Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité-- --Publicité

Smart Bird

Publicité-- --Publicité

Cette semaine, dans votre dossier sur les sociétés techniques, nous nous intéressons au drone SMART BIRD. Entrevue avec Clément Mazzini, directeur de Smart Bird.

Que fait votre société technique?

R: Smart Bird conçoit un drone pour des utilisations civiles. Le but de la société technique est de participer, en général, à deux compétitions durant l’été : la compétition de AUVSI aux États-Unis, et la compétition de Unmanned Systems Canada, qui cette année aura lieu à l’aérodrome d’Alma, au Québec. Smart Bird comporte plusieurs équipes à l’interne. La première est l’équipe mécanique, qui s’occupe de la conception et de la maintenance des avions. La seconde est l’équipe contrôle qui s’occupe de l’autopilote, de la transmission et de la gestion de batteries, soit des défis d’électrique. La dernière est l’équipe de détection qui gère les caméras, le traitement des images, les logiciels de transmission des données ainsi que le logiciel de traitement d’image et de détection.

 

Qu’est-ce qui vous distingue des autres sociétés techniques?

R: À Polytechnique Montréal, il n’y a que 2 sociétés techniques qui produisent un avion : Avion Cargo et Smart Bird. Les deux sociétés techniques sont aussi pertinentes l’une que l’autre, mais ont des objectifs différents. Pour Smart Bird, le but est de faire de la détection en vol en combinant technologies de pointe et conception d’un appareil autonome.

De quels génies avez-vous besoin principalement?

R: Surtout les génies informatiques, logiciels et électriques. Cependant, les étudiants en génie mécanique/aérospatial sont aussi convoités pour l’appareil.

 

Où êtes-vous rendus dans la conception?

R: Nous en sommes présentement à la fabrication de l’aile, alors que différentes avenues pour le fuselage sont encore étudiées. Pour la partie logicielle, certains points demandent encore du travail. Finalement, l’intégration de toutes les composantes électroniques (caméras, ordinateurs de bord, modules de transmission de données, autopilote) reste à faire.

 

Participez-vous à des compétitions?

R: Nous participons à 2 compétitions chaque été, une au Canada (cette année à Alma) et une aux États-Unis (au Maryland). La société technique est allée à la compétition de USC (Canada) durant les deux dernières années et ce sera la deuxième fois que la société technique participera à la compétition de AUVSI (États-Unis). Nous avons, grâce aux compétitions des dernières années, eu la chance d’optimiser les systèmes embarqués. Nous croyons que cette année, nous réussirons à percer le Top 3.

 

Quelle est la question la plus stupide qu’on vous ait posée lors d’une présentation?

R : « Saviez-vous que les drones tuent des gens? »

« Oui, mais justement, le but de notre société technique est de promouvoir une technologie au service du public, pas au service de l’armée. Vous remarquerez que nos appareils sont certifiés 100% sans armes! »

 

tl;dr

Nom
Smart Bird
Fondation
Euh… Quelques années après J-C
Projet
Avion autonome
Budget
Quelques « peanuts » ici et là
Site web
www.smartuav.aep.polymtl.ca
Facebook
www.facebook.com/SmartBirdPolymtl
Local
M-5503
Réunions
mardi soir pour mécanique,

mercredi pour contrôle,

sur demande pour détection
Effectif
Environ 20-25
Ratio Gars/Filles
Dépend des sessions
Animal-cute totem
Loutre
Bouffe préférée pour une réunion de crise
D’la Pizz
Dessert préféré du directeur
Cannoli
Tortue ninja préférée
Squirtle




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
Publicité--
--Publicité

Dans la même catégorie

De l’inutilité des textes et de l’importance des images

15 septembre 2006

« Abolissons la pauvreté... » J’ai sursauté quand JP m’a crié ça dans l’oreille. Le problème est que nous n’arrivions pas à nous entendre dans le local du C-214 tellement la musique du 5@9 Lounge de Dieu sait quel comité était à l’évidence beaucoup trop forte. Je l’ai fait répéter, et JP affirmait mordicus qu’il fallait absolument abolir la pauvreté. Dans un moment de doute, j’ai pris mon petit Robert et j’ai ouvert à...

La solidarité internationale, une affaire d’ingénieurs !

31 octobre 2008

Par Gabriel Millaire Le mardi 7 octobre dernier, Ingénieur sans frontières Québec (ISFQ) en partenariat avec le Réseau des ingénieurs du Québec présentait un déjeuner conférence sous le thème de l’apport de l’ingénieur à la solidarité internationale. À cette occasion, Bernard Amadei, professeur à l’Université du Colorado aux États-Unis et président d’Ingénieurs sans frontières États-Unis et Ingénieurs sans frontières international, a présenté les défis et les opportunités auxquels les ingénieurs doivent faire face lorsqu’il...

Si le titre est long, c’est pour égaler en longueur celui à sa droite

17 novembre 2006

Par Montgomery Clift Les habiletés personnelles et relationnelles (HPR) étaient le lapin magique que l’École avait sortis de son chapeau pour lustrer ses nouveaux programmes. C’était la cerise sur le gâteau d’une nouvelle approche pédagogique moderne et adaptée aux besoins conjoints de l’industrie et de la recherche. L’École promettait à ses étudiants de former une nouvelle race d’ingénieurs, habiles autant du point de vue technique que relationnel et humain. C’était il y a de...