Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Moroder : Le père du disco au festival POP Montréal

Aperçu article Moroder : Le père du disco au festival POP Montréal
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Giorgio Moroder (c) Kathryna Hancock

Dans le cadre du festival POP Montréal, l’Église Saint-Jean-Baptiste s’est trouvée un nouveau maître de cérémonie : l’italien Giorgio Moroder.

Daft Punk, Blondie, Coldplay, Elton John, Janet Jackson, David Bowie. Qu’est-ce que toutes ces personnes ont en commun? Giorgio Moroder.
Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais ce producteur et DJ italien de 75 ans est le père du disco. Après avoir découvert le synthétiseur et le vocoder, assuré une carrière phénoménale à Donna Summer en lui signant son titre I Feel Love, et sorti son album From Here To Eternity qui posera les bases de la musique électronique, Giorgio Moroder s’impose comme producteur de génie. Même le cinéma fera appel à lui : Moroder participera aux bandes originales des films Midnight Express, Flashdance, Scarface et Top Gun pour lesquelles il recevra de nombreuses récompenses.

Après une période assez creuse, ce sont les Daft Punk qui lui offrent un retour sur le devant de la scène en 2013 lors de la sortie de leur album Random Access Memories sur lequel la chanson Giorgio by Moroder raconte la vie du producteur italien par le biais d’une passionnante entrevue réalisée par les deux robots.
C’est donc suite à cette renaissance médiatique que Giorgio Moroder décide de sortir son premier album en près de 30 ans : Déjà Vu sort en juin 2015. Aux sonorités très électro-pop ayant gardé le meilleur du disco et du funk, l’album est bardé d’artistes invités : Sia, Charli XCX, Kylie Minogue, Matthew Koma, Britney Spears ou encore Kelis participent à cet opus.

Annoncé au festival POP Montréal le 18 septembre prochain, on a bien hâte de savoir ce que réserve Giorgio Moroder à l’Église Saint-Jean-Baptiste : pour un lieu aussi unique et des billets de 45 à 75 $, on espère qu’il ne se limitera pas à un simple DJ mixset ou à son dernier album, peut-être un peu trop pop-acidulée pour l’occasion. Un live-set avec quelques synthétiseurs et des reprises de ses classiques discos serait de mise!

Giorgio Moroder + invités
Festival POP Montréal et NEON
Vendredi 18 septembre, 21h30
Église Saint-Jean-Baptiste

Articles similaires

Osheaga 2010

18 août 2010

D’habitude, quand on pense à Osheaga, on pense à la boue, parce qu’on sait qu’il y aura au moins une journée de pluie durant la fin de semaine, et que la terre mouillée, une fois foulée par environ 106 000 pieds, ça donne pas un sol très ferme. Un genre de centre de thalassothérapie à grand déploiement. Pour sa cinquième année, le festival s’est toutefois associé à Dame Nature pour offrir aux festivaliers une température de...

Spectacles du Festival de Jazz 2010

9 juillet 2010

DJ Food, Kid Koala, The Slew, Spank Rock et Émilie Simon (par Francis-Olivier LeBlanc) Il faudrait vraiment manquer d’humilité pour dire que Kid Koala n’a pas de talent. C’est en le voyant qu’on peut vraiment considérer les platines comme un instrument à part entière. Le programme triple au Métropolis a débuté par DJ Food, qui a réchauffé la salle lentement, mais sûrement avec des rythmiques lounges sans trop s’énerver sur ses tables tournantes. Un...

Michel Fugain à Montréal

7 novembre 2008

«Fais comme l’oiseau, ça vit d’air pur et d’eau fraîche un oiseau, d’un peu de chasse et de pêche un oiseau, mais jamais rien ne l’empêche l’oiseau, d’aller plus haut !» Pour certains, Michel Fugain et le Big Bazar ont formé leur jeunesse ; pour d’autres, des chansons comme Fais comme l’oiseau ou Une belle histoire font partie de leur répertoire musical sans qu’ils sachent où ils les ont entendues; pour quelques uns cependant...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.