Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Et si on se mettait au vert?

Aucun champ n'est obligatoire



  • On entend tous parler au quotidien de l’environnement et de l’impact que notre mode de vie a sur notre planète, on en voit tous les conséquences dans notre fil d’actualités ou aux nouvelles. Toutefois, on se doit encore d’attendre que les gouvernements aient enfin le courage de se délier les mains de leurs amis lobbyistes pour voir de réelles actions se mettre en place pour réduire les impacts de notre société surconsommatrice. Bien que tous ces petits gestes quotidiens tel qu’éteindre la lumière en quittant une pièce ou trier et recycler ses déchets soient utiles, il demeure de notre responsabilité de faire un pas en avant. Pourquoi donc ne pas imaginer dès aujourd’hui comment devrait être notre future maison verte ?Vous ne pourrez plus dire que l’on ne vous aura pas prévenus !

    Salle de bains et cuisine

    En moyenne on utilise 150 L d’eau par jour or avec le robinet SWIRL, désigné par Simin Qiu, un étudiant du Royal College of Art de Londres, c’est 15 % d’économie par jour et ça coule en spirale. Avec un réducteur d’eau, c’est 50 % de réduction mais c’est aussi moins joli.
    Enfin, avec un power pipe qui chauffe l’eau chaude à l’aide de l’eau de drainage, c’est 40 % d’économie sur les frais d’eau chaude.
    Multipliez cela par le nombre de robinets chez vous!

    Toilettes

    Une toilette sèche comme son nom l’indique, n’utilise pas d’eau. Les excréments et les urines sont utilisées pour faire du compost (l’eau des nouilles peut être utile pour ca aussi). Cela permet d’économiser jusqu’à 100 000 L annuellement. L’entreprise francaise Ecosec se lance même dans les toilettes sèches publiques au zoo de Montpellier.

    Lumière

    Une jeune compagnie indonésienne est sur le point de lancer une lampe portable appelée Sustainable Lighting Alternative Lighting (SALt) alimentée par de l’eau salée et pouvant recharger votre

    cellulaire.

    Les puits de lumière, un genre de tuyau sur le toit équipé de pleins miroirs permet de réfléchir la lumière naturelle. Éeclairage et chauffage sont donc au rendez-vous.

    Sinon, une ampoule halogène c’est 40% d’énergie en moins et jusqu’à 80% pour les lampes fluorescentes qui ont une durée de vie entre 10 et 20 fois plus grande.

    Chambre

    La température idéale d’une pièce est nomalement de 18 °C. Un degré de plus et c’est une surconsommation de 7 %. Un thermostat programmable dans les chambres permet alors des économies tout en vous assurant une pièce à la bonne température. Sinon, il reste la solution des velux ou des baies vitrées pour chauffer naturellement vos pièces. Alliés avec une isolation en cellulose extrait de papier recyclé, c’est 50 à 80 % des besoins en chauffage qui sont couverts.

    Buanderie

    Faire la lessive est toujours trés consommatrice en eau et en éléctricité mais Drumi et BWM sont deux solutions alimentées par la force humaine.

    La première est transportable, composée à 40 % de matériaux recyclés, réalise un cycle complet de lavage en 5 minutes en utilisant que 9 L d’eau pour 2,3 kg. Certes, c’est une faible quantité mais 0 éléctricité et 40 L de moins que les nouvelles laveuses certifiées EnergyStar. Si cela ne vous dit pas, il reste toujours le vélo BWM, un vélo machine à linge développé par des étudiants de l’université de Dalian en Chine. Vos coups de pédales peuvent même recharger une batterie pour faire fonctionner des appareils éléctroniques. Quoi de plus idéal comme activité familiale devant un match du Canadien.

    Jardin

    Pour le jardin, c’est un mélange de tradition et d’innovation. Le compost est très utile pour recycler les déchets organiques et même si vous n’avez pas de jardin, cela peut être du compostage municipal ou collectif. On réduit ainsi les impacts liés aux traitements de ces déchets et d’un tiers ses déchets.

    Une nouvelle solution consisterait à avoir un arbre éolien. Développé par une société francaise, cette éolienne qui prend le vent à 360 ° et démarre avec un vent de 2 m/s s’implante parfaitement dans le décor urbain. D’une durée de vie de 10 ans, sa puissance est variable et surtout c’est totalement silencieux.

    Enfin, votre jardin peut aussi accueillir un puits canadien pour réguler là encore la température de l’habitat.

    Toit

    Sur le toit, des panneaux solaires pourraient être installés, ceci ayant l’avantage de pouvoir fournir de la chaleur mais aussi de l’éléctricité. En grande partie recyclables, ils pourraient mettre installés au Québec si la pente est de 60 °. Néanmoins, ils restent encore trés impactants sur leur cycle de vie (7 à 37 % de CO2 par kWh d’une centrale éléctrique classique) à produire et ne deviennent rentables qu’au bout de 4 ans. Sinon il reste la solution du toit végétal qui permet la régulation de la température, améliore l’isolation et permet met de cultiver un potager. Si vous n’avez pas accés au toit, essayez le balcon.




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+

    Aucun champ n'est obligatoire