Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Makoto Shinkai: Maître d’animation

Producteur de films d’animation japonaise, il a su se faire une place comme un des meilleurs dans son domaine.

Âgé de 40 ans, il a gradué de l’Université Chuo en 1994 avec un diplôme en littérature japonaise à l’âge de 21 ans. Il a commencé à travailler pour une compagnie d’animation jusqu’en 2001. Il y rencontra Tenmon, un musicien qui allait créer les bandes sonores de tous les films de Shinkai (sauf le dernier sorti en 2013). Il sorti son premier court-métrage, Elle et son chat (She and Her Cat) en 1999. Celui-ci remporta plusieurs prix, ce qui encouragea Shinkai à se lancer dans la création de films d’animation.

Makoto Shinkai est directeur, illustrateur et scénariste, il produit donc en majorité l’ensemble de ses films. Il se démarque par son animation réaliste et détaillée, mais qui laisse également place à un peu de surréalisme embellissant ainsi les paysages. Il porte beaucoup attention aux effets de lumière tels les ombres et les réflexions. Combinant couleurs et ombrages, il peint un ciel féerique dans tous ses films. Il touche souvent aux mêmes thèmes dans ses films, la solitude, les relations à distance, l’amour impossible. Combinées à son animation et à la trame sonore produite par Tenmon, il produit des chefs d’œuvres. Voici donc un résumé de ses films.

«She and her cat»

Une animation de 5 minutes en noir et blanc; c’est l’histoire d’un chat et de sa maitresse, où le chat est narrateur. Il raconte sa vie avec Elle et les hauts et les bas de leur vie de tous les jours. Déjà, on remarque un style dans l’animation qui se répétera au fur et à mesure dans les autres œuvres de Shinkai. Une animation portant attention aux détails, tel les nuages dans le ciels ou les ondulations dans une flaque un jour de pluie. Il est important de noter que ce court-métrage a été produit au complet par Shinkai (excepté la trame sonore) sur son ordinateur personnel. Pour ce qui est du thème, Shinkai mets l’emphase sur les émotions humaines et la solitude.

«Voices of a distant star»

Paru en 2002, d’une durée de 25 minutes, c’est l’histoire d’une fille qui est en mission militaire dans un système solaire lointain du notre. Elle reste toutefois en contact avec son meilleur ami par l’entremise de messages texte. Nul besoin de dire que la transmission de ceux-ci prend une éternité. Shinkai dit que son inspiration viens du fait que bien que les textos soit instantanés, on ne reçoit pas toujours une réponse dans l’immédiat. Il voulait donc explorer les relations humaines dans des conditions similaires. Un film donc de science fiction, avec pour thèmes la solitude et les relations de longue distance. Animé dans son entièreté chez lui encore une fois, les paysages font rêver. Par contre, l’animation des personnages laisse à désirer.

«Beyond the clouds : The place promised in our early days»

La tour au-delà des nuages, en français, est un film de science fiction avec une animation à couper le souffle. Le ciel est tout à fait merveilleux, et les jeux de lumière sont fabuleux. Racontant la vie de trois amis (une fille et deux garçons), et leur interaction à travers les années alors qu’une guerre se prépare dans un Japon divisé. À l’horizon, on aperçoit une tour fine qui semble ne pas avoir de fin. C’est le lieu d’une expérience scientifique visant à interagir avec des univers parallèles au notre. À mesure que l’histoire avance, on se rend compte que la tour et la jeune fille ont un lien direct. Ce film explore, encore une fois comme dans la plupart des films de Shinkai, une histoire d’amour non avouée et les interactions qui s’en suivent. À cela s’ajoute un univers qui saura plaire aux mordus de science fiction. Définitivement le film de Makoto Shinkai que j’apprécie le plus.

«Garden of words»

Décidément le film de Makoto Shinkai le plus beau en termes d’animations. Le film se passe en majorité sous une pluie fine dans un parc. L’animation de la pluie et des sentiers reluisants montre le talent incroyable que possède ce directeur. C’est encore une fois une histoire d’amour non traditionnelle. L’histoire est un peu lente, mais cela laisse le temps d’apprécier l’animation et de voir évoluer la relation entre les deux personnages principaux.

Il a produit quelques autres films, donc ne soyez pas timides, il y a d’autres genres qui pourrait vous plaire également. J’espère donc que cela vous a donné envie d’aller voir quelques unes des œuvres de mon directeur de film favori.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.