Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’hypercité

Aperçu article L’hypercité
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Songdo : Un aménagement optimisé pour réduire la demande énergétique. Photo © Alchimy.info

Il est prévu qu’en 2050, 75 % de la population mondiale habitera en ville, ce qui exigera une efficacité accrue des réseaux de transport, des canalisations et autres systèmes structurant le milieu urbain.

Songdo: Paysage fururiste. Photo © rjkoehler.tumblr.com

Songdo: Paysage fururiste.
Photo © rjkoehler.tumblr.com

Dans ce contexte, le développement des villes est à l’ère des cités intelligentes. Les IBM, Cisco et Microsoft de ce monde, ces grandes firmes œuvrant dans les nouvelles technologies, méditent sur la résolution de problèmes urbains à l’aide de réseaux d’information. À l’heure actuelle, plusieurs projets de nouveaux développements servent de plateforme d’expérimentation pour ces multinationales qui désirent forger le monde de demain.

 

L’expérience Songdo

L’un des chantiers les plus impressionnants est sans contredit la ville de Songdo en Corée du Sud qui découle d’une collaboration entre la compagnie immobilière Gale International et la multinationale spécialisée dans les réseaux informatiques Cisco Systems. Cette ville-laboratoire sied sur une île reconquise sur la mer Jaune aux environs de Séoul et vise la création d’un environnement ultraconnecté. Les résidents de Songdo ont accès à des consultations médicales, des séances d’entraînement ainsi que des cours de langues dans le confort de leur maison par un écran connecté au réseau Cisco recouvrant l’entièreté de la ville. Ce réseau encourage aussi l’autogestion des citoyens qui, par un accès facilité aux données concernant leurs habitudes de consommation, prennent conscience de leur empreinte écologique.

Ce caractère intelligent se retrouve aussi dans l’aménagement de la ville qui cherche à encourager les moyens de transport verts. Le cabinet d’architecture responsable du projet, Kohn Pederson Fox, a conçu un développement urbain où les quartiers résidentiels avoisinent les quartiers des affaires de façon à réduire les distances maison-travail. Afin de créer un poumon urbain à la manière du Central Park de New-York, Songdo s’étend autour d’un grand parc totalisant 41 hectares. Et sous cette ville recouverte à 40 % d’espaces verts, se camoufle un monde souterrain hautement sophistiqué. Les eaux de pluie sont canalisées et recyclées alors que les déchets ménagers sont acheminés par des conduites reliant chaque domicile à une usine d’incinération, la chaleur produite permettant de réchauffer les immeubles en temps froid.

Les partenaires fondateurs de cette cité technologique voient en Songdo le futur du hub financier favorisant la concentration des sièges sociaux de grandes compagnies. Malheureusement, leur rêve tarde à se réaliser compte tenu des règles relativement strictes imposées par la Corée du Sud sur l’implantation commerciale.

Dystopie?

Mais ces projets à grand déploiement ne portent-ils pas en eux la semence d’un monde orwellien où, de la fusion de Big Brother et du big data, émerge un milieu stérile, aseptisé, dénué d’humanité? Le secteur privé, principal déclencheur de ce renouveau, semble oublier qu’une ville n’est pas une entreprise, qu’elle nécessite ces doses d’inefficacité : sa culture, sa communauté et ses moments de contemplation. Malgré la nécessité d’optimiser le processus urbain, l’épanouissement des individus doit demeurer la priorité des acteurs de développement.

À LIRE :

http://www.bbc.com/news/technology-22538561




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.