Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Hackatown 2017

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article Hackatown 2017
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    Cérémonie d’ouverture © Yujia Ding

    Le long du weekend du 4-5 février 2017 s’est déroulé le tout premier hack-a-thon organisé à la Polytechnique de Montréal. Organisé par Lassonde Hacks et présenté par la compagnie Devolutions, l’événement a accueilli 300 participants et a distribué plus de 21 000 $ en prix aux gagnants. Le thème portait sur Montréal, la ville intelligente et l’événement a pu réunir entre les murs de la Polytechnique des codeurs de l’université de Waterloo, de Sherbrooke ainsi qu’un peu partout des États-Unis. La liste des commanditaires était longue et l’événement fut affilié avec la MLH (Major League Hacking) qui a pu fournir des services d’encadrement tout le long du weekend.

    Première place © Polyphoto

    L’ambiance était super, de la nourriture en abondance, des participants dédiés et des projets fort intéressants. Tous les éléments nécessaires pour déclarer ce weekend comme une réussite. Le grand nombre de commanditaires a fait en sorte que le plus de ressources possible étaient disponibles pour les prix, les activités et la nourriture. De plus, les activités de divertissement tels le concours d’empilage de cups et la salle de jeux vidéo étaient bien pensés et permettaient aux participants une pause bien méritée entre deux lignes de code. Des prix de participation ont aussi été distribués à ceux ayant participé aux workshops ou aux ateliers organisés par des compagnies commanditaires.

    True love © Yujia Ding

    Lors de la présentation des projets, on se sentait comme à une foire de science. Des quelque 300 participants, 46 équipes en total ont livré un résultat fini et l’atrium était rempli de projets de toutes sortes. Il y régnait une atmosphère semblable à la journée de présentation d’un projet intégrateur. Les gagnants du premier prix se sont vus décerner 3000 $ ainsi que des prix bonis fournis par les commanditaires pour leur application mobile Vive375, soit un quiz portant sur Montréal en raison de son 375e anniversaire. Le concept était simple, l’usager reçoit des questions ainsi que des connaissances reliées à l’emplacement d’où on se situe à Montréal et l’exécution fut assez complète pour séduire le jury. Personnellement mon attention a été retenue par l’équipe derrière Malitville, un système générant du big data qui fait un compte rendu journalier sur la consommation d’eau potable ainsi que la perte d’énergie thermique d’une habitation. Réussir cela avec un tuyau, du duct tape et un processeur Arduino en moins de 24 heures est assez impressionnant.

    Ce qui a été moins impressionnant est le non-respect de l’horaire fourni. En effet, les organisateurs ont dû repousser assez souvent les temps de début et de fin des activités afin de combler tous les participants. Ça ne fait vraiment pas sérieux lorsque l’événement ne suit plus son propre horaire à cause de quelques retardataires. On comprend tout de même la bonne volonté derrière ces actions. En tant que bénévole j’ai aussi trouvé qu’il y aurait pu avoir un effort de plus sur la communication et l’encadrement des participants. Beaucoup ne sont pas de la Polytechnique et certains ne parlaient même pas le français. L’information des activités était uniquement communiquée à travers un pamphlet caché tout au fond d’un sac de goodies distribué à l’entrée, sans aucune autre indication quoi faire ni où aller. Ne vous étonnez pas qu’il y en ait autant qui soient perdus!

    Malgré la maladresse de certains aspects, l’expérience a valu la peine de passer tout son weekend à la Poly. Félicitations à tous les participants et que cela marque un début à l’implication de la Polytechnique aux événements internationaux de codage!




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+

    Aucun champ n'est obligatoire