Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Pourquoi un ingénieur doit-il débattre?

PolyDébat est un comité de l’AEP qui a pour mission de promouvoir l’art oratoire et aider les étudiants de Polytechnique Montréal à débattre et améliorer leurs capacités de communication.

Dans le but de favoriser une certaine culture de débat, nous écrirons à chaque parution, une chronique qui portera sur un sujet d’intérêt public. Le but étant soit d’attirer l’attention sur un thème de l’actualité social, économique, politique ou encore de purement vous divertir.

 
Comme première chronique pourquoi ne pas se poser la question : Est-il pertinent pour un ingénieur de savoir défendre ses idées? Ceux qui pensent que non, offrent généralement comme argument que si l’idée est bonne, elle sera de facto acceptée. Donc, rien ne sert d’investir dans la communication, il faut plutôt investir dans la qualité de l’idée. D’autres personnes pourraient dire que le rôle des ingénieurs ne ressemble pas à celui des politiciens ou encore des avocats. Les ingénieurs sont là pour créer et faire avancer la science. La création et l’avancement de la science implique d’être bon techniquement et ne demande pas de savoir parler contrairement aux politiciens et aux avocats qui sont payés selon leur capacité à défendre leurs idées.

 
Certains iront tout simplement attaquer le concept même de défendre ses idées. Doit-on ou non les défendre? On pourrait affirmer que défendre ses idées est généralement inutile, car cela implique de dépenser beaucoup d’énergie pour des causes qui, très souvent, apporteront peu ou rien. Finalement, on pourrait affirmer que défendre ses idées entraînent généralement des conflits et que le conflit, c’est généralement mauvais.

 
Les défenseurs du camp du oui affirmeront quant à eux que savoir communiquer pour un ingénieur peut faire toute la différence entre un bon ingénieur et un ingénieur moyen ou un ingénieur avec une grande carrière et un ingénieur avec une carrière moyenne. Afin d’illustrer leur point, ils prétendront qu’un ingénieur aura fort probablement à faire accepter ses projets parmi plusieurs autres projets tout aussi bons et provenant de d’autres ingénieurs. Le projet gagnant ne pourra plus être déterminé uniquement par la qualité. La capacité de persuasion pourrait alors devenir l’élément qui permettra à l’ingénieur de voir son projet se démarquer. Si l’ingénieur réussit à voir plusieurs de ses projets être acceptés, il pourra ainsi mieux paraître devant ses patrons, entraînant diverses promotions. Cette logique pourrait également tenir lorsque l’on aborde les questions de demandes de subvention gouvernementales ou de financement. Afin d’obtenir de l’argent pour un projet, il faudra le présenter. Si la présentation est incompréhensible ou ennuyante et qu’elle désintéresse les bailleurs de fonds, cela pourra entraîner la mort d’un projet qui pourtant aurait pu réussir.

 

Finalement, la capacité de persuasion d’un ingénieur pourra lui permettre d’éviter des erreurs pour son entreprise. Des clients qui viennent avec des demandes folles peuvent parfois être raisonnés par un ingénieur capable de faire voir raison à ce client. Il utilisera alors ses talents de conviction.

 
Qu’en pensez-vous? N’hésitez pas à nous écrire à info, poly-debat.com




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Tarte à la crème

7 septembre 2007

Quelle peine de voir Martineau nous servir sur l’assiette de sa mauvaise foi chronique, une baudruche où la suffisance du pigiste cache mal l’insuffisance des arguments. Si vous voulez mon avis, ce bonhomme a picolé dur en écrivant son billet «point huit». J’ai du mal à croire que ce faiseur de conjonctures n’ait pas vu passer la faiblesse de son texte d’opinion, lui qui se targue d’avoir fréquenté l’université, d’avoir du goût en matière...

Polytechnique : 6500 unités de puissance

10 septembre 2010

Par Victoria Lakiza L’ingénieur à l’international, on en entend parler souvent depuis les dernières années. La mondialisation est rendue chose du quotidien. Quelques entreprises québécoises telles que Bombardier et SNC Lavalin se classent au 1er rang mondial dans leurs expertises respectives tandis que de nombreuses entreprises étrangères sont bien ancrées chez nous. De plus en plus d’ingénieurs voyagent pour le travail et parfois même partent à l’étranger pour des contrats de plusieurs années, tandis...

L’histoire du jonc

13 mars 2009

Par Hélène Larouche, journal étudiant de l'ÉTS Le 4 avril prochain, les finissants de Polytechnique aux sessions d’hiver et d’été 2009 recevront leur jonc, qui symbolise leurs responsabilités en tant qu’ingénieurs. Si tous les étudiants de l’École savent qu’ils pourront obtenir ce bijou à la fin de leurs études, bien peu en connaissent les véritables raisons. Précisons d’entrée de jeu que la possession de l’anneau de fer martelé n’a rien à voir avec l’Ordre...