Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Insuffisance rénale et informations sur la dialyse

 

Premièrement, une petite définition et description du processus médical et du fonctionnement du rein. Le rein est un organe qui permet le maintien de l’équilibre du corps en eau, en minéraux ainsi qu’en déchets biologiques par le filtrage du sang. Il a également un rôle dans la production des globules rouges par l’érythropoïétine et dans la formation osseuse par le calcitriol. Une personne peut avoir besoin de traitements dialytiques pour plusieurs raisons, dont l’insuffisance rénale, une maladie, un cancer…

Il y a deux méthodes de filtration artificielle du sang : hémodialyse et dialyse péritonéale. L’hémodialyse fonctionne selon le principe de diffusion : des substances dans un milieu aqueux vont du milieu le plus concentré au moins concentré pour retrouver un équilibre. Dans le cas du corps humain, les solutés sont les déchets biologiques : urée (ammoniac), créatinine (acide aminé), acide urique (acide) et médicaments.

Ainsi, en appliquant ce concept à l’hémodialyse, le sang passe dans un appareil d’hémodialyse où est disposée une membrane qui n’est perméable qu’aux petites molécules, au soluté ainsi qu’à l’eau. De l’autre côté de la membrane se trouve un fluide dialytique pauvre en soluté. Les globules blancs et rouges étant de trop grande taille restent dans le sang alors que les déchets biologiques vont vers le fluide dialytique pour débarrasser le sang des déchets après plusieurs passages du fluide dans l’appareil. Dans le cas de la dialyse péritonéale, l’on se base également sur la diffusion pour ce processus, mais dans ce cas, le fluide dialytique se situe dans la cavité péritonéale. Le péritoine est une double membrane très vascularisée contenant plusieurs organes abdominaux; ces deux membranes sont séparées par ladite cavité péritonéale. Ainsi, le liquide dialytique est remplacé après un certain nombre de temps. Il faut également prendre en compte que les reins remplissent le rôle de régulation d’eau. ils contrôlent donc la quantité d’eau dans le corps, d’où la corrélation entre l’eau, l’urine et les reins.

Il y a de multiples conséquences résultant de l’arrêt de fonctionnement des reins ou de l’arrêt de la dialyse. En effet, on peut penser à la formation d’œdèmes (excès de liquide localisé dans un organe ou tissu) aux extrémités du corps. En effet, puisqu’il n’y a plus de système permettant de réguler la quantité d’eau dans le corps, elle doit être rejetée. De plus, puisque l’hormone érythropoïétine n’est plus régulée par le rein, il y a une baisse dans la production de globules rouges qui mène à un risque accru d’anémie. Cette anémie peut conduire à une faiblesse généralisée et à la fatigue due au manque de fer.

Dans le même ordre d’idées, des vomissements peuvent être appréhendés, dûs à une augmentation de la quantité d’urée, un déchet du foie. Des problèmes cardiaques dûs à la trop grande concentration de potassium et de sodium peuvent être à craindre. D’un autre côté, une insuffisance en sodium peut mener à un coma ou des convulsions. Aussi, un manque de phosphate et une insuffisance en calcitriol peuvent mener à la fragilité osseuse : l’hormone parathormone, dont la quantité augmente par l’incrémentation de la concentration du minéral, régule le calcium : le corps va puiser dans les os pour empêcher la carence.

Finalement, d’autres conséquences peuvent être à craindre, tel un manque d’appétit, des problèmes de fonctionnement du cœur, des poumons et du cerveau.

Il est à noter qu’une personne qui décide d’arrêter ses traitements de dialyse mourra habituellement dans les huit jours qui suivent dû à l’accumulation de toxines (substance produit par le métabolisme et qui peut être toxique pour l’humain) dans le sang, ce qui est une condition appelée l’urémie. Dans ce cas, il est probable que la personne subisse certains changements physiologiques tels qu’un changement de la couleur de la peau, ainsi que des changements au niveau de l’acuité mentale : désorientation, visions, confusion etc.

Ceci n’était qu’une petite revue de littérature pour expliquer l’utilité des reins et décrire quelques unes des technologies actuellement disponibles pour ceux souffrant d’insuffisance rénale.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Désordre public

5 septembre 2008

Oyez oyez, braves polytechniciens et autres énergumènes qui encombrent les couloirs de notre belle École! Pour faire suite à une tradition remontant au temps de Sophocle, Poly-Théâtre présente en ce début de session une pièce de théâtre montée, produite et jouée par des étudiants de Poly. Poly-Théâtre et l’École Polytechnique de Montréal sont fiers de présenter Désordre public, une pièce de l’auteure québécoise Évelyne de la Chenelière. La pièce sera jouée les 4, 5...

Montréal, une destination musicale incontournable

30 août 2013

C’est au parc Jean-Drapeau que les amateurs de musique montréalais se réunissaient une dernière fois pour cette messe musicale en ce dimanche 4 août. Le même festival qui a déjà accueilli Coldplay, Eminem et Snoop Dogg confirme qu’il n’est pas là pour jouer les seconds couteaux. En 2013, avec des noms tels que The Lumineers, Kendrick Lamar et Mumford and Sons, Osheaga veut perpétuer sa tradition d’excellence et faire de Montréal un repère pour...

Les opinions des uns et des uns

8 septembre 2006

Hier encore, je me tenais à peu près ce discours: \"Fumer, c'est vraiment se tuer à petit feu.\" Je me faisais donc cette réflexion pleine d'esprit quand je me mis à m'époumonner violemment et à cracher des glaires jaunâtres maculées de traces d'emphysème et la joie tout à coup remplit mon coeur débordant. Mais ce bonheur était voilé par un nuage noir. L'espoir est lourd à porter. Combien de temps dois-je encore patienter avant...