Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Nos escaliers mécaniques : Toujours en panne?

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article Nos escaliers mécaniques : Toujours en panne?
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    Le glorieux Lassonde et ses escalators © L. Montreuil

    Par Sarah St-Laurent

    Pour un étudiant polytechnicien pourvu de jambes et les utilisant de temps à autre pour se rendre en classe, les escaliers mécaniques peuvent être un excellent outil pour vagabonder à travers le merveilleux lieu de savoir qu’est Polytechnique. Cependant, en étant quelque peu attentif, certains auraient pu constater que ces escaliers sont parfois en panne.

    Les escalators, tels que les appellent nos amis les Européens, sont un lieu idéal pour faire du social en fin de journée ou pour bloquer le passage aux gens pressés, mais ils sont à la base conçus pour nous faciliter nos déplacements.

    Pourquoi est-ce si désagréable lorsqu’on tombe sur un palier en cours d’entretien ? Probablement parce que notre routine se retrouve complètement chamboulée et qu’on se voit contraint à faire un effort pour monter — ou descendre — les quelques marches qui nous séparent de notre objectif. C’est peut-être aussi en raison de la hauteur des marches à laquelle nous ne sommes pas accoutumés : les contremarches des escaliers mécaniques sont généralement plus hautes de 3 à 7 cm que celles des escaliers conventionnels.

    Jean-Pierre Chasle, chef de secteur de l’entretien des infrastructures pour le Service des immeubles a fait le point avec Le Polyscope au sujet des réparations et de l’entretien effectué sur l’équipement mobile des pavillons Lassonde et principal.

    À Polytechnique, ce sont des milliers de personnes qui empruntent à chaque jour les 17 escaliers mécaniques, 4 monte-personnes, 2 monte-charge et 5 ascenseurs mis à leur disposition. Pour veiller au bon fonctionnement de cet équipement, une compagnie sous-traitante est engagée pour veiller à leur entretien 2 à 3 jours par semaine. Pourquoi aussi souvent, vous demandez-vous ? En fait, la quasi majorité des arrêts de service des escaliers mécaniques sont dus à l’entretien régulier. C’est simplement la quantité impressionnante d’équipement mobile qui nous donne l’impression d’étudier sur un chantier perpétuel.

    Monsieur Chasle nous a indiqué des mesures faciles qui peuvent être prises par les utilisateurs des escalators pour faciliter leur entretien.

    Évitez de les soumettre à de trop grands impacts. Il n’est pas dommageable de marcher dans un escalier mécanique en mouvement, tant que ce soit à vitesse modérée, sans courir. Ton cours de calcul scientifique peut attendre 2 autres petites minutes, crois-moi. Le savoir vient à qui sait attendre!

    Puisque transporter du matériel lourd et encombrant abime les escaliers mécaniques en plus de ralentir la circulation, favorisez l’utilisation des monte-charges mis à votre disposition. Celui se trouvant dans l’aile A du Pavillon principal a d’ailleurs été rénové en 2016 pour le plaisir de vos yeux. Sinon, il y a également le monte-charge se trouvant à l’entrée des étudiants (oui, c’est un monte-CHARGE, non pas un ascenseur).

    Malgré la nécessité des entretiens réguliers sur les escaliers mécaniques, tomber sur un palier bloqué nous force à revoir l’entièreté de notre itinéraire et est probablement la chose la plus abominable que l’on puisse vivre (soyons sérieux). Reste qu’on a beaucoup moins de chances de tomber sur un escalier ordinaire en panne que sur un escalier mécanique en panne…




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+

    Aucun champ n'est obligatoire