Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Shirokuma Café: Des pandas, des penguins, des ours… Et des hommes

 

Bon début de session, humains bientôt en manque de sommeil! Puisqu’à ce stade-ci de l’année il vous reste encore quelques minutes quotidiennes de temps libre, j’écris ces lignes pour vous persuader de les consacrer à l’écoute de cet anime unique qu’est Shirokuma Café.

Comme son nom l’indique pour quiconque parle japonais, l’action principale de Shirokuma Café se déroule autour du Café de l’Ours Polaire, nommé ainsi en l’honneur de son propriétaire… Un ours polaire.

Prière de laisser son esprit cartésien à la porte.

Dans cet univers, les animaux peuvent parler et interagir avec les hommes à titre d’égaux. Ils occupent des emplois divers. Plusieurs travaillent au zoo en y adoptant des comportements qui semblent «naturels» aux yeux des visiteurs. C’est là que travaille Panda, un des personnages principaux, mais seulement à temps partiel! Heureusement que monsieur Panda Temps-Plein est là pour prendre le relais.

Cette série est actuellement diffusée au Japon, où un nouvel épisode paraît à chaque semaine. Chaque épisode est divisé en deux histoires, indépendantes l’une de l’autre, durant lesquelles on est témoin du quotidien de cet univers absurde, mais ô combien fluffy. Sérieusement, c’est une petite dose de bonheur hebdomadaire. Chaque personnage y est pour quelque chose : les jeux de mots débiles d’Ours Polaire, les problèmes divers et surréalistes de Pingouin, la paresse extrême de Panda, sans compter les contributions loufoques de tous les personnages secondaires, qu’ils soient animaux ou humains.

En plus de l’humour absurde et des animaux adorables, Shirokuma Café se démarque par la qualité de ses doubleurs. Je ne sais pas pour vous, mais quand j’ai su que Takahiro Sakurai, Jun Fukuyama, Hiroshi Kamiya et Daisuke Ono allaient se donner la réplique sous forme d’un ours polaire, d’un panda, d’un pingouin et d’un lama, ça m’a fait tout chose. Sans entrer dans les détails, disons qu’ils ont joués dans plusieurs séries populaires, et qu’ils sont très talentueux.

Si vous êtes dans un creux mental, que votre vie manque de douceur et de joie, regarder un épisode de Shirokuma Café mettra un baume métaphorique sur vos plaies émotionnelles. Je veux dire, je pense parler pour tout le monde quand je dis que des bébés pingouins qui se font des câlins, même en 2D, ça a de quoi transformer n’importe quelle journée pourrie en journée pas trop pire.

Je sais que j’ai beaucoup discouru sur le facteur adorable de la série, mais n’allez pas croire que c’est gnan-gnan rose bonbon. À la base, c’est un anime humoristique! Et puis, même si la plupart des animaux sont très mignons, certains sont plutôt badass. Je pense à Grizzli, et aux clients qui fréquentent son bar, ou encore au tamanoir, dont le «talent particulier» consiste à intimider les gens (spoiler alert : ça ne fonctionne pas toujours).

Bref, cet anime est ma découverte de l’été. Drôle, bourrée de talent, originale et feel-good sans être quétaine, Shirokuma Café est une série qui vous laisse le sourire aux lèvres et avec l’envie de commander un café mocha.

TL;DR

Série : Shirokuma Café

Longueur : 23 épisodes (en date du 6/09/2012)

On aime : Par ordre d’importance : Les bébés pingouins, les bébés pandas, tous les animaux même si ce ne sont pas des bébés, les doubleurs sensationnels, l’humour absurde, le côté apaisant de la série.

On aime moins : Le rythme parfois un peu lent, et certaines blagues n’ont du sens que si on parle japonais. Par contre, le visuel nous permet de suivre et de comprendre la majorité des gags.

Verdict : Oh oui. Allez voir ça après une longue journée difficile, et si vous ne vous sentez pas mieux, c’est que vous mentez. Allez donc vous chercher un café.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+