Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Moroder : Le père du disco au festival POP Montréal

Aperçu article Moroder : Le père du disco au festival POP Montréal
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Giorgio Moroder (c) Kathryna Hancock

Dans le cadre du festival POP Montréal, l’Église Saint-Jean-Baptiste s’est trouvée un nouveau maître de cérémonie : l’italien Giorgio Moroder.

Daft Punk, Blondie, Coldplay, Elton John, Janet Jackson, David Bowie. Qu’est-ce que toutes ces personnes ont en commun? Giorgio Moroder.
Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais ce producteur et DJ italien de 75 ans est le père du disco. Après avoir découvert le synthétiseur et le vocoder, assuré une carrière phénoménale à Donna Summer en lui signant son titre I Feel Love, et sorti son album From Here To Eternity qui posera les bases de la musique électronique, Giorgio Moroder s’impose comme producteur de génie. Même le cinéma fera appel à lui : Moroder participera aux bandes originales des films Midnight Express, Flashdance, Scarface et Top Gun pour lesquelles il recevra de nombreuses récompenses.

Après une période assez creuse, ce sont les Daft Punk qui lui offrent un retour sur le devant de la scène en 2013 lors de la sortie de leur album Random Access Memories sur lequel la chanson Giorgio by Moroder raconte la vie du producteur italien par le biais d’une passionnante entrevue réalisée par les deux robots.
C’est donc suite à cette renaissance médiatique que Giorgio Moroder décide de sortir son premier album en près de 30 ans : Déjà Vu sort en juin 2015. Aux sonorités très électro-pop ayant gardé le meilleur du disco et du funk, l’album est bardé d’artistes invités : Sia, Charli XCX, Kylie Minogue, Matthew Koma, Britney Spears ou encore Kelis participent à cet opus.

Annoncé au festival POP Montréal le 18 septembre prochain, on a bien hâte de savoir ce que réserve Giorgio Moroder à l’Église Saint-Jean-Baptiste : pour un lieu aussi unique et des billets de 45 à 75 $, on espère qu’il ne se limitera pas à un simple DJ mixset ou à son dernier album, peut-être un peu trop pop-acidulée pour l’occasion. Un live-set avec quelques synthétiseurs et des reprises de ses classiques discos serait de mise!

Giorgio Moroder + invités
Festival POP Montréal et NEON
Vendredi 18 septembre, 21h30
Église Saint-Jean-Baptiste

Articles similaires

Karnival v.2

12 mars 2010

C’est dans le cadre de la Nuit Blanche du festival Montréal en Lumière que s’est tenue la seconde édition de l’évènement Karnival, organisée par Ghislain Poirier et ses collaborateurs habituels. Successeur des soirées Bounce le Gros autrefois organisées par l’artiste qui se fait désormais appeler uniquement Poirier, l’évènement hérite des qualités de son ancêtre en présentant au public un mélange de différents genres de musique. Les occasions de faire de nouvelles découvertes sont donc...

4e édition de M pour Montréal

23 octobre 2009

La plate-forme M pour Montréal a été très active cette année : organisation des soirées mini-M qui font la promotion d’artistes en début de carrière chaque mois aux Foufounes Électriques, organisation du festival M sur les Quais qui a regroupé une vingtaine d’artistes sur deux scènes pendant deux jours et enfin la participation à plusieurs festivals à l’étranger (South by Southwest au Texas, The Great Escape en Angleterre, et le CMJ Music Marathon à New...

Sperm Festival is back ! @ Prague

31 mai 2010

Quel genre de festival peut bien porter le nom de Sperm Festival ? Disons qu’à Prague, il ne faut s’étonner de rien ! Rendez-vous incontournable des amateurs de musique électronique, le festival avait lieu les 23, 24 et 25 avril derniers à la MeetFactory de la capitale tchèque après deux années d’absence. Fort d’une programmation variée, s’étalant pendant trois nuits, le festival a eu recourt à une campagne publicitaire des plus originale pour attirer les...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.