Connexion
Logo Le Polyscope
Le journal des étudiants de Polytechnique Montréal
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Météo actuelle Montréal, CA

Aucun champ n'est obligatoire



  • Par Virgile Isnardi

    L’hiver canadien n’est pas une période d’hibernation pour Montréal. Malgré la température en dessous de zéro, et la couche de neige présente, jeudi 12 janvier marquait le début de l’Igloofest 2012.
    Pour les incultes, l’Igloofest est un festival de musique électronique extérieur situé au Quai Jacques Cartier du Vieux Port. Il a lieu sur 3 fins de semaines de janvier, la rigueur de l’hiver canadien étant incluse dans le prix du billet.

    Je me suis donc rendu, équipé contre le froid pour assister au set d’A-trak, de retour dans sa ville natale après un peu plus d’un an d’absence. Il a sans difficulté fait vibrer la foule surexcitée pendant 2 heures à l’aide de ses platines en commençant par le récent titre issu de sa collaboration avec Arman Van Helden, The Big Bad Wolf, allant jusqu’à Barbra Streisand, tout en passant par du Boys Noize. Le body-surf et les sauts des festivaliers présents permettaient aussi d’admirer les divers déguisements que ceux-ci arboraient fièrement pour l’occasion: des one-pieces fluos, des têtes d’animaux ou des sombreros. La seule déception du set était le manque de watts; les coordonnées géographiques de la scène apportant des restrictions à ce niveau.

    Je n’ai malheureusement pas assisté à la suite qui était dirigée par Mala, préférant aller tenter l’expérience de l’Igloo Virgin Mobile qui était animée par Axel Klein, résident du Circus. Ce dernier mixait habilement hip-hop, électro, commercial et funk et faisait danser sans problème le public restreint qui était alors déjà bien imbibé de Sapporo, de Jägermeister et de vin chaud.

    Finalement, avec une température en dessous de zéro, et de la neige qui n’en finissait pas de tomber, le coup d’envoi de l’Igloofest annonce cette année encore plusieurs jours de plaisirs auditifs, peu importe le temps. Prochaine soirée à ne manquer sous aucun prétexte : Diplo le jeudi 26 janvier.




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
    Nos évènements à venir

    Aucun pour l'instant.

    Info pour soumettre un article