Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

eSport – CS:GO : Un premier titre majeur pour EnVyUs

Aperçu article eSport – CS:GO : Un premier titre majeur pour EnVyUs
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Les EnVyUs après leur victoire. Photo ©Adela Sznajder/DreamHack

Le 28 octobre, les meilleures équipes de la planète se sont réunies en Roumanie pour la DreamHack de Cluj-Napoca, 3ème tournoi majeur de l’année. Après cinq jours de compétition acharnée, les EnVyUs sortent victorieux et remportent un premier major bien mérité. Claire Boucher nous refait l’honneur de sa présence aérienne le 21 novembre prochain au Métropolis.

Apparu au début des années 2000, Counter-Strike est rapidement devenu une valeur sûre du sport électronique. Aujourd’hui dans l’ère Counter-Strike : Global Offensive (CS:GO pour les intimes), des millions de joueurs autour de la planète supportent leurs équipes favorites lors d’événements rediffusés sur internet.

Le tournoi

Directement sponsorisé par Valve, la DreamHack Cluj-Napoca affiche un cashprize de 250 000$. Les équipes, au nombre de seize, sont réparties en quatre poules. Les deux premières équipes de chaque groupe accèdent à la phase suivante, les playoffs. Du côté des participants, c’est du classique. On retrouve en favoris Fnatic (vainqueurs des deux derniers majors), Virtus.pro, EnVyUs et NIP (Ninjas In Pyjamas). Mais attention, les challengers sont nombreux : TSM (Team SoloMid), Cloud9, Titan, Na’Vi… Tous veulent remporter les 100 000$ du vainqueur et ajouter un titre majeur à leurs palmarès.

Les poules

Qui dit phase de poules dit … groupe de la mort ! Lors de cette édition, le fameux groupe était le C. On y retrouve que des « gros calibres » : Virtus.pro, NIP, Titan et Team Liquid. Du côté des poules A, B et D, les favoris réussissent à passer sans trop d’encombre. Les qualifiés sont Fnatic et Luminosity Gaming pour le groupe A, Team Solomid et Gamers2 pour le B et enfin EnVyUs et Na’vi dans la poule D. Et le groupe de la mort alors ? J’y viens. Virtus.pro se qualifie en premier aux dépens de Team Liquid, il n’y aura donc pas d’équipe pour représenter les États-Unis en phase finale. Le duel pour départager le deuxième qualifié se joue entre Titan et NIP, ces derniers l’emportent portés par un « f0rest » en feu.

The show must go on

Le main event commence le 31 octobre avec nos huit qualifiés, la tension est à son comble, les mains sont moites et les esprits plus concentrés que jamais. Na’Vi et NIP se défont respectivement de Luminosity Gaming et TSM. Pour les deux rencontres qui suivent, les parieurs, au vu des résultats, se sont probablement arraché les cheveux. En effet, EnVyUs viennent à bout des favoris Fnatic sur un score de 2-1 tandis que, de l’autre côté, les obscurs Gamers2 font tomber les géants de l’Est Virtus.pro, déjà vainqueurs d’un tournoi majeur l’année dernière devant leur public. Les demi-finales opposent EnVyUs à Gamers2 et Na’Vi à NIP. Les Français battent avec difficulté les joueurs de Gamers2, le duo « Happy »/« KennyS » permet à l’équipe de décrocher son ticket pour la finale. A la surprise générale, les Na’Vi écrasent NIP 2-0 pour accéder à la rencontre ultime.

Le dénouement

Aucune de ces deux formations n’a remporté de tournoi majeur (sauf pour certains membres de EnVyUs alors qu’ils faisaient partie de LDLC.com). Qui de « GuardiaN » ou « KennyS » (NldA : aka. AWP God) aura la joie de soulever le trophée? La première carte, choisie par Na’Vi, est Train. Les Ukrainiens y ont montré beaucoup de confiance tout au long du tournoi, mais face aux EnVyUs ils semblent un peu moins à l’aise. C’est un combat très serré, ce n’est pas « GuardiaN » qui sort du lot pour les Na’Vi mais « seized ». Ce dernier affiche à la fin du match un total impressionnant de 32 kills. Mais c’était sans compter une solide performance d’équipe des EnVyUs qui, au bout d’un match haletant, l’emportent 16-14. La seconde carte du match est Cobblestone et elle est synonyme de « go big or go home » pour les Na’Vi. Malheureusement démoralisés par la première manche, ils s’écroulent 16-5 face aux Frenchies. Mission accomplie pour les EnVyUs qui remportent donc leur premier tournoi majeur.

Le prochain major aura lieu l’année prochaine, ce qui laisse le temps aux différentes équipes de peaufiner tactiques et technique pour espérer sortir victorieux d’une bataille qui sera, sans aucun doute, aussi passionnante que celle-ci.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

A-t-on un plan pour nos cours?

9 octobre 2015

Après une première chronique intitulée « Après un an à Poly, je ne demande pas la perfection » expliquant la grande permissivité de l’authentification du mot de passe sur l’interface Horde du courriel de Poly, la chronique d’aujourd’hui fait le point sur la présentation du plan de cours à Poly. Les étudiants qui ont eu un parcours académique au cégep constateront qu’à Poly, le plan de cours n’est pas nécessairement rédigé avec une rigueur exemplaire....

La LNI entame sa 30e saison

20 mars 2008

30 ans, c’est encore l’âge de la perpétuelle déraison pour la Ligue Nationale d’Impro ! Que nous promet cette trentième saison ? Un ancrage dans la tradition et une relève bien vivante. La tradition est célébrée par le cadre familier qui se retrouve saison après saison. La relève intervient donc graduellement, sur la pointe des claques. Ce soir du lundi 11 février, trois mois après le décès de Pierre Martineau, le nouveau Maître de...

Entre la vie et la mort

22 septembre 2006

Les comédiens du tout jeune Théâtre de la Banquette Arrière reprennent d’assaut la scène de La Licorne pour y présenter une pièce décapante signée Mathieu Gosselin. La fête sauvage découle de l’univers infantile de Gosselin, univers long et plat, celui de Saint-Athanase où il est né en 1978. Gosselin tenait à situer sa pièce en campagne, là ou le concept d’amitié prend un sens beaucoup plus profond, beaucoup moins cyclique, parce que loin des...