Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les articles de Julie Guicheteau

Résultats : 1-5 (sur 5 articles trouvés)

Bashir Lazhar en supplémentaire

2 février 2007

Une ode à la vie, aux enfants et à tous ces gens courageux malgré eux, qui ont dû quitter leur pays et qui vivent près de nous sans qu’on ne les connaisse. Bashir Lazhar est un Algérien qui a fui son pays où sa condition d’athée menaçait son existence. Il se réfugie au Québec, où il compte préparer l’arrivée de sa femme et de ses enfants en attendant de recevoir son statut de réfugié...

Tournée d’adieu

27 octobre 2006

Vendredi dernier nous avons eu droit à un très bon dernier spectacle de Tomás Jensen & les Faux-Monnayeurs. Je ne m’attendais à rien de moins de leur part. En effet, Tomás et sa bande de joyeux lurons nous ont habitué, depuis quelques années, à leurs très bonnes performances festives et débordantes d’énergie. Vous souvenez-vous de celui donné à Poly en mars 2004? Un moment mémorable qui me rappelle que je ne rajeunis pas…...

Les Grands Explorateurs

20 octobre 2006

Le film Venise la magnifique a lancé la 34e saison des Grands Explorateurs. Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, les Grands Explorateurs projettent chaque année et partout au Québec une série de reportages sur des pays, des régions ou des villes. La particularité de ces films est qu’ils sont commentés en direct par leur réalisateur, ce qui donne l’impression d’écouter un ami racontant son voyage. Dans la pure tradition des Grands Explorateurs,...

Blue Light Burlesque

6 octobre 2006

Un strip-tease est quelque chose que tout le monde peut faire. Donc, lorsqu’on va voir un spectacle de strip-tease, on s’attend à trouver quelque chose d’un peu mieux que ce qu’on pourrait faire soi-même dans son salon ou dans sa chambre à coucher. Ce ne fut pas le cas de la présentation du Blue Light Burlesque, au théâtre La Tulipe, jeudi dernier. Un mot résume tout le spectacle : amateur. Les préludes au spectacle...

Sculture de chair et de lumière

22 septembre 2006

Des images s’impriment sur nos rétines lors d’un flash de lumière suivi d’un noir complet, nous laissant imaginer plutôt que voir ce qui se passe devant nous. Des corps jouent dans des faisceaux de lumière qui traversent la salle, tirant profit des différences de réflexion de la lumière sur des vêtements blancs ou noirs ou sur la peau nue. Les éclairages nous mettent mal à l’aise à cause de leur froideur. La lumière comme...