Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Prédictions 2017 : l’imperfection est acceptable

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article Prédictions 2017 : l’imperfection est acceptable
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    Affiche du spectacle Prédictions 2017 © Juste pour rire

    Pour la première médiatique le 18 janvier 2017, le quatuor d’animateurs (Jean-Sébastien Girard, Olivier Niquet, Frédéric Savard et Jean-Philippe Wauthier) de l’émission La soirée est (encore) jeune à ICI Radio-Canada Première et sur ICI ARTV se réunissent sur scène dans un spectacle d’humour avec Fabien Cloutier.

    De gauche à droite : Fred Savard, Olivier Niquet, Jean-Philippe Wauthier, Fabien Cloutier et Jean-Sébastien Girard dans l’acte imitant une coiffeuse, un client et Charles Lafortune
    © Chantal Lévesque/Métro

    Prédictions 2017 est un spectacle qui s’inspire majoritairement des événements et des personnages locaux de 2016 pour leur donner une saveur humoristique. Des personnages politiques (par exemple Gaétan Barrette, Justin Trudeau, Denis Coderre), culturels (par exemple Gilbert Rozon) et médiatiques (par exemple Denis Lévesque, Bernard Gauthier, Richard Martineau) que nous aimons ou que nous détestons sont mis sur le même piédestal pour mettre l’accent sur le ridicule de ce qu’ils ont dit, de ce qu’ils ont fait ou même des étiquettes que la population leur a accolées, permettant ainsi d’y apprêter la sauce humoristique. Les fans de cette émission reconnaîtront les personnages colorés de ce quatuor.

    La scène
    © Chantal Lévesque/Métro

    D’abord, Jean-Philippe Wauthier nous remet dans le bain de l’année 2016 en guise d’introduction. C’était drôle et amusant, mais peut-être que le début de malaise faisant intervenir le décès de Jean Lapierre présageait la suite… Puis on nous transporte exactement un an plus tard pour nous résumer l’année 2017 qui « vient » de se terminer. Pour ce faire, la mise en scène principale rappelle un studio de téléjournal anglophone avec plusieurs lecteurs de nouvelles assis ensemble, les uns à côté des autres à une même longue table. De temps à autre, au centre de la scène, on assiste à un talk-show avec 2 fauteuils rouges un à côté de l’autre.

    Jean-Sébastien Girard
    © Chantal Lévesque/Métro

    Les blagues qui sont dites et l’affichage de photos drôles et du texte en arrière-plan vont de pair pour alimenter l’effet comique. Les blagues concises et s’enchaînant rapidement sont hilarantes, mais celles qui sont plus longues peuvent être manquées par une partie de l’auditoire qui était en train de savourer la blague précédente.

    Il est porté à mon attention que, pour le calibre de ces humoristes québécois sur scène au Québec, les blagues parlant d’éjaculation, de papier mouchoir et de semence n’étaient pourtant pas nécessaires pour se faire remarquer, puisque la majorité des spectateurs est probablement déjà fan des têtes d’affiche. La salle de Théâtre St-Denis était comble! Ce n’est pourtant pas comme si ces artistes essayaient de se bâtir à partir de zéro une carrière, une renommée, une visibilité à l’étranger.

    Comme si ce n’était pas assez, il y avait un quidam quasiment nu (Julien Thibault si je ne me trompe pas), jouant le rôle du technicien de studio, traversant la scène lors de certains entractes pour mettre les fauteuils rouges à l’avant-plan ou les retirer. Voir une première fois ce personnage était drôle; le voir tenir les livres qui cachent sa région pubienne et les donner un à un à Jean-Sébastien Girard qui nous présentait des nouvelles littéraires fictives, au point qu’il ne reste plus de livre pour cacher grand-chose était drôle. Cependant, après cinq apparitions, le gars nu est juste devenue inutile et sans message de fond! Si Serge Denoncourt a approuvé la multitude d’apparitions de cet homme quasi-nu, je me demande comment il défendrait cette position, puisque pour Roméo et Juliette, le fait que Roméo et Juliette aient été nus sur scène représentait le fait qu’ils faisaient l’amour, disait-il lors de l’émission Tout le monde en parle à ICI Radio-Canada Télé.

    Par ailleurs, il a été porté à mon attention que l’intrus, parmi les têtes d’affiche, est Fabien Cloutier. Or, il a été régulièrement reproché au quatuor d’hommes de La soirée est (encore) jeune d’être un boys club, et donc de ne pas avoir parmi eux de femme co-animatrice. Mentionnons que, dans leur émission, il y a eu Rebecca Makonnen qui avait substitué temporairement Jean-Sébastien Girard à la co-animation, et il y a eu des femmes invitées à leur émission. Cependant, dans ce spectacle, l’équipe de Prédictions 2017 aurait pu faire le choix d’ajouter au moins une femme à l’animation du spectacle au lieu de seulement Fabien Cloutier.

    Personnellement, je ne comprends pas la référence dans l’acte où Fabien Cloutier imite Charles Lafortune qui gueule sur une coiffeuse ou sur le métier de coiffeur. De plus, le spectacle s’est terminé avec Fabien Cloutier qui se révolte, en disant aux spectateurs qu’ils rient du spectacle, qu’ils rient d’eux-mêmes, qu’ils ont le pouvoir de changer les choses, mais ils ne le font pas. Du moins, je paraphrase ce que j’ai compris. Dans ce même contexte, je ne comprends pas son propos de mentionner la situation syrienne, puis plus tard, que Dieu a créé des poissons « laites » qui mangent la peau morte des hippopotames et dont le Créateur ne leur a pas insufflé le libre arbitre ou l’intelligence requise pour se révolter de leur piètre condition. C’était une analogie assez inconventionnelle pour expliquer un message. Alors que je m’attendais à un spectacle humoristique, un goût d’amertume conclut mon expérience envers ces propos dont l’intelligibilité est médiocre. Je décrirais cela comme si je recevais une gifle pour trouver le spectacle d’humour drôle. Voyez l’incompréhension! Puis, même si cela n’a duré que quelques secondes, les jokes de vieillards qui meurent, d’euthanasie, de soins en fin de vie et de l’argent que ça sauverait à la société, le tout dans le même panier à blagues, ont été d’assez mauvais goût du fait qu’elles ont transgressé le proverbe « toute vérité n’est pas bonne à dire ».

    La représentation a duré deux heures. Les fans qui connaissent le quatuor de La soirée est (encore) jeune, ils confirmeront que certaines blagues et contenus provenant de l’émission ont été réutilisés dans ce spectacle. Il reste néanmoins que le rire persistait quand même. Enfin, Jean-Sébastien Girard a fait plaisir à ses fans en chantant les chansons thèmes de ses chroniques à l’émission La soirée est (encore) jeune.

    Brève conclusion : Pour un spectacle d’humour, rire autant m’a bien détendu pour la soirée. Mais encore faut-il que je fasse l’effort de faire abstraction de quelques blagues de mauvais goût…




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+


    Récente édition
    Couverture PDF Vol. 50 Numéro 12
    Télécharger
    Spécial entrepreneuriat
    Volume 50, Numéro 12
    Prochaine parution :
    ven, 31 mars 2017 vers 10h00
    Prochaine tombée :
    mar, 28 mars 2017 à 12h
    Aucun champ n'est obligatoire