Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Quelques heures avant l’éclatement de la bulle

Aperçu article Quelques heures avant l’éclatement de la bulle
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Sophie Desmarais et Luc Picard livrent une performance exemplaire Photo © Summon communication

La pièce Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de noël commence sa tournée québécoise. J’ai assisté à une représentation au théâtre d’Outremont le 15 octobre dernier.

Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël, a été produite et présentée il y a deux ans au Théâtre d’Aujourd’hui. La mise en scène est signée Marc Beaupré. Le texte original (en anglais) est de l’auteur montréalais Michael Mackenzie et la traduction d’Alexis Martin.

 

La pièce nous transporte dans le bureau de Jason (Luc Picard), financier de prestige et patron d’un grand edge fund américain, pendant une nuit de travail à la veille des effondrements boursiers de la crise de 2008. Alors qu’un de ses plus gros clients tente de se retirer du fond, avec des conséquences annoncées catastrophiques sur l’économie mondiale, Jason demande conseille à Cass (Sophie Desmarais) une génie des mathématiques excentrique. On devine qu’il y a entre eux plus qu’une relation de travail normale.

Je ne tournerai pas autour du pot : il s’agit d’une pièce remarquable. Le texte (et sa traduction) en est en bonne partie responsable. Mackenzie parvient à nous intéresser au monde de la finance, à nous informer sur la crise, à nous divertir et à nous toucher. L’exercice périlleux consistant à mêler le cérébral et l’émotif est parfaitement réussi. En fait, rien ne sombre dans l’excès. Par exemple, la critique du système, bien que franche, n’est ni caricaturale, ni injuste. On sent ici une fascination envers le monde de la finance et ses absurdités. Résultat : la pièce relève plus d’une étude que d’un pamphlet politique.

 

Les acteurs évitent eux aussi habilement le piège de la caricature. Luc Picard, un comédien extrêmement talentueux, campe un Jason particulièrement vrai. Il a beau être affublé de la majorité des défauts traditionnellement associés aux requins de Wall Street (arrogance, insensibilité, machisme, tempérament colérique, estime de soi débordante…), le spectateur a de la difficulté à le haïr… ou disons à le haïr complétement. Luc Picard parvient à nous transmettre ses faiblesses et son humanité. Jason est bien conscient que le système financier est bâtit sur du vide : il n’en croit pas moins qu’il suffit que les forts continuent d’avancer, de croire et d’acheter pour en éviter la chute.

 

Sophie Desmarais nous offre aussi une excellente performance. Il faut dire qu’elle est une des meilleures comédiennes québécoises de sa génération. Elle incarne une Cass attachante qui, obsédée par les mathématiques et peu à l’aise avec les contacts humains, nous raconte comment sa thérapeute tente de lui apprendre ce qu’est une métaphore. Sa différence ne l’empêche pas d’être la plus humaine des deux protagonistes. Spectatrice plus qu’actrice du désastre boursier annoncé, elle assiste, distraite et détachée, au désespoir de son patron, au plus grand plaisir des spectateurs…

 

En bref, Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël vaut le détour. Les dates de la tournée québécoise sont disponibles sur internet.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+