Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le divertissement par la désinformation

Aperçu article Le divertissement par la désinformation
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Jack Warnerl pris en lagrant délit d’imbécilité

Couverture de bévues médiatiques par le biais de votre média favori. Pas de quartiers. Le Polyscope s’est abstenu de pleurer car il vaut mieux en rire!

Dans une ère carburant aux médias sociaux et à la tonne d’information qui y est véhiculée, nul n’est à l’abri de nouvelles erronées, que ce soit par négligence ou mesquinerie. Heureusement pour nous ces erreurs peuvent être sources de rires lorsqu’il s’agit de proches ou d’amis ou même devenir des grands moments de comédie lorsque cela met en vedette des gens à l’avant-scène médiatique. Certains faux-pas sont trop exquis pour les laisser sous silence, c’est donc avec un sentiment de devoir, marqué de plaisir, que le Polyscope lève le rideau sur quelques énormités.

 

« Experts »

Quelques jours après les attentats de Charlie Hebdo, la très écoutée/contreversée chaîne américaine Fox News s’est permis une énormité sur heure de grande écoute par l’entremise du journaliste Steven Emerson. La chaîne de nouvelles la plus écoutée aux USA affirmait, avec l’aplomb et la certitude qui leur est propre, que la ville de Birmingham (Angleterre) était une ville entièrement musulmane. ‘’L’expert’’ en terrorisme prit le soin de rajouter une couche de bêtise : ‘’Et dans certaines parties de Londres, il y a des polices religieuses qui s’attaquent et frappent toute personne qui ne revêt pas de tenue islamique adéquate’’. La réponse du premier ministre britannique David Cameron fut tout aussi cinglante : ‘’Quand j’ai entendu ça, j’ai failli m’étouffer avec mon porridge. J’ai pensé que c’était un poisson d’avril. Ce type est un complet imbécile.’’ Des mauvaises langues affirmaient que l’étouffement en question serait dû à la médiocre cuisine britiche. Mais peu importe, les excuses du pseudo-expert vinrent dans les heures suivantes.

 

Dictateur sexy

La débandade continue avec un Kim Jung Un de parade. La chaîne de nouvelles chinoise Chinese People’s Daily relatait le nouveau titre du leader suprême Nord-Coréen. Les sources, vous l’aurez deviné, restent douteuses. Apparemment le dictateur asiatique aurait des allures de sex-symbol, allures qui auraient toutefois échappé au monde occidental mais pas à The Onion! L’homme le plus sexy de la planète, intronisé par le très célèbre journal satirique, étala malgré lui son pedigree sur les téléviseurs chinois. En bonus : un diaporama de 55 photos du fringant Kim. Kim souriant à une foule en liesse. Kim organisant des visites d’usines. Kim chevauchant un étalon blanc. Oui, Kim l’homme du monde. Ça ne s’invente pas.

 

FIFA s’enfonce

The Onion frappe encore. Le contexte : la FIFA est sous enquête de la police fédérale américaine pour corruption, blanchissage d’argent et autres larcins. L’ex vice-Président de la FIFA, Jack Warner essayait tant bien que mal de redorer le blason de son organisation, rongée jusqu’à l’os par la corruption, en clamant sur vidéo que la FIFA n’a rien à craindre des investigations du FBI car elle va même jusqu’à accorder la coupe du monde féminine aux USA – Oui, celle qui vient tout juste de se dérouler au Canada! Il brandit même un article, preuve à l’appui. Le seul souci : l’article en question est également signé The Onion… Plus gênant encore lorsqu’il est repris par le comédien John Oliver dans son segment humoristique de nouvelles hebdomadaire Last Week Tonight dans le seul et unique but de le ridiculiser. Plus 5 de millions de vues sur Youtube. Warner, bien que confronté à sa bêtise, n’a émis aucun commentaire. Décision réfléchie.

 

On ne peut qu’espérer que la leçon est retenue pour nos novices du journalisme qui apprennent un peu tard que la source est aussi importante que l’information en soi. Aussi, en 2015, la connerie se paie cash, au grand dam des faux-culs, au grand plaisir du reste du monde.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.