Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La dernière bougie

Aucun champ n'est obligatoire



  • Dans un tout autre ordre d’idée, je voudrais aborder un sujet qui, depuis maintenant un bon bout de temps, me tracasse au plus haut point : les maisons de retraite. Tout d’abord, elles représentent une industrie à la ristourne gargantuesque. Les maisons de retraite privées pullulent au travers du pays, et elles représentent un marché plus que lucratif.

    Cependant, selon moi, il s’agit du marché de la mort. Des fermes où est cultivée l’agonie. Je veux bien qu’on me vende des sourires scintillants et des soirées dansantes en marchepieds, mais la réalité est incontournable.

    Dans une société qui fait la promotion de l’individualisme, il peut paraitre normal pour certains que, rendus adultes, nous devons nous occuper d’enfants, du boulot, de toutes les tâches qui sont inhérentes à la vie contemporaine, ce qui ne laisse plus le temps aux parents de s’occuper des leurs.

    C’est pourquoi ils les entreposent, avec leurs semblables, dans une résidence où ils pourront s’adonner à tous leurs loisirs. Comme celui de regarder le temps passer et de pleurer la mort d’une telle, qui avait fait son arrivée deux ans plus tôt. Le mois d’après c’est l’homme de la chambre 45 qui a poussé son dernier souffle. Les activités se répètent, les gens se font remplacer. Le ballet des ambulances ne connaît pas de conclusion. Un jour ce sera lui, qui a tellement de vécu, qui connaît une époque qui ne sera jamais revisitée, qui fera déplier la civière. C’est lourd, lourd de solitudes partagées.

    C’est d’une manière assez sombre que je vous introduis le thème de l’édition que vous tenez entre vos mains.

    Le Polyscope vous présente cette semaine un opus qui traite d’un sujet qui nous concerne tous : la solitude. Certains la fuient, certains s’y blottissent, nous y sommes tous confrontés. Elle possède ses bienfaits et ses côtés sombres, mais elle pourra toujours permettre à l’être solitaire de converser avec son for intérieur pour mieux se connaître. Nos braves journalistes ont su explorer le thème sous un éventail plutôt garni de formes pour vous servir une lecture, à consommer seul ou accompagné.

     




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+


    Récente édition
    Couverture PDF Vol. 50 Numéro 12
    Télécharger
    Spécial entrepreneuriat
    Volume 50, Numéro 12
    Prochaine parution :
    ven, 31 mars 2017 vers 10h00
    Prochaine tombée :
    mar, 28 mars 2017 à 12h

    Dans la même catégorie

    The dictionary of obscure sorrows

    27 février 2015

    Parfois, je me dis que malgré toute la richesse de nos langues, on manque vraiment de certains mots. Est-ce que ça vous est déjà arrivé, en discutant avec quelqu’un, de réaliser à quel point la vie de chaque unique personne qui vous entoure est terriblement complexe? Au moins autant que la vôtre? Est-ce que ça vous est déjà arrivé, en marchant dans une foule, de vous faire tout à coup submerger par la réalisation que...

    Le mot du dirlo…

    20 août 2010

    Chers trois lecteurs assidus du Scope ainsi que tous les nouveaux sadomasétudiants polytechniciens, c’est avec un immense plaisir que j’entame ce premier numéro du volume 44 en tant que directeur. Je compte bien me la péter toute l’année avec ce titre-là... trop frais le gars ! Ce sera difficile d’écrire sans être sarcastique, ironique, baveux ou wanna be drôle, mais je vais essayer de faire ça digne d’un grand dictateur... hum... directeur ! J’espère que vous...

    Rentrée culturelle en demi-teinte à Montréal

    10 septembre 2010

    Après une hibernation estivale ponctuée par les grands festivals de l’été (Jazz, Juste pour Rire, FrancoFolies), les organismes culturels phares de la ville reprennent leur activité en cette mi-septembre. L’OSM, l’OdeM (Opéra de Montréal) et les Grands Ballets canadiens de Montréal proposent aux spectateurs leur nouvelle programmation, pour le plaisir des mélomanes. L’été aura été ponctué d’évènements à travers lesquels les amateurs auront vécu des hauts et des bas. Petit retour sur les derniers...

    Aucun champ n'est obligatoire