Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Retour sur l’exposition Chagall : Couleur & Musique

Aucun champ n'est obligatoire



  • Le weekend dernier j’ai enfin eu le temps d’embarquer mon colocataire pour une virée au musée des Beaux-Arts de Montréal ! En effet, depuis le 11 janvier dernier, un des plus imposants peintres du XXe siècle y est présenté.

    Réalisée en partenariat avec le Los Angeles County Museum of Art (LACMA) et avec la participation financière de la Fédération CJA, cette exposition souligne la forte influence de la culture et des traditions juives qui imprégna l’œuvre de l’artiste. Le musée y présente un ensemble de 430 pièces comprenant des peintures, œuvres sur papier, collages, sculptures, céramiques, vitraux, tapisseries, décors et costumes.

    Vous y retrouverez certaines des plus célèbres œuvres de Marc Chagall, qui méritent vraiment le déplacement. Mais, au-delà de la présentation de ces pièces, ce qui fait à mon sens l’ingéniosité et le caractère unique de cette exposition est la présentation des costumes, rarement vus du public, et des décors réalisés par l’artiste pour les ballets Aleko (1942), L’Oiseau de feu (1945), Daphnis et Chloé (1958-59) et l’opéra La flûte enchantée (1967). L’installation proposant une étude détaillée par projection du plafond de l’Opéra de Paris au Palais Garnier peint par Chagall est également d’une qualité rare. Pour l’occasion, le Lab de l’Institut Culturel de Google à Paris a numérisé en ultra haute définition cette peinture de 220m² achevée en 1964 par l’artiste. Les effets zoom sont saisissants et permettent de découvrir des détails invisibles à l’œil nu de ce décor monumental.

    On redécouvre au fil des peintures et autres œuvres l’admiration que Chagall portait aux violonistes. Nous avons pu, notamment, contempler Le Violoniste Vert (1923-24) rarement prêté pour des expositions grand public. Vous pourrez également retrouver des illustrations des Fables de la Fontaine étonnantes et vous enthousiasmer, je l’espère tout autant que moi, devant la réalisation de sa suite de vitraux.

    Le musée des Beaux-Arts garde cette sélection unique à l’affiche jusqu’au 11 juin, alors tout ce que je puis vous conseiller est de profiter du retour des jours chauds et ensoleillés pour aller passer un après-midi rafraichissant à vous émerveiller dans leurs couloirs. Le défi d’un Chagall grand public y a été relevé avec brio !




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
    Aucun champ n'est obligatoire