Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un peu d’histoire politique… les maires célèbres

La politique, que c’est complexe! Pourtant, la politique est une science qui à un impact énorme sur nos vies. Si énorme qu’elle devient interessante à comprendre et à suivre. Malheureusement, il est très difficile de s’initier à la politique. Les personnages sont nombreux et il est ardut de vous y retrouver. Si vous ouvrez Radio-canada à l’heure des nouvelles, vous pouvez être perdus dans les différents noms. Après quelques temps, vous serez capable de vous y retrouver sans grandes peines mais il serait encore plus facile que quelqu’un vous donne quelques tuyaux, non? He bien, je serai là pour vous! Mais avant, un peu d’histoire!

 

1. Camillien Houde

Maire de Montréal à quatre reprises (1928-1932, 1934-1936 1938-1940 et 1944-1954), cet avocat né à Saint-Henri à été admirer pour sa réaction durant la crise économique. Devant le chomage et la misère, il fait distribuer 100 000$ au plus atteint par l’entremise de la société St-Vincent-de-Paul. Pour créer de l’emplois, il instaure de grand chantier comme le jardin botanique, les instalations du parc Lafontaine et les chalets du Mont-Royal. Touché par la pauvreté, il transforme sa propre maison en refuge pour les sans-abris. Agressivement opposé à la conscription, il est arrêté par les autorité et enfermé au camp de Petawawa en Ontario. Après 4 mois de détention, il revient à Montréal où une foule l’attend sur le quai de la gare. Il sera réélu deux mois plus tard.

2. Jean Drapeau

Maire de Montréal pendant 29 ans, il est élu par intermitance entre 1954 et 1986. C’est une avocat ayant aussi un BAC en art et une licence en sciences sociales, économie et en politique. C’est un maire très connu notamant pour les différentes constructions comme le métro de Montréal et la place des art. On lui doit aussi la création de l’équipe de baseball «Les Expos». Très ambitieux, il a réussi à avoir les jeux olympiques de 1976, l’Exposition Universelle de 1967 et es Floralies de 1980. Par contre, sa gestion fut critiqué et les dettes que la ville de Montréal a accumulées pendant son époque ont été remboursées seulement en 2006 ( c’est presque 30 ans plus tard).

3. Gérald Tremblay

Dernier maire élu en lice, vous le connaissez surtout pour le air innocent et ses apparitions répétés à Infoman. En fait, cet homme, est un avocat et membre du barreau du québec, possède un MBA de la Harvard Business School et à participer à la relance fédéral des caisses d’entraide économique du Québec (C’est une genre de caisse publique qui est supposée créer de l’emplois). Il s’est fait remarqué dans le milieu économique québécois notamant à la société de développement industriel du Québec, au conseil d’administration de la caisse de dépôt et placement du Québec et au conseil d’administration d’Hydro-Québec. Remarqué par Bourassa, il sera député d’Outremont et deviendra ministre de l’Industrie, du Commerce, de la Science et des technologie. Dans les années 2000, il sera Maire de Montréal, Il est aussi VP, trésorier, membres d’une série d’organisme, alliance, au autres réunions qu’il serait inintéressant de nommer un à un dans cet article ( J’ai bien dit que je ne voulais pas trop vous ennuyer!). Bref, malgré le peu d’explois prestigieux dans sa carrière, c’est un homme actif et impliqué.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Existe-t-il une cuisine québécoise ?

10 septembre 2010

Un aventurier étranger à Montréal, David Bonnet va tester pour vous une série d’expériences culinaires et sensorielles au cours de la session pour que vous goûtiez autre chose que la saveur amère de vos intras. Je rassure les patriotes, la cuisine québécoise existe réellement et j’ai pu en connaître davantage sur ses origines lors de ma visite guidée du marché Jean Talon et de la petite Italie. Les aliments et la nourriture québécoises sont...

Agriculture : des solutions pour un avenir plus vert

24 mars 2016

Quelques habitudes de vie jugées très néfastes pour l’environnement passent au banc des accusés et sont vues par l’entièreté de notre société comme étant les causes majeures de nos problèmes écologiques. Des solutions telles que laver son auto avec une quantité raisonnable d’eau potable, utiliser des sacs réutilisables pour l’épicerie et recycler ne représentent à mon œil qu’une fraction minime des actions ayant un impact sur notre empreinte écologique. Celles-ci ne sont que la pointe de l’iceberg que devraient être nos actions environnementales. Rendus en 2016, nous devrions avoir un pas d’avance ; l’élimination de ces habitudes devrait être acquise. De plus grands sacrifices et efforts devront être faits pour atteindre un réel changement à grande échelle. Chaque produit qu’on consomme, qu’il soit alimentaire, ménager ou utile à notre vie de tous les jours, devrait être source de réflexion en ce qui concerne son effet sur l’empreinte écologique. En effet, parmi les étudiants de Polytechnique, bien plus de la moitié consomme du café régulièrement. Or, le café est loin d’être produit ici. Son transport est donc logiquement une source de gaz à effet de serre non négligeable. Pourtant personne ne jugerait ou même ne considérerait juger un buveur de café comme on le ferait pour celui qui ose mettre sa bouteille de vitre dans une poubelle. Le café dans cet exemple n’est qu’un symbole, car il est très important aux yeux de l’étudiant, mais on peut pousser une réflexion générale quant à notre consommation alimentaire. Les belles oranges de Floride que je viens d’acheter au lieu du fromage produit ici est-il vraiment un choix plus écologique parce qu’il ne provient pas de la production animale? J’en doute. Par contre, c’est inconcevable qu’un Québécois puisse s’empêcher de manger des tomates pendant tout l’hiver parce qu’elles proviennent du Mexique. Je vois donc deux solutions à ce souci : augmenter sa consommation d’aliments produits localement qui se conservent bien, tous les légumes-racines par exemple, et l’augmentation de l’utilisation de serres qui permettent la production d’aliments locaux à l’année longue. J’ai passé ma semaine de relâche à Anguille où j’ai eu la chance de visiter la serre hydroponique de l’hôtel où je résidais. Concept très intéressant, surtout quand on sait que les îles des Antilles font venir pratiquement tous leurs produits de Miami. Cette méthode de cultivation des légumes nécessite très peu d’eau par rapport à l’agriculture en champ. On évite l’évaporation, car on donne l’eau, les minéraux et les nutriments nécessaires directement aux racines de la plante via un système qui recycle ce substrat aqueux non-absorbé. Cette technique de production sauve aussi beaucoup d’espace, car on utilise des méthodes ergonomiques pour organiser les feuilles et les racines de la plante. L’hydroponie est bien sûr plus couteuse que la production traditionnelle de légumes, mais reste une véritable solution quand on voit les réserves d’eau de la Californie — état où on produit plus du tiers des légumes et deux tiers des fruits aux États-Unis — diminuer de manière dramatique (source : cdfa.ca.gov). Puisque cette méthode de culture nécessite peu d’espace et de ressources, le faire chez soi devient une option. D’ailleurs Ikea s’en est inspiré et sort en avril des trousses pour les individus comme vous et moi. Au Québec, l’option idéale est la serre souterraine aussi connue sous le nom de « walapini ». Avec un sol qui ne gèle qu’à moins d’un mètre de profondeur, creuser à quelques mètres permet de bénéficier de l’isolation naturelle du sol et de la protection contre le vent pendant l’hiver. À l’opposé, pendant l’été, ou à des latitudes inférieures, le sol conserve une température plus fraîche. Cette isolation permet ainsi d’éviter les grands deltas de température qui peuvent s’avérer fatals pour les plantes plus frêles. Ce type d’infrastructure, qu’on observe plus souvent en Amérique du Sud, permet de cultiver les végétaux pendant trois saisons, voire toute l’année dépendamment du lieu géographique exact sans avoir à chauffer ou climatiser la serre de manière ridicule. Ces deux techniques ne sont que des exemples innovateurs qui nous permettront, dans un futur plus ou moins proche de délaisser nos anciennes méthodes d’agriculture coûteuses en ressources. La période où nous consommons des aliments provenant de partout devra cesser, car elle n’est qu’une conséquence directe de la mondialisation qu’on voit émerger depuis le 21e siècle. Or, c’est un luxe qu’on ne peut se permettre si on désire poursuivre dans une direction de développement durable....

Pots-pourris

28 mars 2014

Je profite du dernier éditorial de l’année pour exprimer tout ce qui me passe par la tête en cette fin de session. Si vous pensez que le Polyscope n’est pas l’endroit idéal pour s’épancher, tant pis pour vous! Je trouve un peu étrange de parler de plusieurs sujets dans un même texte, mais j’ai lu plusieurs chroniqueurs chevronnés qui s’adonnaient à cette pratique. Je ne me sens donc pas très coupable de me lancer dans...