Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les meilleures chansons… pour faire l’amour!

En cette période froide qu’est le mois de février, il faut bien se trouver un moyen de se réchauffer! Pourquoi ne pas mettre la table avec quelques chansons inspirantes, après, on verra... en plus c’est la St-Valentin, c’est drôle comme ça tombe bien!

L’ÉPIQUE :

 

WEIGHT OF LOVE

THE BLACK KEYS

 

Introduite sur un solo de guitare à la Pink Floyd, ce bijou musical des Black Keys au titre déjà inspirant peut être un vrai aphrodisiaque. Le blues rock du duo de l’Ohio a déjà à la base un côté très charnel, réconfortant et excitant à la fois, et cette chanson n’y fait pas exception. « Weight of Love » rendra épique n’importe quelle fin de soirée dèjà chaleureuse.
LA FRANCO :

 

BLUES BABY

VINCENT VALLIÈRES

 

Vincent Vallières ne fait effectivement pas juste des chansons mignonnes qui passent à la radio (et en aucun cas ne parlerais-je de « On va s’aimer encore »), il a aussi à son actif certaines chansons méconnues comme celle-ci. L’amour après quelques coupes de rouge, c’est comme ça que ça sonne. Le sexe du samedi, celui qui a rien à faire le lendemain et qui peut perdre son temps si ça lui tente. C’est loin d’être désagréable…

L’INTERMINABLE :

 

SHINE ON YOU CRAZY DIAMOND

PINK FLOYD

 

Parlant de Pink Floyd, on n’allait pas les oublier non-plus! D’une durée de totale dépassant les 26 minutes (oui, 26), ce véritable classique du rock des années 70 permet une entrée en matière tout en longueur. Avec en tout 9 parties, « Shine On You Crazy Diamond » est parfaite pour les amoureux adeptes du plaisir pré-sexe… ou tout simplement de vieux rock! Pour une expérience encore plus parfaite, écouter sur vinyle le plus fort possible.
LA LANGOUREUSE :

 

I WANNA BE YOURS

ARCTIC MONKEYS

 

Belles paroles, séduction, cruise, appelez ça comme vous voulez, parfois ça marche! Pour ces fois là, « I Wanna Be Yours » est le genre de chanson que vous voulez avoir en tête rendu à la chambre. Ce hit du plus récent album de la formation anglaise Arctic Monkeys est littéralement le discours d’un gars qui essaie du mieux qu’il peut de prendre une fille par les sentiments. Le genre de chanson qui crée une ambiance des plus romantiques.
LA DÉJANTÉE :

 

JE ME TOUCHE DANS LE PARC

LES TROIS ACCORDS

 

Quoi? C’est tu une joke? Oui, c’est une blague… Il y a toujours bien des limites quand même!

LA PASSIONNÉE :

 

I WANT YOU

THE BEATLES

 

Ça a le mérite d’être clair. C’est ce que répète John Lennon à l’intention de son amoureuse Yoko Ono tout au long de ce hit de presque huit minutes. Plutôt inhabituel comme longueur de la part d’un groupe qui excellait dans les courtes balades, peut-être significatif du message passé aux travers des couplets relativement répétitifs de la chanson. Un hymne passionné et criant d’amour qui installe une véritable tension sexuelle de par son intensité.
LA DOUCE :

 

OUR HEARTS LIKE GOLD

GROENLAND

 

Mélodie admirablement interprétée par la chanteuse Sabrina Halde, « Our Hearts Like Gold » est la chanson typique du fameux sexe d’adieu qu’on voit dans tous les films quétaines sur les bords où le gars part à la guerre/vivre ailleurs/vraiment loin… Bon! Ça reste une toune vraiment parfaite pour les amoureux en recherche de douceur dans une ambiance un brin mélancolique, en dessous des couvertes.
L’INTENSE :

 

BETWEEN THE LINES

STONE TEMPLE PILOTS

 

Ça va être rapide, vous n’avez même pas trois minutes! On peut presque apercevoir deux jeunes gens insouciants se déshabiller en écoutant cette bombe de hard-rock californienne, une chanson pour le moins intense. « Pas le temps d’niaiser, c’est maintenant que ça se passe! » crie ce hit du haut de ses riffs de guitare enflammés. À coupler avec d’autres chansons de l’album pour un plaisir prolongé.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.