Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Perspectives énergétiques

Tannés des promesses d’une fusion nucléaire qui ne réponds plus à vos appels? Fatigués de votre ami qui ne se la ferme plus à propos de fusion froide et complots gouvernementaux? Voici quelques alternatives qui pourront vous réchauffer le cœur!

Suite au désastre de Fukushima, il se peut que vous ayez entendu parler de réacteur au thorium. Cette option est en effet bien plus sécuritaire que l’uranium, produisant pourtant 300 fois plus d’énergie. Le réacteur au thorium ne fait presque pas de déchets radioactifs (200 ans contre 10000 pour l’uranium), réutilise de nombreux déchets des usines nucléaires d’uranium. Il est également impossible de fabriquer des bombes nucléaires à partir du thorium, la construction des usines coûte bien moins cher, est plus rapide et facile à construire, et ne prends pas d’espace, pouvant être construit en pleine ville sans risque. Alors que les réserves d’uranium s’amenuisent rapidement, le thorium est quatre fois plus présent dans le manteau terrestre, existant déjà sous forme d’isotope ne nécessitant aucun raffinement.

Une usine de thorium expérimentale a déjà été construite en Norvège, et devra encore fonctionner pendant 5 ans avant que leur construction se répande. Par contre, de nombreuses compagnies, dont « Thorium Power Association », au Canada, préparent aussi leur phase de test pour cette technologie dont nous aurons franchement grand besoin, si nous sommes pour être 9 milliards de tatas en 2050.

Quant au solaire, la meilleure application commerciale sont les panneaux à base de nanotubes d’arséniure de gallium, pouvant être appliquée comme une peinture, et augmentant le rendement des cellules photovoltaïques de 25%, pour un prix de 5 cent/W (c’est 12 fois moins cher que des panneaux solaires conventionnels) Solar Energy Systems vient cependant de faire la puce la plus efficace, à 44,7% de conversion solaire (pas encore disponible au public).

Mais la vraie efficacité solaire est dans les tours solaires. Il s’agit d’une tour dans laquelle un liquide chimique salé garde la chaleur, que des centaines de miroirs réfléchissent en un point central. Ce type d’installation coûte souvent cher, sauf pour eSolar, une compagnie réussissant des prix battant le charbon, grâce à l’automatisation de ses processus. En poursuivant avec le thermique solaire, les concentrateurs paraboliques à moteur Stirling ont des rendements similaires, pour une application domestique.

Normalement, un problème majeur du solaire ou de l’éolien est l’emmagasinement d’énergie excédentaire. Eh bien, des chercheurs de l’université de Vanderbilt, au Tennessee, sont parvenus il y a quelques jours à fabriquer un condensateur en graphène si efficace qu’il agit comme une batterie. Pour vous donner une idée de la technologie, un cellulaire avec leur pile au graphène se chargerait en une seconde, et n’aurait pas besoin de se recharger avant des semaines.

Raaah! Je hais les pages trop petites! Je voulais vous parler du projet du Japon d’envoyer des panneaux solaires dans l’espace, transmettant l’électricité par laser, ou des éoliennes cerf-volant et les éoliennes urbaines esthétiques de HelixWind.

Tant d’autres projets méritent notre attention, spécialement en tant qu’ingénieurs. J’espère au moins vous avoir donné l’envie de vous informer, car ce n’est que le bout de l’iceberg. À nous de faire ce ces projets une réalité.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.