donc, que faire? Bien cette année-là, je ne voulais pas être prise comme l’année d’avant : je m’étais présentée à la station de métro Berri-Uqam, avait attendu une bonne demi-heure avec ma preuve d’attestation de fréquentation scolaire, imprimée du dossier étudiant, mais on m’avait très gentiment rejeté, car ce formulaire n’était supposément pas suffisant, malgré que mon nom, matricule, nombre de crédits et adresse étaient présentés. Bref, je me suis présentée au registraire pour une demande de formulaire signé, puis aller simple à la station Côte-Vertu, encore trop furieuse de mon rejet à Berri-Uqam. Malheureusement, en comparaison à l’année passée, où j’étais sans aucun doute plus organisée, je me suis prise vendredi le 4 novembre.

Donc, cette année-là, je suis allée au registraire, j’ai attendu avec mon coupon fraïchement imprimé puis j’ai expliqué ma situation, on m’a gracieusement offert un formulaire. Puis, le lendemain, car je ne pouvais pas le jour-même, je suis allée à la station de métro McGill, car je n’ai pas voulu prendre de chance, mais encore là j’hésitais avec Berri-Uqam, puisque sur le site internet, il n’était pas clairement indiqué où l’on pouvait se faire RENOUVELLER la carte…

Donc vers McGill et attente en file avec mes sacs d’école, paiement, mais surprise plus ou moins surprenante, mes tickets de métro préalablement achetés (avant le date butoire du 31 octobre) ainsi que mes tickets d’autobus de la CITVR (…) étaient non-transférables… Joie bonheur et euphorie totale et complète. Mais là encore, on m’a redirigé vers Berri-Uqam, joie! Je vais à Berri-Uqam, mais on ne peut transférer que mes billets de métro. Bon, quoi, où maintenant? Longueuil bien sûr. Mais avant, petit arrêt à la Grande Bibliothèque de Montréal, à la recherche de documentaires papiers pour une recherche scolaire. Donc, une heure et quelques livres volumineux plus tard, attente en file à Longueuil, affamée, car je courais depuis 9h30 du matin et il était déjà midi. Donc, voilà, enfin le périple de la carte OPUS venait à sa fin.

Je me présente donc, joie incommensurable et inexprimable, seul les titres de transport de la RTL (réseau de transport de Longueuil) sont transférables ou remboursables. On m’a, là encore, invitée à téléphoner à la CITVR, ce que j’ai fait avec un plaisir débordant, mais rappelons-nous, il est samedi, donc bien sûr, le bureau est fermé pour la fin de semaine. Donc, un beau périple, en général. Finalement, attente à Longueuil, pour d’une heure pour me rendre compte que la personne qui devait me donner un lift attendait également, mais à des endroits différents. JOIE

J’aimerais donc dire que cette suite d’incidents est partiellement due à mon oubli et partiellement dû à l’organisation du réseau de transport.

Conseil personnel : Ne pas attendre à la dernière minute pour finaliser ses projets, ici 5 jours de trop, c’est tout simplement mortel et stupide (désolée pour les autres pauvres victimes). Mais continuons à être pro-environnement (un oubli stupide et la nature ne sont aucunement relié, dieu merci). Ah oui, aussi, Bonne rentrée, bons partys, bons cours relativement (pas) relax… Mais d’un côté un peu négatif: bonnes files d’attente, bons appels téléphoniques et bons renouvellements !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Une comète visite Montréal

28 mars 2013

  On connait tous cette personne qui serait capable de nous faire faire n’importe quoi avec un superbe sourire dont ils sont expert. Moi, je me suis fait prendre lamentablement: j’ai passé trois heures au froid contre une photo de comète! Dimanche passé, je me suis donc retrouvée en haut du mont Royal pour chasser la comète C/2011 L4 Pan-Starrs. Une visiteuse assez timide puisqu’elle vient nous voir tous les 110 000 ans. C’était...

Poly-Grimpe : étudiants de Poly et escalade font bon ménage !

22 février 2013

  Jeudi 14 février, quatre étudiants de Polytechnique ont gagné le tournoi inter-facultés d’escalade organisé par le CEPSUM. La deuxième place a été remportée par une deuxième équipe de Polytechnique, laissant les étudiants de pharmacie et de kinésiologie en troisième et quatrième position. Pour les photos des équipes gagnantes, voir la p.13... Comment se fait-il que les étudiants de Poly ont une telle affinité avec ce sport ? Sont-ils avantagés par leur habileté à rationnaliser...

Les séries à regarder en 2012

14 septembre 2012

  La session vient de recommencer et avec elle recommence les différentes séries. Qu’elles soient anciennes ou nouvelles voici un récapitulatif des séries qui marchent, ou qui vont peut-être marcher Revolution La nouvelle série Revolution se situe dans un futur très apocalyptique. L’action se situe 15 ans après qu’un étrange et mystérieux phénomène ait désactivé toutes les technologies de la planète allant de l’ordinateur jusqu’au moteur, de la voiture aux batteries. Les personnes se...