Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Passez un bon premier avril 2016!

Un bon premier avril nécessite beaucoup d’imagination, une dose d’audace, un peu d’anticipation, et la possibilité de trouver des victimes adéquates.

Saviez-vous qui a décidé que le premier avril serait le jour idéal pour faire des jokes? Il s’agit d’une réaction du peuple français suite à la décision du roi Charles IX d’imposer arbitrairement que le début de l’année serait le premier janvier et non début avril. Cette initiative revient donc aux conservateurs qui lancèrent depuis ce jour les premiers canulars à date définie.
Par contre, l’utilisation des poissons d’avril n’a pas d’origine bien définie… Le Polyscope offre un chocolat à celui qui nous trouve l’explication la plus farfelue!

Profitons des nouvelles technologies!
À l’heure où les réseaux sociaux favorisent la rapidité des échanges et la transmissions d’informations non vérifiées et aussi farfelues les unes que les autres, l’imagination et les nouvelles possibilités techniques ont permis à de nouvelles blagues d’émerger.
Comment passer une très bonne journée du premier avril, voilà mon sujet de ce numéro.

Voulez-vous une brouette?
Venons en au propos, imaginez que vous êtes au bureau, que vos collègues vous les aimez bien, mais que c’est quand même drôle de faire d’eux vos victimes principales des canulars du premier avril. Ma première idée, testée et approuvée, serait de poster une fausse annonce sur Kijiji, par exemple, vous sous-estimez sans doute le nombre de personnes intéressées par une table de ping-pong à très bas prix (détail à valeur inestimable). Anticipez un peu avant, comme ça vous serez sûr que votre poésie descriptive de vos faux objets fera monter les enchères… Et bien sûr, il faut donner les coordonnées téléphoniques (mail c’est vachement moins drôle) de votre victime choisie. Fous rires garantis devant la frustration au bout du cinquième appel à votre cher collègue.

Les post-it ont des pouvoirs immenses!
Ah ce sourire béat sur votre visage, dès le matin ça fait plaisir à voir! La journée s’annonce fun!
Continuons notre belle journée. Munissez vous de post-it ou de papier plastique transparent et de bonne volonté c’est parti! Votre collègue a une auto? Essayez le recouvrement complet! N’oubliez rien, les roues peuvent être décorées en arc en ciel, inscrivez « Haha ». Les post-it sont colorés, votre imagination est débordante! Tentez le tout pour le tout, et votre collègue n’en saura que mieux apprécier l’étendue de votre talent en débarrassant son char de vos post-it. Votre collègue n’a pas son permis et/ou pas de char? Ne vous laissez pas abattre, il a forcément un bureau! C’est grâce aux innovations, que la société avance!

Bureau invisible
Continuons, les étudiants info-log ont sans doute des compétences avec fort potentiel canular. Par exemple, que diriez-vous d’arriver au bureau et de voir un grand désespoir dans les yeux de votre voisin? Et oui, si par exemple, un joyeux génie aurait eu l’idée de mettre le fond d’écran noir, avec les icônes du bureau invisibles, et poussé jusqu’à coller du papier collant sous la souris. Ça serait le fun hein? Et si jamais il trouve le subterfuge, assurez vous d’avoir au moins retourné les icônes bureau grâce à la commande magique ctrl+alt+flèche du bas.

Le jeu des sept erreurs
La journée touchant à sa fin, il est temps de rentrer chez vous, et si dans le cas que vous ayez plus de deux colocs, alors amusez-vous et finissez en beauté! Vos études de génie ont développé votre rigueur? Il est temps de les mettre en pratique! Échangez dans les plus minutieux détails, les deux chambres. Prenez garde de vraiment tout remettre en place dans la nouvelle chambre. Je vous concède qu’il faut un peu d’anticipation et un petit peu de temps mais le résultat est à la hauteur de vos efforts.

Le Polyscope vous souhaite un bon premier avril 2016 et espère que vous vous amuserez bien!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.