Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Marius et Fanny de Pagnol

Aucun champ n'est obligatoire



  • Marcel Pagnol écrivit au début des années 30 la Trilogie marseillaise, oeuvre de trois pièces de thèâtre intitulées Marius, Fanny et César. Le théâtre du Rideau Vert présente en ce moment les deux premiers volets de cette trilogie, forte d’un immense succès populaire et adaptée plusieurs fois au cinéma.

    La pièce nous transporte dans le Vieux Port de Marseille dans France populaire des années 20. Marius, employé comme garçon de café au Bar de la Marine tenu par son père César, rêve de devenir marin. Fanny, jeune vendeuse de coquillages, est éprise de Marius alors qu’elle est demandée en mariage par le riche mais vieux commerçant Panisse. Marius, déchiré entre l’appel de la mer et l’amour de Fanny, doit rapidement prendre une décision avant le départ de la Malaisie direction Aden, Bombay, les Îles-sous-le-Vent …

    Si le scénario est digne d’une tragédie classique, le ton de la pièce est clairement celui de la comédie. Le style unique de Pagnol est extrêmement efficace ; les répliques fusent et le langage fleuri et imagé est à mourir de rire.

    L’ensemble est remarquablement interprété. On retrouve notamment dans le rôle de César un Rémy Girard (que vous avez vu notamment dans Les invasions barbares et Le déclin de l’empire américain) impérial et en pleine maîtrise de la langue de Pagnol. Il s’impose de façon assez évidente comme le personnage principal de la pièce aux côtés de Manuel Tadros (Panisse).

    Qui dit Marseille, dit accent très particulier et le metteur en scène a fait le choix de le respecter. Si Rémy Girard s’en sort à merveille, certains comédiens n’ont pas réussi à atteindre le même niveau (on ne peut pas vraiment le leur reprocher) et le résultat est donc mitigé.

    La mise en scène est de façon générale très conforme à l’oevre originale. Les décors sont quant à eux très réussis et on apprécie tout particulièrement la rotation du plateau circulaire pendant les phases de transition comme pour montrer le temps qui passe.

    Le temps d’un spectacle très rafraîchissant, on se sent réellement dans le Sud de la France et l’on rit de bon coeur du caractère escessif, orageux mais très sensible des méridionaux.

    Pour plus d’infos : www.rideauvert.qc.ca

    Crédit photo : Jean-François Hamelin

    Mots-clés : pagnol (1) Théâtre (82)

    Articles similaires

    Sexe, mensonges et trahisons

    6 février 2009

    C’est dans le petit théâtre de la marquise situé au milieu du vieux port à l’intérieur de la très belle Caserne Létourneux que se joue en ce moment et jusqu’au 14 février Les Liaisons Dangereuses adapté et mise en scène par Daniel Paquette. L’histoire est connue de nos cinéphiles assidus (ou pas), car cette pièce a très largement inspiré le film « Sexe Intention » (Cruel Intention en anglais). Sexe, mensonges et trahisons, voilà...

    Bricolage pour femme et ours polaire

    20 mars 2008

    J’attends encore l’ours… Mais quelle belle surprise d’avoir trouvé la femme et le bricolage ! Bricolage pour femme et ours polaire n’est pas une pièce de théâtre... Enfin oui, mais surtout pas comme on connait. « Participatif » est l’adjectif qu’on retrouve parfois à côté du mot théâtre pour décrire ce que je qualifierais d’expérience. La compagnie Système Kangourou décrit ses performances de « théâtre performatif ». Tout est à contre-courant et en même...

    Chambres à part

    20 mars 2009

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que la chambre d’hôtel est l’archétype du décor dans lequel il est facile de se transposer. L’hôtel – et le motel, son cousin vagabond – sont des terraux fertiles pour le drame humain : pensez à toutes ces scènes d’anthologie, à tous ces fugitifs, ces réfugiés, ces amants de passage à 50 $ la nuit… L’Hôtel Pacifique est de cette trempe. Tellement impersonnel qu’une seule chambre en...




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
    Aucun champ n'est obligatoire