Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Space Brothers : L’aventure spatiale

L’espace. La dernière frontière. Voici les aventures des frères Nanba. Leur mission : devenir astronautes et partir à la conquête de mars, ou du moins de la lune, pour bravement aller là où peu d’hommes sont allés.

Dans un futur vraiment pas si lointain, deux frères rêvent d’aller à la conquête de l’espace. Cette série s’intéresse à leurs parcours respectifs, mais plus particulièrement à celui peu traditionnel du frère aîné, Mutta, qui tente de rattraper son retard par rapport à Hibito, son cadet.

Alors qu’Hibito travaille déjà pour la NASA, Mutta occupe un poste d’ingénieur dans une grande compagnie automobile. L’histoire débute avec un élément déclencheur particulier : un splendide coup de boule de Mutta à son employeur, qui ridiculisait son jeune frère. Suite à son renvoi, notre protagoniste découvrira que son geste impulsif lui aura fermé les portes de pratiquement toutes les entreprises automobiles japonaises. Malgré son expérience, il ne trouve plus de travail que chez de petits garagistes.

C’est sa mère qui le sortira de cette situation, en envoyant son CV à l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA).Mutta sera invité à participer au processus de sélection des astronautes, lui donnant au moins une chance de réaliser son rêve. Les examens de sélections seront particulièrement rigoureux, mais Mutta s’accrochera, malgré ses maladresses et grâce à l’appui de certaines personnes.

Les personnages secondaires sont très intéressants, jusqu’au point où, en tant qu’observateur objectif, on doit conclure que certains d’entre eux feraient de meilleurs candidats que notre protagoniste. Je pense entre autres à Serika, qui veut reprendre les recherches de son père dans la station spatiale internationale, ou encore à Yuuri (nommé en l’honneur de Yuri Gagarin !) qui renoncera à sa place pour se consacrer à la recherche sur les formes de vie extraterrestres.

Je ne suis pas familière avec les entraînements que doivent subir les futurs astronautes, mais j’ai trouvé que cette série était très réaliste. J’ai aussi apprécié les détails dans les véhicules et les appareils technologiques qui démontrent que l’histoire se situe au cours des années 2020.

Enfin, le ton de la série est plutôt léger, régulièrement humoristique, mais réussis à nous tenir en haleine durant certains moments cruciaux. Une bonne série pour vous changer les idées alors que vous êtes absorbés par vos études et vos calculs !

Série : Space Brothers

Longueur : 88 épisodes à ce jour, non terminée

On aime : Les personnages, l’humour, l’optimisme

On aime moins : Les cliffhangers, les récapitulations parfois un peu longues en début d’épisode

Verdict : Une série très sympathique pour les futurs ingénieurs que nous sommes !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Première expérience au Marathon de Montréal

26 septembre 2013

Pour sa 23e édition, le Marathon Oasis & Demi-Marathon de Montréal a attiré 32 000 coureurs, un chiffre record ! L’événement avait lieu dans le cadre du circuit international de la Rock ‘n’ Roll Marathon Series, c’est-à-dire que tout au long du parcours, des groupes performent pour encourager les coureurs. L’engouement pour la course à pied est  définitivement en hausse. Déjà en mai dernier, toutes les courses étaient complètes, à l’exception du 1km! De mon...

Confortablement engourdi

11 mars 2016

L’émission phare de Radio-Canada, qui ressemble de plus en plus à un haut lieu de pèlerinage de l’univers médiatique québécois, a reçu sur ses ondes un invité dont le discours ne cadre pas complètement avec l’essence du divertissement grand public....

«C’est géant d’être ici!» – Oliver Riedel, bassiste de R+

21 janvier 2011

J’aimerais tout d’abord remercier madame Claudie Lapointe, représentante chez Universal Music, pour m’avoir programmé une entrevue avec un musicien de Rammstein, et surtout William Sanger, ses efforts herculéens en tant que directeur culture du Polyscope ayant permis la possibilité d’obtenir une telle entrevue. Merci beaucoup. Initialement, je devais rencontrer Paul Landers, le batteur du groupe. Toutefois, des imprévus ont fait en sorte que seul Oliver Riedel était disponible pour répondre à mes questions et...