Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Just’une Chronique : Thermodynamique géopolitique

Aucun champ n'est obligatoire



  • En tant que scientifique qui s’amuse souvent à rationaliser l’irrationnel afin qu’il y paraisse encore plus incompréhensible, j’ai décidé de m’attaquer à un problème bien (plus ou moins) clair pour nous tous ; la géopolitique.

    Modèle physique

    Les bons chercheurs vous le diront : avant d’appliquer des équations dans tous les sens, il nous faut trouver un modèle et la théorie qui va avec. Supposons premièrement une boule de 6 371 km de rayon dans lesquelles évoluent des particules h(i), elles sont au nombre approximatif de huit milliards. Pour simplifier le modèle, on supposera que ces dernières évoluent sur la surface de cette boule suivant des mouvement aléatoires dépendant de leur volonté.

    En effet, la volonté de chaque être est bien aléatoire du point de vue d’autrui sans connaître ce que fait ledit être. La boule est composée de 197 compartiments, aux frontières fermées ou non. On suppose que cette boule est régie par les lois de la physique statistique avec échange de matière : les particules peuvent ainsi bouger et transférer leur énergie librement. On appelle ce modèle l’ensemble grand-canonique.

    Il existe également la notion d’entropie, qui croit avec le nombre de possibilités de configuration du système. Souvent appelée la « mesure du désordre », on peut vite s’en rendre compte par une expérience très simple. Soient un chroniqueur du Polyscope, Jc(i) et son bureau B[Jc(i)], le nombre de configurations possibles de son bureau en période de finaux reflète l’organisation brouillonne de Jc(i). Supposons de surcroît qui soit français et chercheur, vous aurez alors une très belle illustration du phénomène entropique.

    Le deuxième principe de la thermodynamique, démontré en 1862 par le physicien allemand Rudolf Clausius s’applique à ce principe et il nous renseigne sur la chose suivante : « L’entropie d’un système isolé ne peut qu’augmenter ». Certes, et si nous revenions à la géopolitique, car l’auteur semble être un peu désordonné…

    Vous, ces particules

    Supposons que chaque particule h(i) est un être humain, la boule la Terre, les compartiments les pays. Maintenant il s’agit de savoir qui influence votre mouvement dans le monde qui vous entoure. La température politique d’un pays est facteur de cela, liée à l’entropie, elle est une mesure de l’agitation. Une particule sensée ira vers des zones plus froides si cela chauffe trop, les humains font de même. Les flux migratoires sont donc physiquement démontrables et inarrêtables puisque chacun cherche à évoluer vers une situation stable.

    Maintenant, supposons qu’un pays à « basse température », pour se préserver de l’agitation politique et du désordre mondial ferme hermétiquement ses frontières à ces flux. Le deuxième principe de la thermodynamique s’applique à lui. Ses particules, prisonnières à chaque petite crise iront vers de nouvelles configurations : le pays évoluerait alors dans une direction totalement aléatoire par rapport au monde. Il risquerait gros à faire ceci : des crises internes pourront voir le jour et loin de l’édifice terrestre, il ne pourra pas y recourir si rien ne va plus en son logis.

    De plus, fermer l’accès aux particules/humains nous fait aussi changer de modèle physique. On parle de statistique canonique : l’énergie peut se transmettre mais pas la matière. Traduit en langage géopolitique, les hommes ne circuleraient pas mais leurs convictions oui. Cela ne pose pas de problème si les convictions sont justes ou pacifistes. Que faire si celles-ci sont colporteuses de « vérités péremptoire s», de théories du complot ou tout simplement de pensées xénophobes ? Ceci est d’autant plus vrai qu’aujourd’hui nous avons accès à la technologie de l’information et ses légions de canaux et plate-formes de communication.

    Physiquement, déstabiliser un pays isolé en flux migratoires n’a jamais été aussi simple, et nous devons être conscients de ceci pour aujourd’hui et les années à venir.

     




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+


    Récente édition
    Couverture PDF Vol. 50 Hors Série 1
    Télécharger
    Volume 50, Hors Série 1
    Prochaine parution en automne!

    Dans la même catégorie

    Opinion : Charlie Hebdo

    25 septembre 2015

    Le 15 septembre dernier, le journal satirique français Charlie Hebdo défrayait la chronique, après la parution de caricatures « choquantes », « provocantes », « exagérées » concernant la mort du jeune Aylan, retrouvé noyé sur une plage turque après...

    Agriculture : des solutions pour un avenir plus vert

    24 mars 2016

    Quelques habitudes de vie jugées très néfastes pour l’environnement passent au banc des accusés et sont vues par l’entièreté de notre société comme étant les causes majeures de nos problèmes écologiques. Des solutions telles que laver son auto avec une quantité raisonnable d’eau potable, utiliser des sacs réutilisables pour l’épicerie et recycler ne représentent à mon œil qu’une fraction minime des actions ayant un impact sur notre empreinte écologique. Celles-ci ne sont que la pointe de l’iceberg que devraient être nos actions environnementales. Rendus en 2016, nous devrions avoir un pas d’avance ; l’élimination de ces habitudes devrait être acquise. De plus grands sacrifices et efforts devront être faits pour atteindre un réel changement à grande échelle. Chaque produit qu’on consomme, qu’il soit alimentaire, ménager ou utile à notre vie de tous les jours, devrait être source de réflexion en ce qui concerne son effet sur l’empreinte écologique. En effet, parmi les étudiants de Polytechnique, bien plus de la moitié consomme du café régulièrement. Or, le café est loin d’être produit ici. Son transport est donc logiquement une source de gaz à effet de serre non négligeable. Pourtant personne ne jugerait ou même ne considérerait juger un buveur de café comme on le ferait pour celui qui ose mettre sa bouteille de vitre dans une poubelle. Le café dans cet exemple n’est qu’un symbole, car il est très important aux yeux de l’étudiant, mais on peut pousser une réflexion générale quant à notre consommation alimentaire. Les belles oranges de Floride que je viens d’acheter au lieu du fromage produit ici est-il vraiment un choix plus écologique parce qu’il ne provient pas de la production animale? J’en doute. Par contre, c’est inconcevable qu’un Québécois puisse s’empêcher de manger des tomates pendant tout l’hiver parce qu’elles proviennent du Mexique. Je vois donc deux solutions à ce souci : augmenter sa consommation d’aliments produits localement qui se conservent bien, tous les légumes-racines par exemple, et l’augmentation de l’utilisation de serres qui permettent la production d’aliments locaux à l’année longue. J’ai passé ma semaine de relâche à Anguille où j’ai eu la chance de visiter la serre hydroponique de l’hôtel où je résidais. Concept très intéressant, surtout quand on sait que les îles des Antilles font venir pratiquement tous leurs produits de Miami. Cette méthode de cultivation des légumes nécessite très peu d’eau par rapport à l’agriculture en champ. On évite l’évaporation, car on donne l’eau, les minéraux et les nutriments nécessaires directement aux racines de la plante via un système qui recycle ce substrat aqueux non-absorbé. Cette technique de production sauve aussi beaucoup d’espace, car on utilise des méthodes ergonomiques pour organiser les feuilles et les racines de la plante. L’hydroponie est bien sûr plus couteuse que la production traditionnelle de légumes, mais reste une véritable solution quand on voit les réserves d’eau de la Californie — état où on produit plus du tiers des légumes et deux tiers des fruits aux États-Unis — diminuer de manière dramatique (source : cdfa.ca.gov). Puisque cette méthode de culture nécessite peu d’espace et de ressources, le faire chez soi devient une option. D’ailleurs Ikea s’en est inspiré et sort en avril des trousses pour les individus comme vous et moi. Au Québec, l’option idéale est la serre souterraine aussi connue sous le nom de « walapini ». Avec un sol qui ne gèle qu’à moins d’un mètre de profondeur, creuser à quelques mètres permet de bénéficier de l’isolation naturelle du sol et de la protection contre le vent pendant l’hiver. À l’opposé, pendant l’été, ou à des latitudes inférieures, le sol conserve une température plus fraîche. Cette isolation permet ainsi d’éviter les grands deltas de température qui peuvent s’avérer fatals pour les plantes plus frêles. Ce type d’infrastructure, qu’on observe plus souvent en Amérique du Sud, permet de cultiver les végétaux pendant trois saisons, voire toute l’année dépendamment du lieu géographique exact sans avoir à chauffer ou climatiser la serre de manière ridicule. Ces deux techniques ne sont que des exemples innovateurs qui nous permettront, dans un futur plus ou moins proche de délaisser nos anciennes méthodes d’agriculture coûteuses en ressources. La période où nous consommons des aliments provenant de partout devra cesser, car elle n’est qu’une conséquence directe de la mondialisation qu’on voit émerger depuis le 21e siècle. Or, c’est un luxe qu’on ne peut se permettre si on désire poursuivre dans une direction de développement durable....

    Haïti : le retour du bourbier humanitaire?

    13 janvier 2017

    Comment Haïti s’en sort-elle après ce nouveau coup dur incarné par l’ouragan Matthew? La sphère humanitaire sera-t-elle cette fois capable de relever le défi organisationnel et être efficace? Pour ne citer que les catastrophes naturelles ayant touchées Haïti ces six...

    Aucun champ n'est obligatoire