Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Féminisme et Polytechnique

Cette semaine, j’ai eu le mandat d’écrire un article sur le féminisme. Puisque je suis en mi-session et que je n’ai nullement envie de faire plein de recherches, voici un joyeux pot-pourri des différentes réactions de divers polytechniciens lorsqu’on les mets devant ce mot: féminisme.

D’abord, ne pensez pas que les opinions que je vous présente représente la majorité des Polytechniciens, je ne dirai jamais qu’un vulgaire Vox Pop puisse se prétendre une «étude scientifique». De plus, certaines opinions sont à prendre avec un grain de sel car il est difficile de s’exprimer sur ce genre de questions délicates sans faire un peu d’humour.

Au Québec, les femmes représentent 55% des professionnels de 25 à 50 ans mais seulement 15% des membres des CA des entreprises cotées en bourse. Tu en penses quoi?

«C’est un état transitoire; puisque les membres de CA d’entreprise sont généralement âgés, c’est normal qu’il y ait plus d’homme puisque les femmes étaient moins nombreuses dans les universités il y a 35 ans. Dans quelques années, les femmes très éduquées auront plus d’expérience et il y aura plein de femmes dans les CA.» – Tous les gars interrogés

Que penses-tu du féminisme en général?

«J’ai l’impression que le féminisme c’est un peu comme le syndicalisme, à une époque c’était absolument nécessaire, mais maintenant on est rendu trop loin. Par contre, je suis absolument pour l’égalité homme-femme.» -Le gars en génie physique qui sait que sa blonde va faire plus d’argent que lui

«Ça me laisse complètement indifférent» – Le gars qui s’en câlisse

«Le corps de la femme appartient à la femme, qu’il y ait un bébé dedans ou pas!» – Monsieur qui a daté souvent

«Pour moi, le féminisme a une connotation très militante alors que j’ai l’impression qu’au Québec cela n’a plus vraiment sa place. Par contre, il y a plusieurs pays qui en ont vraiment besoin!» – Le Français

«Il faut commencer par représenter le féminisme dans la base propre du Hamiltonien. On peut ensuite appliquer l’opérateur d’évolution temporelle pour connaître la progression de son état dans le temps. Puisque la fonction d’onde du féminisme décrit parfaitement tout le système, pour connaître la probabilité d’un observable relié au féminisme, il suffit d’appliquer l’opérateur Hermitien de cet observable au vecteur d’état du féminisme» -Le chum de l’auteure qui a décidé d’être prudente

«Malgré ce qu’on peut dire sur les batailles féministes occidentales, qui nuisent parfois à la réputation du féminisme, je crois que c’est encore pertinent. L’équilibre salarial n’est pas atteint et les perceptions sociales ne sont pas encore optimales. Par exemple, une femme politicienne sera plus jugée sur son apparence qu’un politicien masculin.» – le nouvel héro de l’auteure

Bref, c’était quelques témoignages des polytechniciens qui trainent parfois dans les corridors de l’école. J’espère que ce Vox Pop ne nuira pas à ma réputation d’apprentie-journaliste sérieuse et que ça vous a plu!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.