Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité-- --Publicité

God Save the CUIne : Impro universitaire à Poly

Publicité-- --Publicité

C’était pendant le weekend du 28 février au 2 mars que se déroulait la Coupe Universitaire d’Improvisation (CUI), ici à Polytechnique

Ce sont 16 équipes qui sont venues des quatre coins du Québec (et du Nouveau-Brunswick) afin de participer au plus grand tournoi universitaire d’improvisation au Canada! Mais qu’est-ce que la CUI? La CUI, c’est un événement annuel organisé par une équipe universitaire d’improvisation, qui change à chaque année : cette année c’est à Poly que ça se passait. En gros, ce sont seize équipes qui s’affrontent dans un tournoi mixte, toutes rondes et élimination directe, dans le but ultime de gagner la coupe de la CUI, mais avant tout de s’amuser. C’est trois jours de belles folies pour les participants, hébergés et nourris par les organisateurs, qui en profitent pour tester leurs talents dans cette compétition amicale. Pour les spectateurs, pour lesquels l’entrée est gratuite, c’est une fin de semaine hilarante qui ne manque pas de punch.

Les organisateurs de Poly savent comment mettre l’ambiance dans l’amphithéâtre Bell. De la musique énergique pendant les temps de caucus, des arbitres incroyables et une scène à faire rougir la LNI. De plus, les joueurs étaient exceptionnels, enchainant les punchlines sans modération et se livrant à duel avec un merveilleux esprit ‘‘sportif’’. Et quelle finale! Les deux finalistes était la LUI de l’université Laval et la LIMUL de l’université… Laval! Donc une finale toute québécoise, mais non moins féroce. En effet, à un certain moment, l’hystérie était telle que l’arbitre était littéralement en train de pleurer de rire, à un tel point que les joueurs ont dû attendre avant de continuer la manche suivante.

Pour clôturer le match, la LUI y est allé d’un numéro assez spécial. Les joueurs devaient se défaire d’un morceau de vêtement à chaque réplique qu’ils faisaient. Vous pouvez imaginer qu’il ne restait plus grand-chose à enlever après une minute de jeu. C’est sur ce que le match s’est terminé avec la LUI pour vainqueur. Bref une finale de toute beauté à un événement super.

Et si jamais vous avez soif d’impro, les Impoly sont à la rotonde un jeudi sur deux à 19h.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
Publicité--
--Publicité

Dans la même catégorie

Démission à L’AEP

11 septembre 2009

Richard Bourret-Beauregard est entré à Polytechnique en automne 2006, dès sa première année, il intègre (un choix logique, dira-t-on) le comité Allo-Poly, comité spécialiste des shows d’humour. Son acolyte (à Poly et dans la vie), J-S, joint le comité aussi. Richard s’est distingué grâce à son fameux costume orange d’astronaute et par celui de Becky la bergère. Costumes qu’il arbore fièrement à même ses périodes de cours. L’année suivante, il est devenu directeur de...

Tête à tête avec la réflection de Masoch

26 septembre 2013

La vénus au vison au Théâtre Jean Duceppe   L’écrivain autrichien Leopold von Sacher-Masoch (1836-1895) était un de ces personnages qui par leurs passages non conventionnels sur la terre, marquent la conscience collective de l’homme. Pionniers du tabou, étant les premiers à admettre leur intérêt envers des activités jugées socialement inacceptables, ils en deviennent ambassadeurs à tout jamais. Quel était l’héritage de Sacher-Masoch? En plus de ses écrits littéraires, Sacher-Masoch était connu pour ses pratiques...

Moi, dans les ruines rouges du siècle

13 septembre 2013

Critique d'une pièce vue au théatre d'aujourd'hui Du haut de notre Québec prospère (on n'est plus à l'époque où 80% de l'alimentation moyenne est constituée de patate), nous voyons toujours l'histoire d'un point de vu très extérieur.  La seconde guerre...