Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le défi 24 h

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article Le défi 24 h
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    © Polyphoto

    Le samedi 11 février, Polythêatre s’est mis au défi de mettre en scène et jouer une pièce en... 24 h

    Par Charles Albaret

    Le comité Poly-Théâtre a réussi l’ambitieux projet de préparer une pièce en 24 heures, montre en main, pour la jouer ensuite devant les étudiants de Polytechnique! Un véritable tour de force puisque les acteurs et le metteur en scène ignoraient tout de la pièce 24 heures avant sa représentation. Mieux encore, le projet faisait jouer des étudiants de différents niveaux : certains en étaient à leur première représentation sur scène.

    Au grand défi, les grands moyens

    Pour rendre le défi possible, les acteurs et le metteur en scène ont dû employer plusieurs stratagèmes pour mener à terme le projet : assigner un personnage à deux acteurs, raccourcir la pièce et j’en passe. Des micro-formations en improvisation ont aussi été données aux acteurs pour leur permettre de jouer sur scène, même en cas d’oubli du texte! Utile quand on sait, rappelons-le, les acteurs n’avaient que 24 h pour apprendre les répliques. D’autant plus que le directeur (et empereur) du comité, Arthur Daniel-Adde, présent parmi le public, a confié par la suite ne pas avoir remarqué les moments d’improvisation des acteurs, c’est dire!

    © Polyphoto

    Je ne trompe pas mon mari

    Cette comédie de Georges Feydeau met en scène Saint-Franquet, ami de M. Plantarède, arrivant dans la ville thermale de Châtel-Sancy dans l’espoir de l’y trouver. Feignant la rencontre imprévue, Saint-Franquet avait en fait en tête de courtiser sa femme, madame Plantarède, dont il est amoureux depuis longtemps. C’est l’arrivée de Bichon, ancienne maîtresse du personnage, et de Dotty et Tommy, un couple de touristes américains, qui va lancer l’intrigue dans un étonnant imbroglio, alliant fous rires, quiproquos et adultères.

    DÉFI 24 h, un bon coup en somme

    Puis les acteurs saluent le public; c’est déjà la fin. Les acteurs sont les plus heureux de la salle, ils sont fatigués mais contents d’être allé jusqu’au bout du défi. Contents aussi, puisqu’ils pourront enfin aller dormir. En effet, pour eux, la nuit a été longue, occupés à monter la pièce, ils sont debout depuis vendredi matin, on est samedi soir On appréciait de voir les acteurs passer au travers du défi, s’emmêlant parfois, faisant rire souvent. C’est un évènement idéal auquel participer comme acteur ou spectateur, pour décompresser entre deux révisions pour les intras. Le Défi 24 h sera de retour l’année prochaine, ne manquez donc pas la prochaine édition. Encore bravo Poly-Théâtre!




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
    Aucun champ n'est obligatoire