Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Chronique Poly-Débat : Laïcité au Québec

L’idéaliste et le réaliste se prononcent cette fois-ci sur la laïcité au Québec.

L’idéaliste : Le Québec est un exemple à suivre dans le domaine de la tolérance. En effet, le Québec a été depuis ses débuts composé par plusieurs groupes ethniques et religieux. Par exemple, le drapeau de Montréal représente les français, les anglais, les écossais et les irlandais. Ces quatre peuples aux langues et aux cultures distinctes étaient aussi partagés entre catholiques (les français et les irlandais) et protestants (les anglais et les écossais).

Les interactions n’ont pas toujours été faciles, mais on est loin des affrontements meurtriers et des guerres civiles qui ont divisé ces mêmes groupes en Europe. On a donc une tradition de tolérance et d’interactions harmonieuses qui évoluent certes, mais plus souvent dans la bonne direction que dans la mauvaise.

Depuis la révolution tranquille, l’état s’est dissocié de la religion pour devenir laïque. Ce qui est bien c’est l’état est devenu laïque, mais pas anti-religion ce qui permet aux gens qui le désirent de pratiquer leurs croyances en toute liberté.

De nos jours la situation est si claire et positive qu’il n’est pas nécessaire d’en dire plus, nous réussissons à maintenir une cohésion sociale sans égal et nous vivons heureux.

 

Le réaliste : La situation est très bonne certes, mais elle est plus précaire qu’il ne parait. En effet, on observe de plus en plus d’articles et d’opinion déguisés en laïcité qui sont en effet de l’hypocrisie.

La prémisse invoquée par ces faux laïques et que les croyances doivent rester à la maison et ne doivent pas envahir l’espace public.

Toutefois, il s’agit d’hypocrisie car leur jugement n’est pas le même face à des situations comparables. Par exemple, s’ils perçoivent deux dames la rue en arborant un voile. L’une d’entre elles porte un crucifix et l’autre non, pour eux, une des deux commet un crime contre la laïcité tandis que l’autre c’est juste une bonne sœur. Aussi, s’ils observent deux groupes de personnes qui ont déposé leur tapis dans un lieu public et se trouvent à genoux avec leur tête baissée et leurs bras étirés. Un des groupes est composé de gens qui pratiquent le yoga (une pratique hindouiste), l’autre groupe porte des tuniques. Même s’ils sont dans le même lieu et dans la même position, aux yeux des hypocrites, les premiers ne font que du sport et les autres commettent un crime grave.

Pour que le Québec continue d’être l’exemple à suivre, il faut rester attentifs et départager la laïcité et l’intolérance sélective.

 

Si tu n’es pas d’accord avec cet article ou son contenu, PRENDS LA PAROLE et adresse-toi à Poly-Débat tous les lundis à partir de 15h45 au M-2203.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Sondage sur l’homosexualité à Polytechnique

3 novembre 2006

Vous vous souvenez peut être de la page de couverture satirique selon laquelle l’homosexualité frappait aussi les animaux (référence aux propos tenus par M. Fournier, président du conseil d’administration de Radio - Canada , le 17 septembre à la table de Guy Lepage). Cette première page avait déclenché plusieurs réactions, notamment d’incompréhensions. Nous avons donc décidé pour le grand retour du sondage de revenir sur cette question en vous demandant ce que vous en...

Bousculade avec Georges Laraque

9 octobre 2014

Quand un ex-joueur de la LNH interfère avec une journaliste du Polyscope, voici ce que ça donne. J’attends en file depuis une vingtaine de minutes déjà. Et suis rendue à la porte quand on me la ferme au nez. On me dit qu’il m’est impossible d’entrer, que la capacité maximale est atteinte. J’insiste. J’essaie la carte de la journaliste. Rien n’y fait. Sécurité l’impose. Je me résigne. Je stagne un peu. Parce que, tsé, c’est...

Désolé de vous avoir menti

4 octobre 2002

Il y a peu de milieu où l'image de marque et la réputation comptent autant que dans l'industrie automobile. Nous pouvons même dire que la qualité d'un véhicule est secondaire aussi longtemps que sa notoriété demeure intacte : GM, Ford et Chrysler, par exemple, auraient déposé leurs bilans depuis longtemps, si le choix d'un véhicule dépendait uniquement de sa fiabilité et de sa qualité de conception. Pour une nouvelle compagnie, la situation est...