Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mange comme un viking.

Aucun champ n'est obligatoire



  • Oublie le yogourt grec. Un remplaçant féroce est arrivé sur la scène laitière mondiale. Et c'est un viking.

    Comme à peu près tout le monde cet été, je suis allé au Cuba des hipsters : l’Islande. Et l’Islande, ce n’est pas que des paysages à couper le souffle, des cascades à n’en plus finir, des glaciers millénaires, la rencontre du magma et de la glace, des gars avec des drones et des filles qui se prennent en photo pour leur Instagram. Non non. C’est aussi une culture et une gastronomie.
    Au milieu du requin fermenté et de la truite fumée, un classique de la cuisine islandaise commence à énormément faire parler de lui. Et quand je dis « classique », je veux vraiment dire « classique » : les Vikings auraient apporté ce met de Norvège il y a plus de 1100 ans!

    Mais quel est donc ce met ancestral qui se mérite tant d’éloges et un article dans Le Polyscope, me demanderas-tu, et bien je te répondrai qu’il s’agit du skyr.
    Le skyr ça a été LA révélation de mon voyage. Bon d’accord, j’exagère un peu sachant que l’Islande est un pays incroyable recelant de merveilles naturelles, mais dès mon arrivée en terre du soleil de minuit, je goûtai ce produit laitier à mi-chemin entre le yogourt et le fromage blanc.

    Considéré comme un fromage de par sa composition — lait écrémé fermenté auquel on ajoute des cultures vivantes (Streptococcus thermophilus et Lactobacillus bulgaricus pour les génies chimiques que ça intéresserait) — le skyr est plutôt présenté et consommé comme un yogourt, car il possède un arrière-goût naturellement sucré.
    La première chose qui surprend quand on y goûte, c’est son épaisseur. Retournez une cuillère pleine de skyr et vous verrez ce que je veux dire : le yogourt est si épais qu’il ne tombera pas. De plus, grâce à son fort taux en protéines — principales responsables du sentiment de satiété — en quelques cuillères, vous serez rassasiés, la parfaite collation!
    Niveau texture, le skyr est riche et crémeux, malgré sa teneur de 0 % en matières grasses, un vrai plaisir non coupable!
    Mise à part son fort taux en protéines et ses 0 % de matières grasses, le skyr est également plus faible en sucre que le yogourt grec, riche en calcium et sans lactose. Le skyr a donc tout pour lui : goût, texture et valeurs nutritives en font le parfait compagnon laitier.

    Concernant sa disponibilité au Québec, j’ai trouvé (à mon plus grand bonheur, fallait me voir dans l’allée des produits laitiers…) ce messie des yogourts chez Provigo sous la marque Le Choix du Président (4,99 $ le pot de 500 g, en spécial à 3,99 $). S’offrent à vous les versions nature, à la vanille, à la fraise et aux « fortifruits » (mûres, cerises et bleuets). Je ne suis personnellement pas un gros fan du skyr nature, à cause de sa légère odeur de lait fermenté qui rappelle le filmjölk suédois, je vous conseille donc de commencer avec celui à la vanille, à manger tout simplement ou avec des fruits, des graines ou des céréales, en déjeuner, en dessert ou en collation.

    Vous l’aurez compris, ce yogourt de Viking est — oui j’ose l’affirmer. — en tous points meilleur que le yogourt grec. En espérant qu’il vous donne le goût de visiter son beau pays qu’est l’Islande!

    Sur notre gauche, le tenant du titre, le yogourt grec, sur notre droite, le nouveau venu, le skyr islandais!

    Sur notre gauche, le tenant du titre, le yogourt grec, sur notre droite, le nouveau venu, le skyr islandais!




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+


    Récente édition
    Couverture PDF Vol. 50 Hors Série 1
    Télécharger
    Volume 50, Hors Série 1
    Prochaine parution en automne!
    Aucun champ n'est obligatoire