Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Peur sur les Internets

Aperçu article Peur sur les Internets
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Petite promenade dans les bois avec Slender Man. Photo © Victor Surge

À l’approche du 31 octobre, le grand frisson se vit aussi sur Internet avec les creepypastas, ces histoires et légendes urbaines terrifiantes qui exploitent nos peurs les plus profondément enfouies. Mais peut-être en faut-il un petit peu plus pour vous impressionner?

Connaissez-vous les creepypastas? Eh bien, c’est le genre d’histoires qui pourraient bien vous faire frissonner pour le soir d’Halloween. Par exemple dans le noir, tapi au fond de votre lit, ou bien dans un cimetière abandonné, entre deux tombes, à la lueur blafarde d’une chandelle mourante… Bon, d’accord, pas besoin d’aller si loin. Les creepypastas, donc, sont des histoires particulièrement inquiétantes voire effrayantes qui circulent sur un certain nombre de sites web, comme par exemple sur Reddit, notamment sur un forum judicieusement intitulé… No Sleep. Le terme lui-même de « creepypasta » provient du mot « copypasta », qui désigne un morceau de texte destiné à être allègrement copié-collé un peu partout et qui est apparu sur le site 4chan, comme un nombre incalculable d’autres phénomènes Internet.

Du mythe à l’horreur

Une des légendes les plus populaires parmi celles qui inspirent les creepypastas est probablement celle de Slender Man. Il s’agit d’un personnage mythique à la silhouette humanoïde extrêmement fine, pâle, aux bras anormalement allongés. Slender Man, qui a été créé de toutes pièces en 2009 à l’occasion d’un concours de photos pseudo-paranormales, a la désagréable réputation de poursuivre et d’enlever de mignons petits enfants. Le mythe s’est répandu comme une trainée de poudre dans l’univers enflammé d’Internet et a inspiré non seulement de nombreuses creepypastas, mais également des jeux et des vidéos, comme celles de la web-série à succès Marble Hornets. Dans cette série disponible sur YouTube, un certain Jay décide de s’atteler au visionnage de cassettes issues d’un projet de film soudainement et mystérieusement interrompu par son ami Alex, qui a d’ailleurs disparu sans laisser d’explications après avoir transmis les cassettes en question, tout en conseillant de les brûler sans ménagement…

La légende de Slender Man a depuis hélas fait parler d’elle d’une bien triste manière, puisqu’en 2014 aux États-Unis, le sympathique petit mythe bon pour les histoires d’horreur autour du feu de camp a provoqué de dramatiques incidents, bien réels cette fois. Dans le Wisconsin, deux jeunes filles de douze ans ont tenté de tuer leur amie par une vingtaine de coups de couteau après l’avoir attirée dans les bois, tout cela en hommage à Slender Man. Une deuxième agression du même style, quelques jours plus tard dans l’Ohio, pourrait également être directement liée à la créature. Finalement, il y a peut-être bien des raisons d’avoir peur de Slender Man.

Technophobes

Ce qui frappe quand on s’intéresse un peu aux creepypastas en général, c’est le rapport quelque peu obsessionnel à la technologie. Rien de très étonnant, me direz-vous, pour un phénomène aussi récent et autant ancré sur Internet. Néanmoins, il se dégage de ces histoires comme une crainte profonde et ancienne, ou tout du moins une inquiétude, sur ce que nos objets électroniques et notre monde numérique peuvent renfermer de paranormal. Il suffit de voir le nombre de creepypastas qui impliquent de vieilles cartouches de jeux hantées, ou encore des fichiers aux effets mystérieux tels que des images ou des vidéos.

Au rayon des histoires effrayantes concernant les jeux vidéo, la série Pokémon possède en particulier son lot de creepypastas. Une légende très répandue mentionne l’existence de cartouches japonaises ayant conduit à une vague de suicides d’enfants en raison de fréquences suraiguës dans la musique de Lavanville, un des lieux du premier jeu de la série; de quoi alimenter les fantasmes les plus fous. Il n’est pas difficile de trouver des histoires du même type pour des jeux tels que The Legend of Zelda ou encore Mortal Kombat, avec toujours une bonne dose de paranormal, de gens qui meurent mystérieusement, de peluches qui saignent des yeux, et j’en passe. Au-delà des jeux vidéo, l’univers Disney est également un thème récurrent pour les auteurs de creepypastas.

On se calme

Bref, tout cela a l’air bien inquiétant. Mais peut-être pas au point d’en faire une insomnie, contrairement à ce que nous suggère Reddit. Après tout, ce qui manque terriblement à l’immense majorité de ces histoires soi-disant terrifiantes, c’est le doute sur la réalité du phénomène décrit, qui, dans l’esprit du lecteur, a justement cette faculté naître la peur. Clairement, une creepypasta n’a pas vraiment de quoi ébranler une personne un tant soit peu rationnelle. Finalement, une creepypasta fait peur comme un mauvais film d’horreur; la plupart du temps, au-delà de la curiosité, elle attire au mieux l’indifférence, au pire l’amusement. Vous pouvez vous recoucher tranquilles.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+