Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Satisfaits, nous sommes? À voir, il reste.

Je ne sais pas si la rumeur s’est rendue jusqu’à tes petites oreilles vertes, mais sinon je te l’annonce en primeur : une nouvelle trilogie de Star Wars il y aura. Oui oui, mon jeune Padawan, le premier épisode de la troisième partie de la saga que Disney nous a promis en 2012 sera à l’affiche le 18 décembre prochain. Tous emballés nous sommes maintenant? Oui… Par contre, quelques réserves hantent les fanatiques en nous qui restent sceptiques face au cadeau qui nous attend à Noël.

C’est J.J. Abrams, directeur des deux derniers films de Star Trek, qui dirige le tournage de Star Wars VII : The Force Awakens. « Mais ça n’a pas de bon sens! », me direz-vous, « Ma mère m’a toujours dit qu’il fallait choisir son camp entre ces deux classiques de la science-fiction du siècle dernier… ». Faut croire que ce dilemme existe encore plus que jamais pour lui. Ceci dit, l’histoire qui nous intéresse ici se déroule 30 ans après la fin du sixième épisode. Nous retrouvons Han Solo, Leia Organa, Chewbacca, R2-D2 et C-3PO. S’allient à ces derniers de nouveaux personnages principaux, soient Rey, Finn et Poe Dameron, interprétés respectivement par Daisy Ridley, John Boyega et Oscar Isaac. Ils lutteront avec la « Résistance » contre Captain Phasma et Kylo Ren, les nouveaux représentants de la force obscure, dans la galaxie toujours en guerre.

Le synopsis s’arrête à cela pour éviter de perdre la magie en tombant dans les nombreuses fuites qu’on retrouve sur le net. Parlant de magie, on peut imaginer plusieurs sources de déception guettant les adeptes des premiers films. Il est toujours très difficile d’essayer de plaire à un public qui possède tant d’attentes, car oui on en a des attentes! Les producteurs du film ont beaucoup de pression, l’histoire doit être à la hauteur des autres épisodes, les effets spéciaux doivent nous en mettre plein la vue, on doit retrouver des personnages aussi charismatiques qu’autrefois et il ne doit surtout pas y avoir d’erreurs ou d’incohérences avec les multiples concepts mis en place auparavant — on voit déjà des critiques du nouveau titre pour son terme « force awakens » puisque la force ne peut pas « s’endormir ». Bref, on veut retrouver l’univers de Star Wars qu’on chérit tant dans un contexte où le cinéma a énormément évolué. Notre satisfaction face à bien des choses dépend souvent du rapport du produit délivré par rapport à notre attente. Honnêtement, j’encourage les spectateurs à arriver en salle en décembre avec une attitude très ouverte, pour maximiser ce fameux ratio de satisfaction vis-à-vis le film.

À mon avis, autant peut-on croire que c’est une erreur de la part de Disney et de Lucasfilm Production de redonner vie à Star Wars, autant cette décision a définitivement sa part de pertinence puisqu’elle assure le retour de la saga dans la mémoire collective. Les jeunes, pour encore plusieurs décennies, connaîtront ce film culte. Et dans le pire des cas, vous n’avez qu’à fermer les yeux, car J.J. Abrams a confirmé que c’est encore une fois le compositeur John Williams qui écrira la musique pour les prochains films, nous assurant ainsi une mélodie toujours aussi épique et poignante.

Articles similaires

Lancement du Festival de films Juste Pour Rire

13 juillet 2009

L’ouverture du Festival de Films Juste pour Rire s’est déroulée le 10 juillet au Cinéma Impérial avec la projection de OSS117, Rio ne répond plus. Michel Hazanavicius et Jean Dujardin étaient présents pour promouvoir leur film. Synopsis : Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, est l'espion français considéré par ses supérieurs comme le meilleur de sa profession. En cette année 1967, il est envoyé en mission à Rio de Janeiro, à la...

Prince of Persia : The Sands of Time

31 mai 2010

Une adaptation audacieuse du jeu du même nom développé par Ubisoft Montréal, le film Prince of Persia : The Sands of Time a pris l’affiche ce vendredi 28 mai dernier. Malgré qu’il ne fasse pas l’unanimité parmi les critiques, le public a plutôt bien accueilli la réalisation de Mike Newell (à qui l’on doit notamment Harry Potter and the Goblet of Fire). En effet, malgré qu’on reproche la « blancheur » de peau du dit prince...

Kino : Ce n’est pas la longueur qui compte, c’est ce que vous faites avec !

12 août 2009

Montréal, janvier 1999. La fin du monde est prévue pour le premier janvier de l’année prochaine. Une caméra, un ordinateur, un écran. Que faire pour tromper cette apocalypse du deuxième millénaire ? Kino devient l’exécutoire de ce temps qui file inexorablement vers la date fatidique. Le concept ? Chaque mois, réaliser un court métrage et le présenter lors d’une soirée réunissant les travaux d’autres passionnés du cinéma, et à la fin de la projection,...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.