Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité-- --Publicité

Le choix de POLYRAD

Publicité-- --Publicité
Aperçu article Le choix de POLYRAD
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Couverture © Dirty Hit

Par Pierre-Luc Godin

Il y a une semaine, le groupe anglais de indie pop rock The 1975 a sorti une nouvelle chanson qui figure maintenant sur la liste Top 40 de Vevo. Je me souvenais que leur premier album éponyme sorti en 2013 m’avait marqué, c’est donc avec de hautes attentes que j’ai cliqué sur leur nouveau titre. Ma joie s’est vite estompée : on aurait dit un mélange de Mika et de Miley Cyrus, hanté par l’ombre de ce qu’était le groupe en 2013. J’ai donc réécouté leur premier album pour vérifier qu’il était aussi bon que dans mes souvenirs. Et c’était bien le cas!

Cette semaine, je vous ramène donc en 2013 pour vous faire écouter The 1975, un album coloré qui regroupe des titres qui s’étendent d’un bout à l’autre du spectre musical : des titres de party pour vous faire danser à n’importe quelle heure tels que Girls et Chocolate jusqu’à l’ambiance sensuelle de Menswear et Is There Somebody Who Can Watch You en passant par du son comme Robbers et Settle Down pour vous garder éveillé pendant un road trip nocturne.

The 1975 mentionne dans un de leurs clips qu’ils ne sont pas un groupe pop, mais leur musique me semble définitivement pop rock. Dans tous les cas, la guitare électrique et la batterie acoustique sont les bienvenues dans une scène pop de plus en plus électronique. Et avec l’accent anglais de Matthew Healy si agréable à écouter, on s’étonne que l’album n’ait pas dépassé la 28e position au Billboard américain.

Artistes similaires :

The Neighboorhood, Arctic Monkeys, Bastille

Vous avez une suggestion d’album pour le prochain numéro? N’hésitez pas à m’écrire!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
Publicité--
--Publicité