Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Sur la mappe : Législations bidons

Pour ce numéro spécial du 1er avril, la chronique Sur la mappe s’attarde sur différentes lois à travers le monde qui feraient d’excellents poissons, si ce n’était du fait qu’elles sont déjà effectives à l’heure qu’il est! Attention, bien que nous fassions de notre mieux pour fournir un contenu de qualité aux Polytechniciens, nous n’attestons pas la véracité de chacun des faits présentés ici-bas, les débats pullulent sur les forums web, à vous de trancher!

L’absurdité législative existe bel et bien. Parfois désuète, drastique ou complètement saugrenue, pas besoin de chercher très loin pour tomber sur une loi qui semble déconnectée de notre contexte actuel. L’hôtel Le Reine Élizabeth à Montréal, par exemple, se doit de nourrir gratuitement le cheval de tout client louant une chambre pour la nuit. Mais plutôt que nous complaire dans notre inconséquence bien de chez nous, cet article propose une brève exploration de ces interdictions insensées à l’international.

 

Nos voisins d’en dessous

Afin de réduire les risques individuels associés à l’obésité, ainsi que les dépenses nationales en soins de santé, il est interdit d’être gros au Japon depuis 2008. Tout individu de plus de 40 ans se doit de respecter le tour de taille prescrit par la loi, soit 85 cm pour les hommes et 90 cm pour les femmes.

Bien que cette mesure se veuille un incitatif à l’adoption d’un mode de vie plus sain, il n’en découle pas moins certains effets pervers. De jeunes femmes cherchent, entre autres, à atteindre une ligne bien en deçà de la limite requise pour ne pas courir le risque de contrevenir à la loi, alors que l’industrie de la mise en forme est foisonnante et se retrouve parfois à flirter dangereusement avec le charlatanisme en proposant toutes sortes de méthodes pour maigrir. Les compagnies ont donc reçu pour mandat de diminuer de 10 % le taux d’embonpoint de leurs employés en 2012 et de 25 % en 2015 sous peine de payer des taxes supplémentaires. Évidemment, une exemption est accordée pour les individus pratiquant la lutte sumo.

Touche pas les vaches sacrées

Certaines figures hiérarchiques portent un sceau d’intouchabilité. C’est le cas par exemple en France où il est interdit de nommer son cochon Napoléon, ce qui serait interprété comme un affront à l’égard du noble personnage.

Du côté de la Thaïlande, on évite de marcher sur la monnaie locale, une action qui serait passible d’une peine d’emprisonnement ou d’une sérieuse correction physique. En effet, les figures de rois divers sont représentées sur celles-ci, il contreviendrait donc au respect de ces illustres de piler sur leurs précieux visages.

 

Sexe et sous-vêtements

Il n’est pas étonnant que de nombreuses parties du monde cherchent à réglementer les pratiques sexuelles. Dans plusieurs états américains, par exemple, le sexe oral est considéré comme de la sodomie et passible d’amendes importantes.

Plus cocasse, en Utah, il est formellement interdit de forniquer à l’arrière d’une ambulance qui répond à un appel d’urgence. On imagine que cela pourra effectivement déconcentrer le chauffeur. Et puis, en Thaïlande, ne pensez pas sortir de chez vous sans sous-vêtement sans risquer d’être arrêté.

 

On reste classe

Au Royaume-Uni, on reste distingué. Il est possible de tirer un Gallois (du pays de Galles) tant que l’arme utilisée consiste en un arc à flèches et que l’acte se déroule après minuit.

Quant à Singapour, on ne lésine pas sur la propreté des lieux, ainsi le vandalisme à coup de gomme à mâcher collée sur des biens publics est rudement réprimandé. Un premier constat est passible d’une amende de 1000 $ US et une récidive entraîne des frais de 2000 $ US, ainsi que l’obligation de nettoyer une aire publique durant une journée entière. À la troisième récidive, le pourfendeur doit nettoyer une rue revêtant un chapeau à l’insigne « Je suis un pollueur ».

 

Sur les bancs d’école

Alors qu’en Chine, il est requis d’être intelligent pour aller à l’Université, au Bangladesh, un enfant de moins de 15 ans surpris à tricher durant un examen final peut se voir envoyer en prison. Comme quoi les politiques sur le plagiat varient quelque peu d’un endroit à l’autre.

 

Nos voisins du sud

Nos voisins du sud se méritent une place toute particulière dans le classement des lois les plus déjantées.

En Pennsylvanie, il est interdit de dormir sur le dessus d’un réfrigérateur à l’extérieur ou d’attacher un billet de banque au bout de corde et de la tirer lorsque quelqu’un vient pour le ramasser. Triste région pour les plaisantins de ce monde. En Floride, il est prohibé de péter (le logiciel Antidote préférerait l’utilisation du groupe de mots «émettre un bruit sec», mais bon, ne soyons pas plus catholique que le Pape) dans l’espace public le jeudi passé 18h. En Oklahoma, un individu se trouve dans l’illégalité s’il prend une bouchée du hamburger d’un autre sans le consentement de ce dernier.

Enfin, les baignoires! Plusieurs états semblent vouloir réglementer ce qui peut ou ne peut pas se retrouver dans les baignoires de chacun. En Arkansas, il est interdit d’y garder un alligator et il paraîtrait illégal (selon certaines sources obscures, disons-le) d’y faire dormir un âne après 19h en Oklahoma.

Ils sont fous ces Américains.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.