Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La dernière bougie

Aucun champ n'est obligatoire



  • Dans un tout autre ordre d’idée, je voudrais aborder un sujet qui, depuis maintenant un bon bout de temps, me tracasse au plus haut point : les maisons de retraite. Tout d’abord, elles représentent une industrie à la ristourne gargantuesque. Les maisons de retraite privées pullulent au travers du pays, et elles représentent un marché plus que lucratif.

    Cependant, selon moi, il s’agit du marché de la mort. Des fermes où est cultivée l’agonie. Je veux bien qu’on me vende des sourires scintillants et des soirées dansantes en marchepieds, mais la réalité est incontournable.

    Dans une société qui fait la promotion de l’individualisme, il peut paraitre normal pour certains que, rendus adultes, nous devons nous occuper d’enfants, du boulot, de toutes les tâches qui sont inhérentes à la vie contemporaine, ce qui ne laisse plus le temps aux parents de s’occuper des leurs.

    C’est pourquoi ils les entreposent, avec leurs semblables, dans une résidence où ils pourront s’adonner à tous leurs loisirs. Comme celui de regarder le temps passer et de pleurer la mort d’une telle, qui avait fait son arrivée deux ans plus tôt. Le mois d’après c’est l’homme de la chambre 45 qui a poussé son dernier souffle. Les activités se répètent, les gens se font remplacer. Le ballet des ambulances ne connaît pas de conclusion. Un jour ce sera lui, qui a tellement de vécu, qui connaît une époque qui ne sera jamais revisitée, qui fera déplier la civière. C’est lourd, lourd de solitudes partagées.

    C’est d’une manière assez sombre que je vous introduis le thème de l’édition que vous tenez entre vos mains.

    Le Polyscope vous présente cette semaine un opus qui traite d’un sujet qui nous concerne tous : la solitude. Certains la fuient, certains s’y blottissent, nous y sommes tous confrontés. Elle possède ses bienfaits et ses côtés sombres, mais elle pourra toujours permettre à l’être solitaire de converser avec son for intérieur pour mieux se connaître. Nos braves journalistes ont su explorer le thème sous un éventail plutôt garni de formes pour vous servir une lecture, à consommer seul ou accompagné.

     




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+


    Récente édition
    Couverture PDF Vol. 50 Hors Série 1
    Télécharger
    Volume 50, Hors Série 1
    Prochaine parution en automne!

    Dans la même catégorie

    Schiste alors !

    24 septembre 2010

    Le sujet soulève les passions à travers le Québec et défraie les quotidiens au fil des semaines. D’un côté, des milliards de dollars en jeu, de l’autre, une population inquiète, mise à l’écart par manque de transparence gouvernementale, et, au centre, notre environnement condamné au sursis jusqu’à nouvel ordre. La semaine passée, Polysphère avait réalisé un reportage sur l’impact de la technologie des gaz de schiste face à l’environnement, en mettant l’accent sur les...

    Par où commencer?

    20 novembre 2015

    Vendredi après-midi bien pénard. Foot? Pourquoi pas? Les Bleus prennent la Mannschaft au Stade de France, ça ne peut pas être mauvais, allume tiens. (Même le bruit sourd d’explosion à la 30e minute a dû en faire rire quelques-uns.) Sûrement un plan foireux de supporters trop bourrés, sinon qu’est-ce que ça pourrait bien être d’autre, imbécile?! Force est de constater qu’à Montréal tout le monde est lié à la France et spécialement à sa capitale;...

    Moi aussi je veux jouer à la belle-mère

    27 janvier 2012

    Ça va mal au PQ. Bon d’accord, ce n’est pas un scoop. D’ailleurs, si vous êtes comme moi, vous devez être un tantinet fatigués d’en entendre parler. Pourtant, tel un ouvrier enthousiaste, je vais me permettre d’enfoncer le clou davantage et de vous présenter ma propre théorie de belle-mère sur les raisons de la débandade du PQ. Ne reculant devant rien, je vais chausser mes lunettes à la Bernard Landry et me tailler une...

    Aucun champ n'est obligatoire