Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Détendu comme Kalkbrenner

Aperçu article Détendu comme Kalkbrenner
Fritz_Kalkbrenner. Photo commons.wikimedia.org

Le jeudi 12 novembre, à la Société des arts technologiques, Fritz Kalkbrenner effectuait un retour aux platines montréalaises. Sa house allemande nous transportait directement dans les boîtes les plus huppées d’un Berlin en plein essor culturel.

Son apprentissage musical s’est fait aux côtés de son frère Paul en plein 90s à travers toutes les boîtes branchées berlinoises. Il faut cependant attendre 2008 pour l’éclosion à l’international avec la trame sonore du film Berlin Calling. La réussite du film leur a fourni une vitrine de choix. Cette house dansante est vue comme plus douce et chaleureuse par les critiques.

Après une longue première partie assurée par Matheus et Adrien Mitchell de 21 h à minuit, Fritz prend place au fond de la salle aux multiples colonnes bétonnées. Le public, à forte concentration européenne, s’agglutinait devant la scène presque immédiatement. Un style niche apprécié par nos oiseaux de nuit les plus posés. Pas de touristes musicaux ce soir-là à la SAT, que des fans de house. Tous venus prendre un coup, discuter et danser de façon décontractée. À ce niveau-là, le pari est réussi.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+