Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Une vision presse-bit

Aperçu article Une vision presse-bit
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
© www.brokenarrow.fr

Un ami passionné de comics m’expliquait récemment l’intégration récente de ce sujet dans la société : tandis que l’univers de super-héros se trouvait très marginal et dans l’ensemble rejeté il y a quelques années, la sortie des films Marvel/DC a changé la perspective en rendant le domaine plus populaire et accessible. Qu’en est-il alors de l’informatique? C’est ce que nous allons voir...

Par Yann Mougenel

Tout comme les comics, la perception de l’informatique a bien changé à travers les petits et grands écrans. Matrix est l’un des piliers servant de transition, nous sommes alors passés de programmeurs mâles, boutonneux, à cheveux gras et fortement introvertis à des représentants moins risibles, allant du divin Chris Hemsworth à la blonde sulfureuse, en passant par le jeune drogué révolutionnaire.

Pour illustrer ce changement, le jeu du tableau ci-contre vous permettra de tester vos connaissances de films/séries : retrouvez la description de chaque personnage.

Un changement en somme plutôt positif me direz-vous… Oui effectivement, si on se limite au domaine audiovisuel. Car pour le reste les mentalités évoluent lentement, et bien que l’informatique soit de plus en plus répandue dans notre quotidien, bien qu’il s’agisse du vecteur de changement majeur de notre société, il n’en demeure pas moins mal perçu par cette dernière.

J’apprécie ainsi toujours l’ironie de me faire catégoriser « d’addict » lorsque je parle de nouvelles technologies par une personne qui alterne ses journées entre Candy Crush et Facebook. « Oui mais si l’informatique ne m’intéresse pas? » me dira-t-on. Et bien cela est ton droit, moi-même je ne m’intéresse que très peu à la médecine, pourtant je respecte ce domaine et admet volontiers les enjeux qui en découlent.

Et c’est justement là que je veux en venir : les nouvelles technologies sont bien plus qu’un débat de quel est le meilleur système d’exploitation, ou langage de programmation. Il s’agit de polémiques actuelles qui méritent l’attention de tous, qui relèvent d’ailleurs plus de philosophie que d’informatique. Voici donc une liste non exhaustive de problèmes aussi importants que d’actualité, et qui peuvent largement mériter un brin (sinon deux) de réflexion :

 La liberté du Net

Internet étant le moyen de communication le plus répandu à notre époque, qu’est-ce qui garantit sa neutralité? Cela est-il suffisant contre l’hégémonie des quatre géants (Facebook, Google, Microsoft et Apple)?

 Le droit de possession

Avec l’apparition du téléchargement illégal, le droit d’auteur a pris un coup fatal et a du mal à se redéfinir à travers les nouvelles technologies. De la musique aux séries, en passant par les films et les livres numériques, les discussions de droit d’auteur sont souvent compliquées autant par un gouffre générationnel que par une fixation sur le profit engendré.

 L’écoute de vos activités

De nombreux scandales surgissent chaque année concernant les écoutes des services de renseignements. Pourtant les réactions sont faibles face à ces révélations, et on en devient presque accoutumé. À tel point qu’il m’arrive d’être distrait et de mettre automatiquement la NSA en copie de mes courriels.

 Les publicités

On s’accorde tous sur la nuisance de certaines publicités sur le web. Qu’il s’agisse d’un régime révolutionnaire, de rencontrer une inconnue près de chez vous ou encore d’agrandir votre sexe, les pubs sont aussi inspirées qu’intrusives. Il suffit alors d’installer Adblock Plus et le tour est joué… Seulement, le financement des sites passe bien souvent par la pub, il s’agirait donc de trouver une solution ou un équilibre pour que ces derniers ne se tournent pas vers la vente d’information (quelle transition!).

La vente d’informations personnelles

Votre sexe, votre âge, votre adresse, vos recherches sur Google… Tout cela intéresse fortement les entreprises, qui sont d’ailleurs prêtes à payer le prix fort pour les acquérir. Que vous soyez prudes ou non concernant votre vie privée, il est toujours intéressant de se renseigner sur ce trafic de données et les utilisations qui en résultent.

 Bref, pleins de sujets complexes qui peuvent faire de bons débats. Car même s’il n’est pas nécessaire d’avoir une opinion là-dessus, ou même de devenir du jour au lendemain un membre actif d’Anonymous, il convient de se renseigner un minimum sur ces dilemmes d’actualité. En effet, il en découle directement les notions de liberté individuelle et de liberté d’expression, ce pour quoi des millions de Français sont descendus dans la rue en janvier dernier. Une attention collective et régulière reste le meilleur moyen pour que l’excellent roman 1984 ne passe pas du rayon science-fiction au rayon livres d’histoire.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Les stages à Sherbrooke : un programme COOP différent

26 février 2016

Pour une fille de la région, il était assez difficile de choisir dans quelle ville déménager en fonction de l’université choisie. Dans mon groupe de 4 amis qui voulaient s’inscrire en ingénierie, je suis la seule à être venue à...

Les Carabins intraitables

20 octobre 2006

Dans un avenir pas trop lointain, les grands penseurs de ce monde devront débattre d’une nouvelle certitude de la vie. Eh oui, bientôt, une-victoire-par-blanchissage de notre équipe favorite, au soccer universitaire masculin, va côtoyer les grandes évidences humaines telles que : les taxes, le divorce et une interception lancée par Jonathan Jodoin. Qu’est-ce qui peut bien me faire dire de telles idioties pensez-vous ? Ne cherchez pas plus loin que la performance offerte par...

Agriculture : des solutions pour un avenir plus vert

24 mars 2016

Quelques habitudes de vie jugées très néfastes pour l’environnement passent au banc des accusés et sont vues par l’entièreté de notre société comme étant les causes majeures de nos problèmes écologiques. Des solutions telles que laver son auto avec une quantité raisonnable d’eau potable, utiliser des sacs réutilisables pour l’épicerie et recycler ne représentent à mon œil qu’une fraction minime des actions ayant un impact sur notre empreinte écologique. Celles-ci ne sont que la pointe de l’iceberg que devraient être nos actions environnementales. Rendus en 2016, nous devrions avoir un pas d’avance ; l’élimination de ces habitudes devrait être acquise. De plus grands sacrifices et efforts devront être faits pour atteindre un réel changement à grande échelle. Chaque produit qu’on consomme, qu’il soit alimentaire, ménager ou utile à notre vie de tous les jours, devrait être source de réflexion en ce qui concerne son effet sur l’empreinte écologique. En effet, parmi les étudiants de Polytechnique, bien plus de la moitié consomme du café régulièrement. Or, le café est loin d’être produit ici. Son transport est donc logiquement une source de gaz à effet de serre non négligeable. Pourtant personne ne jugerait ou même ne considérerait juger un buveur de café comme on le ferait pour celui qui ose mettre sa bouteille de vitre dans une poubelle. Le café dans cet exemple n’est qu’un symbole, car il est très important aux yeux de l’étudiant, mais on peut pousser une réflexion générale quant à notre consommation alimentaire. Les belles oranges de Floride que je viens d’acheter au lieu du fromage produit ici est-il vraiment un choix plus écologique parce qu’il ne provient pas de la production animale? J’en doute. Par contre, c’est inconcevable qu’un Québécois puisse s’empêcher de manger des tomates pendant tout l’hiver parce qu’elles proviennent du Mexique. Je vois donc deux solutions à ce souci : augmenter sa consommation d’aliments produits localement qui se conservent bien, tous les légumes-racines par exemple, et l’augmentation de l’utilisation de serres qui permettent la production d’aliments locaux à l’année longue. J’ai passé ma semaine de relâche à Anguille où j’ai eu la chance de visiter la serre hydroponique de l’hôtel où je résidais. Concept très intéressant, surtout quand on sait que les îles des Antilles font venir pratiquement tous leurs produits de Miami. Cette méthode de cultivation des légumes nécessite très peu d’eau par rapport à l’agriculture en champ. On évite l’évaporation, car on donne l’eau, les minéraux et les nutriments nécessaires directement aux racines de la plante via un système qui recycle ce substrat aqueux non-absorbé. Cette technique de production sauve aussi beaucoup d’espace, car on utilise des méthodes ergonomiques pour organiser les feuilles et les racines de la plante. L’hydroponie est bien sûr plus couteuse que la production traditionnelle de légumes, mais reste une véritable solution quand on voit les réserves d’eau de la Californie — état où on produit plus du tiers des légumes et deux tiers des fruits aux États-Unis — diminuer de manière dramatique (source : cdfa.ca.gov). Puisque cette méthode de culture nécessite peu d’espace et de ressources, le faire chez soi devient une option. D’ailleurs Ikea s’en est inspiré et sort en avril des trousses pour les individus comme vous et moi. Au Québec, l’option idéale est la serre souterraine aussi connue sous le nom de « walapini ». Avec un sol qui ne gèle qu’à moins d’un mètre de profondeur, creuser à quelques mètres permet de bénéficier de l’isolation naturelle du sol et de la protection contre le vent pendant l’hiver. À l’opposé, pendant l’été, ou à des latitudes inférieures, le sol conserve une température plus fraîche. Cette isolation permet ainsi d’éviter les grands deltas de température qui peuvent s’avérer fatals pour les plantes plus frêles. Ce type d’infrastructure, qu’on observe plus souvent en Amérique du Sud, permet de cultiver les végétaux pendant trois saisons, voire toute l’année dépendamment du lieu géographique exact sans avoir à chauffer ou climatiser la serre de manière ridicule. Ces deux techniques ne sont que des exemples innovateurs qui nous permettront, dans un futur plus ou moins proche de délaisser nos anciennes méthodes d’agriculture coûteuses en ressources. La période où nous consommons des aliments provenant de partout devra cesser, car elle n’est qu’une conséquence directe de la mondialisation qu’on voit émerger depuis le 21e siècle. Or, c’est un luxe qu’on ne peut se permettre si on désire poursuivre dans une direction de développement durable....