Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Être ou ne pas être… Charlie

De tous les éditoriaux que j’ai eu à écrire, je crois que celui-ci est le plus difficile. J’ai procrastiné jusqu’à la dernière minute, les autres membres en sont thémoins. J’aurais pu parler de la rentré, du beach party, ou bien me plaindre des déménagements successifs que l’école nous oblige à subir. Vous comprendrez que le sujet de Charlie Hebdo me mets mal à l’aise

Je ne parlerai pas longtemps de Charlie Hebdo, je n’ai pas l’autorité pour en parler. Par contre, je vais profiter de ma tribune pour faire passer mon message. Si tu n’aimes pas le style de Charlie Hebdo, si tu as déjà été choqué par ce journal ou si tu les détestes pour des raisons qui te sont personelles, tiends ta langue, ce n’est pas le moment!

 

Par contre le sujet de mon édito ne sera pas loin de ce scandale: Qu’est-ce qu’on fait collectivement pour que ça ne se reproduise plus? Les propositions fusent de toutes parts, certains hurluberlus crient à la peine de mort, d’autres un peu moins sensationalistes demandent de déployer plus de policiers, d’augmenter l’écoute électronique, d’augmenter les peines de prisons, de retirer des passeports, alouette! Les moins réfléchis ne proposent même pas de solution, ils ne font qu’encourager leur haine de l’autre. Tout ça me fait assez peur.

 

Socialement

Que pouvons-nous faire socialement pour empêcher d’autres évènements tragiques? On doit dabord se demander ce qui a causé cet attentat. Ce n’est pas seulement un groupe de fous qu’il faut combattre, c’est un problème beaucoup plus fondamental: La peur de l’autre. Pouvons-nous donner plus de ressources aux communautés musulmanes pour encadrer les jeunes en détresse?

Pouvons-nous offrir des formations à l’autorité Musulmane pour qu’ils reconnaissent ceux qui ont besoin d’un soutient particulié et qui risquent de glisser vers l’intégrisme?

Bien entendu, ce sont des pistes de solutions qui vont avoir un impact dans le long terme et dont nous verrons les résultats dans un petit laps de temps. Ce ne sont donc pas des solutions qui vont plaire à nos dirigeants qui prônent les solutions à court terme.

Par contre, combattre la peur de l’autre, c’est d’abord et avant tout combattre notre peur. Nous avons eu des épisodes difficiles avec la charte des valeurs québécoises, nous avons isolé les musulmans. Est-ce que nous pouvons réparer nos erreures? Comment pouvons nous le faire?

Le chanteur Abd al Malik a écrit «Mais si tu dis sans cesse de nous qu’on est pas chez nous, qu’on est pas comme toi, alors pourquoi tu t’étonnes quand certains agissent comme s’ils étaient pas chez eux, comme s’ils étaient pas comme toi?». Je crois qu’il est important que les Québécois musulmans se sentent confortables de se joindre à nous et à nous réclamer de l’aide s’ils en ont besoin.

Petite pensée

Que pouvons-nous faire sociaIl n’y a pas une communauté internationnale, c’est une illusion. Les membres d’une communauté s’entraident et se protègent. Lorsque des musulmans se radicalisent, il est facile de les blâmer et j’ai entendu très peu de voix qui se sont élevées pour les protéger. Si les jeunes musulmans sont plus à risque de tomber aux mains des extrêmistes, j’aimerais qu’on tente de les protéger. On peut leur faciliter l’accès à une bonne éducation, à un bon emploi mais on peut aussi leur offrir de l’aide psychologique si cela devient nécéssaire.

 

Nous définir

Si je dois me définir, ce serait ainsi: Je suis une Québécoise, une femme, de gauche, un peu politisée et très sociable. Jamais ça ne me passerai pas la tête de dire que je suis une chrétienne modérée, ou une athée modérée.

Je fête Noël, je me goinfre à Pâques et j’aime les mariages dans les églises. Par contre, je déteste aller à la messe! Le discours que nous utilisons (moi inclue) me donne l’impression que dans la société, il est à trois sous-groupes: les citoyens, les musulmans modérés et les intégristes. Charb lui même a dit en 2011 qu’il n’y a pas de musulmans modérés, il y a des citoyens.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

L’avenir du Movember : verra-t-on apparaître une industrie de la moustache?

8 novembre 2013

Édito du 8 novembre Depuis quelques années, on voit, à l’aube du mois de Novembre, poindre quantité de moustaches exquises dans les rues de la métropole. Le mouvement « movember » (pour les plus incultes, contraction de mo – moustache...

Chronique Poly-Débat : Laïcité au Québec

30 janvier 2015

L’idéaliste et le réaliste se prononcent cette fois-ci sur la laïcité au Québec. L’idéaliste : Le Québec est un exemple à suivre dans le domaine de la tolérance. En effet, le Québec a été depuis ses débuts composé par plusieurs groupes ethniques et religieux. Par exemple, le drapeau de Montréal représente les français, les anglais, les écossais et les irlandais. Ces quatre peuples aux langues et aux cultures distinctes étaient aussi partagés entre catholiques (les français...

Poly-faits

7 novembre 2014

Faits intéressants Les Lego rescapés sur les plages de Cornwall À l’extrême sud-est du Royaume-Uni, des Lego échouent depuis 1997. À cette époque, un bateau à destination de New-York perdit une cinquantaine de conteneurs de Lego à la suite d’une série de vagues violentes. Les plages Lego sont devenues une grande attraction pour les touristes en vacances dans les environs. Une page Facebook « Lego lost at sea» est même dédiée à l’affichage des nombreuses trouvailles des gens. Les dragons et pieuvres sont particulièrement prisés et depuis la découverte...