Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’honnête homme : un one woman show

Aucun champ n'est obligatoire



  •  

    Il est très fréquent que lorsqu’il est temps d’écrire un article d’avoir ce qu’on appelle le syndrome de la page blanche. Cette maladie infâme qui nous atteint peut engendrer plusieurs symptômes tels que la faim, l’ennui, une envie incontrôlable d’écouter un film ou un épisode de rage inégalé. Tout ceci pour dire que cela arrive parfois, mais en contrepartie, tel qu’est le cas pour ma critique deL’honnête homme : un one Woman show, il arrive aussi que l’on soit confronté à l’incroyable défi de choisir les éléments qui seront énoncés et surtout ceux qui n’y seront pas. L’œuvre ici en question ne peut pas vraiment être qualifiée d’œuvre, car ce n’est pas un spectacle que je suis allé voir ni une pièce de théâtre ou encore un « show » d’humour, c’est une expérience, c’est une rafale d’émotions et un tourbillon de sens.

    L’œuvre a été créée par plusieurs collaborateurs dont Geneviève Couture, qui fait aussi office d’interprète, mais le mot interprète est ici beaucoup trop fade et ne représente pas la réalité de ce que j’ai vécu dans la salle Fred-Barry du théâtre Denise-Pelletier. Elle fait office de vaisseau, un vaisseau voyageant aux confins de l’âme humaine et ce, qu’elle soit féminine, qu’elle soit masculine ou même qu’elle soit l’union des deux simultanément. J’ai eu la chance de vivre des moments d’intensité et de paix, le tout dans un amalgame chromatique et d’une harmonie cacophonique enivrante.

    La poésie n’est pas un élément de l’œuvre, je serais plutôt porté à dire que l’œuvre est un élément de la poésie, car tout comme elle, elle respecte une ligne de conduite tout en était libre et absolue. Il n’est pas question ici de suivre l’histoire et d’essayer de comprendre toutes les subtilités et toute la chronologie de l’histoire, car l’on s’y perdrait trop rapidement et l’on passerait à côté du but précis de la pièce: l’amour. Lorsque je dis l’amour, je ne parle pas de celle dont nous bombarde la télépoubelle avec la télé-réalité, ni par les films clichés si amers de sens présenté par « l’élite » hollywoodienne, je parle bien entendu de celle que l’on ressent pour une chose que l’on trouve belle, celle qu’on ressent pour la poésie, pour l’art. Très nombreux sont les thèmes apportés tout au long, et la poésie de chacun d’eux crie une émotion différente. La pièce est renforcée par un support audio absolument majestueux, musique poétique composée pour la pièce nous garde sans cesse dans l’univers.

    Il m’est arrivé à quelques reprises de fermer les yeux seulement pour mieux vivre les sons et me perdre dans la beauté de la composition. La pièce L’honnête homme : un one woman show est du 27 février au 9 mars à la salle Fred Barry du théâtre Denise Pelletier, une œuvre qui a sans équivoque marqué ma vision sur plusieurs aspects de la vie et qui m’a apporté jusqu’à des endroits enfouis dans le sable de ma mémoire sensorielle. Il va sans dire que je recommande de le voir à tous ceux qui ont envie de vivre une expérience unique en plusieurs dimensions.




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+


    Récente édition
    Couverture PDF Vol. 50 Numéro 12
    Télécharger
    Spécial entrepreneuriat
    Volume 50, Numéro 12
    Prochaine parution :
    ven, 31 mars 2017 vers 10h00
    Prochaine tombée :
    mar, 28 mars 2017 à 12h

    Dans la même catégorie

    No. 6: À mi-chemin entre 1984 et Tokyo

    30 septembre 2011

    La poussière n’est pas encore retombée pour les fans de No. 6. Deux semaines après la diffusion du 11e et dernier épisode de la série, on voit encore apparaître des pages de blogs réclamant à grands cris une seconde saison. C’est probablement l’effet que recherchaient les scénaristes lorsqu’ils ont opté pour une fin ouverte et, selon plusieurs témoignages, déchirante. L’histoire débute en 2013: après une série d’évènements vaguement abordés, pouvant aller de la guerre...

    Le début et la fin

    9 novembre 2012

      Déjà ! C’est déjà la dernière édition ordinaire du Polyscope de cette session ! Ne pleurez pas mes agneaux, nous serons de retour cet hiver et notre édition spéciale « kapoté » sera là pour animer votre session d’examens. Certaines mauvaises langues pourraient souligner qu’avec 20 éditions du Scope par année, prendre un éditorial complet pour annoncer chaque fin de session me soulage de 10% de mon travail… Je vais donc outrepasser ma...

    Programmation 2010 de l’Igloofest

    2 décembre 2009

    C'est aujourd'hui qu'était dévoilée la programmation officielle de l'édition 2010 de l'Igloofest, édition hivernale du Piknic Électronik qui se déroule sur les Quais du Vieux-Port de Montréal. Première référence temporelle de la nouvelle année après Noël, pour nous mettre l'eau à la bouche et nous faire rêver de Mutek qui se tiendra à la fin du printemps, cette édition promet à nouveau des fins de semaine de janvier électronisantes*. Nouveauté cette année, l'endroit sera...

    Aucun champ n'est obligatoire