Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Étude et critique de l’homo usinus moyen

Comme plusieurs d’entre vous, j’ai réalisé mon premier stage cet été. Étant en génie chimique, il y avait de fortes chances qu’il se passe dans une usine et je n’ai pas été déçue! Au niveau expérience, c’est très bien l’usine mais j’ai été frappée par le malaise que les gars ont quand ils voient une fille entrer dans le monde masculin des pâtes et papiers. Hallucinant!

Petite mise en contexte : Imaginez-vous dans une usine de 250 employés donc vous êtes le seul sujet de sexe féminin. Vous vous doutez quand même que les autres personnes qui y travaillent voient quand même plusieurs filles dans leur vie (femme, sœur, fille, amie) et que vous ne devriez pas les traumatiser! GROSSE ERREURE. Il serait pourtant intéressant d’explorer ensemble les diverses façons que vous serez perçue pour pouvoir rire un bon coup de la difficulté que l’homme d’usine moyen à pour parler avec des filles.

 

La petite madame

Devant le fort traumatisme qu’à provoquer votre vision, certaine race d’homo usinum peut décider de nier complètement votre existence. Puisque vous serez probablement accompagné dans les premiers jours de stage, l’homo usinum moyen décidera plutôt de s’adresser à votre accompagnateur pour comprendre votre présence. Des phrases comme « Comment ça que tu as une petite madame? » ou « C’est qui la petite madame » et encore « Pourquoi tu as amené la petite madame » ont beaucoup de chance de fuser à ce moment.

La fillette

Une autre race d’homo usinum aura tendance à vous traiter comme un enfant après avoir fait connaissance. En général, il vous dira dans les premières minutes de discussion qu’il a une fille, petite-fille, belle-fille, nièce qui vous ressemble (couleur de cheveux, prénom, taille, vocabulaire, ville de naissance, couleur préféré, alouette!). Dans tous les cas, la fille, petite-fille, belle-fille, nièce en question n’aura jamais plus de 7 ans, ce qui donne à l’homo usinum le droit immédiat de vous surnommer « ma puce », « ma grande » ou « ma petite ».

La célibataire désespérée

La troisième race d’homme des usines va avoir de forte tendance à penser que vous cherchez l’amour à tous prix. Plusieurs sortes de traits caractéristiques peuvent menez à cette conclusion. Certain genre vont faire des commentaires comme « Il y a telllllement de gars ici, tu vas pouvoir trouver un chum tout de suite! » ou « On le sait que tu es venu travailler chez nous pour te trouver un chum! » et autre blague de ce genre (sans jamais demandé si le chum en question existe, ce qui est souvent le cas! À poly aussi les gars ne manquent pas… et les bedaines sont moins nombreuses). D’autres homo usinum auront tendance à se présenter comme le sauveur de cette situation catastrophique qu’est le célibat! Et les démonstrations de virilité fuseront de chaque coter. Évidemment, toutes les jeunes filles de ce pays s’extasient devant un gun à tape! Et c’est tellement plus viril quand ils enlèvent leur chandail pour s’étirer avec style et recherche!!

La dépendante sexuelle

La race d’homo usinum la plus désagréable aura l’impression que vous fantasmez sur TOUS les hommes de l’usine. Ce comportement se reconnait par la présence de commentaire sur votre vie sexuelle À CHAQUE FOIS QU’ILS ONT DU PULIC. (Ce comportement peut même devenir très lourd pour vous et le public alors je vous propose d’en parler à votre patron si vous êtes victime ou témoin de ce genre d’agissement.) Cette race d’homo usinum a tendance à poser des questions fréquentes sur le contenue de vos fantasmes, la fréquence de vos rapports et autres commentaires gênant devant public (évidemment, devant leurs amis et non pas devant leurs patrons).

Malgré les comportements un peu étranges des homo usinum, il ne faut pas s’arrêter à cela. Certains d’entre eux sont très sympathiques (surtout ceux du 2e type) et finiront par vous apprécier. Il faut seulement leur donner un moment d’adaptation pour le gros changement que vous représentez dans l’usine. Par contre, il ne faut pas penser que ce sont les opérateurs qui auront le plus tendance à ce genre de comportement, les ingénieurs (ou les autres stagiaires) sont représentés dans toutes les catégories. Je demande donc à tous les charment jeunes hommes qui liront de le texte de se souvenir de moi et de ne pas devenir un hommo usinum quand ils seront sur le marché du travail!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Journée mondiale de l’eau 2008

20 mars 2008

Par Nass, Myriam Minville et Christine Girard En 1993, les Nations unies ont institué la Journée mondiale de l’eau et depuis, elle est célébrée le 22 mars de chaque année. Cet événement rappelle à tous que l’eau est essentielle à la vie. En outre, des activités sont organisées partout dans le monde pour souligner la gestion durable, efficace et équitable des ressources en eau potable. Les mêmes Nations unies ont reconnu, en 2002, l’accès...

Polytechnique, le film

6 février 2009

Inutile de le cacher, ce numéro du Polyscope ne sera pas comme ceux auxquels vous êtes habitués. Une certaine tension règne dans l’air du local, alors que nous sommes en train de monter ces pages. Comme vous le savez, cette semaine marque la sortie du film Polytechnique, relatant les événements qui se sont déroulés ici il y a bientôt 20 ans. On aurait pu croire que la page aurait été tournée, que l’on pourrait...

Désordre public

5 septembre 2008

Oyez oyez, braves polytechniciens et autres énergumènes qui encombrent les couloirs de notre belle École! Pour faire suite à une tradition remontant au temps de Sophocle, Poly-Théâtre présente en ce début de session une pièce de théâtre montée, produite et jouée par des étudiants de Poly. Poly-Théâtre et l’École Polytechnique de Montréal sont fiers de présenter Désordre public, une pièce de l’auteure québécoise Évelyne de la Chenelière. La pièce sera jouée les 4, 5...