Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Marius et Fanny de Pagnol

Aucun champ n'est obligatoire



  • Marcel Pagnol écrivit au début des années 30 la Trilogie marseillaise, oeuvre de trois pièces de thèâtre intitulées Marius, Fanny et César. Le théâtre du Rideau Vert présente en ce moment les deux premiers volets de cette trilogie, forte d’un immense succès populaire et adaptée plusieurs fois au cinéma.

    La pièce nous transporte dans le Vieux Port de Marseille dans France populaire des années 20. Marius, employé comme garçon de café au Bar de la Marine tenu par son père César, rêve de devenir marin. Fanny, jeune vendeuse de coquillages, est éprise de Marius alors qu’elle est demandée en mariage par le riche mais vieux commerçant Panisse. Marius, déchiré entre l’appel de la mer et l’amour de Fanny, doit rapidement prendre une décision avant le départ de la Malaisie direction Aden, Bombay, les Îles-sous-le-Vent …

    Si le scénario est digne d’une tragédie classique, le ton de la pièce est clairement celui de la comédie. Le style unique de Pagnol est extrêmement efficace ; les répliques fusent et le langage fleuri et imagé est à mourir de rire.

    L’ensemble est remarquablement interprété. On retrouve notamment dans le rôle de César un Rémy Girard (que vous avez vu notamment dans Les invasions barbares et Le déclin de l’empire américain) impérial et en pleine maîtrise de la langue de Pagnol. Il s’impose de façon assez évidente comme le personnage principal de la pièce aux côtés de Manuel Tadros (Panisse).

    Qui dit Marseille, dit accent très particulier et le metteur en scène a fait le choix de le respecter. Si Rémy Girard s’en sort à merveille, certains comédiens n’ont pas réussi à atteindre le même niveau (on ne peut pas vraiment le leur reprocher) et le résultat est donc mitigé.

    La mise en scène est de façon générale très conforme à l’oevre originale. Les décors sont quant à eux très réussis et on apprécie tout particulièrement la rotation du plateau circulaire pendant les phases de transition comme pour montrer le temps qui passe.

    Le temps d’un spectacle très rafraîchissant, on se sent réellement dans le Sud de la France et l’on rit de bon coeur du caractère escessif, orageux mais très sensible des méridionaux.

    Pour plus d’infos : www.rideauvert.qc.ca

    Crédit photo : Jean-François Hamelin

    Mots-clés : pagnol (1) Théâtre (82)

    Articles similaires

    Céline Dion ou le bonheur éphémère

    28 octobre 2007

    Du 16 octobre au 24 novembre 2007 se jouera au Théâtre de la Licorne une pièce du jeune auteur québécois, Olivier Choinière, mise en scène de Sylvain Bélanger. Mettant en scène des visages bien connus des Québécois – Murie Dutil (Virginie), Roger La Rue (Temps dur), Maxime Denommée (Rumeurs, Grande Ourse), Isabelle Roy – Félicité, à travers un traitement imaginaire, irrationnel et non-linéaire du bonheur, force le spectateur à se laisser porter par le...

    Anne Frank et l’îlot d’abando

    28 octobre 2007

    Jusqu’au 4 novembre 2007 sera présentée la version anglaise de l’adaptation théâtrale du journal intime le plus reconnu sur le plan international, celui relatant la vie d’une jeune juive, Anne Frank, et sa famille deux années durant à l’abri de l’occupation allemande. Le somptueux théâtre Leanor and Alvin Segal en a fait la pièce d’inauguration de sa saison 2007-2008 et du même coup célèbre l’aboutissement d’un grand projet : la création du Segal Centre...

    Texas : un petit Thriller Texan de François Létourneau

    29 novembre 2007

    Par Bernadette Charlier Texas, une nuit sans lune, une jeune femme transpercée de part en part crie dans la nuit. Elle s’avance et raconte. Réalité ou fiction ? Le spectateur passe sans cesse de l’une à l’autre. La fiction, c’est « Massacre à la tronçonneuse » réalisé en 1974, et la réalité, la roulotte que se partagent Terri et Gunnar, les comédiens vedettes du film. Dans leurs costumes de tournage maculés de sang et...




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+


    Récente édition
    Couverture PDF Vol. 50 Hors Série 1
    Télécharger
    Volume 50, Hors Série 1
    Prochaine parution en automne!

    Dans la même catégorie

    Le Mozart de Montréal

    20 octobre 2006

    « Je ne peux pas vous dire qui je suis, seulement que vous êtes la seule personne en qui j’ai confiance (…) et c’est à vous que je remets cette partition. » Tels étaient les mots qui accompagnaient le paquet que reçut un jour chez lui le pianiste Alain Lefèvre. À l’intérieur se trouvait la Rhapsodie romantique d’André Mathieu, composée en 1958. L’expéditeur-mystère avait vu juste, Alain Lefèvre a effectivement pris grand soin de...

    À la découverte de Verdi

    19 mars 2010

    L’Opéra de Montréal présente des œuvres lyriques connues mondialement, comme la Flûte Enchantée. Mais l’Opéra souhaite également aller plus loin, en affichant à sa programmation des œuvres plus en retrait, comme en témoigne Simon Boccanegra, un opéra signé Verdi. Ce n’est pas l’œuvre du compositeur romantique italien la plus connue. Verdi est l’un des compositeurs italiens les plus influents du XIXe siècle, et certains airs de ses opéras sont passés dans la culture populaire,...

    Essoviiii

    3 novembre 2006

    Je m’attendais à beaucoup de la plus grande naine de l’industrie. Lady Sovereign, ou S.O.V., mesure en effet trois ou quatre pieds. La première partie du spectacle offerte par le groupe Cadence Weapon d’Edmonton était parfaite! Un DJ et un MC. Autant le chanteur était relax et d’attaque, le DJ avait les mouvements d’un nerd. J’en étais malaisé même, mais au milieu de la prestation, quand il a éclaté en un solo de danse...

    Aucun champ n'est obligatoire